Guide de déploiement de SAP HANA

Ce guide de déploiement explique comment déployer un système SAP HANA sur Google Cloud à l'aide de Cloud Deployment Manager et d'un modèle de fichier de configuration permettant de définir votre installation. Ce guide vous aide à configurer les machines virtuelles (VM) et les disques persistants Compute Engine, ainsi que le système d'exploitation Linux, pour optimiser les performances de votre système SAP HANA. Le modèle Deployment Manager intègre les bonnes pratiques de Compute Engine et de SAP.

Ce guide vous permet de déployer un système SAP HANA à hôte unique à évolutivité verticale ou multi-hôte à évolutivité horizontale qui n'inclut pas d'hôtes en attente.

Si vous devez inclure le basculement automatique de l'hôte SAP HANA, utilisez plutôt le Guide de déploiement du système SAP HANA à évolutivité horizontale avec basculement automatique des hôtes.

Si vous devez déployer SAP HANA dans un cluster Linux haute disponibilité, utilisez l'un des guides suivants :

Prérequis

Avant de commencer, assurez-vous de remplir les conditions préalables suivantes :

  • Vous disposez d'un compte et d'un projet Google Cloud.
  • La mise en réseau du cloud privé virtuel est configurée avec des règles de pare-feu ou d'autres méthodes pour contrôler l'accès à vos VM.
  • Vous avez accès au support d'installation de SAP HANA.

  • Si OS Login est activé dans les métadonnées de votre projet et que vous déployez des nœuds à évolutivité horizontale, vous devrez désactiver temporairement OS Login jusqu'à la fin de votre déploiement. À des fins de déploiement, cette procédure configure les clés SSH dans les métadonnées de l'instance. Lorsque OS Login est activé, les configurations de clé SSH basées sur les métadonnées sont désactivées et le déploiement échoue. Une fois le déploiement terminé, vous pouvez réactiver OS Login.

    Pour en savoir plus, consultez les pages suivantes :

Configurer votre compte Google

Il est nécessaire d'avoir un compte Google pour travailler avec GCP.

  1. Créez un compte Google si vous n'en possédez pas.
  2. Connectez-vous à Google Cloud Console et créez un projet.
  3. Activez votre compte de facturation.
  4. Configurez des clés SSH afin de pouvoir vous connecter en SSH à vos instances Compute Engine. Utilisez l'outil de ligne de commande gcloud pour créer une clé SSH ou, si vous en possédez déjà une, pour mettre en forme vos clés SSH existantes.
  5. Utilisez l'outil de ligne de commande gcloud ou Cloud Console pour ajouter les clés SSH aux métadonnées de votre projet. Cela vous permet d'accéder à toutes les instances Compute Engine du projet, à l'exception des instances qui désactivent explicitement les clés SSH à l'échelle du projet.

Créer un réseau

Pour des raisons de sécurité, nous vous recommandons de créer un réseau, dont vous contrôlez les accès en ajoutant des règles de pare-feu ou toute autre méthode.

Si votre projet dispose d'un réseau VPC par défaut, ne l'utilisez pas. À la place, créez votre propre réseau VPC afin que les seules règles de pare-feu appliquées soient celles que vous créez explicitement.

Lors du déploiement, les instances de VM nécessitent généralement un accès à Internet pour télécharger l'agent Monitoring de Google. Si vous utilisez l'une des images Linux certifiées SAP disponibles dans Google Cloud, l'instance de VM requiert également l'accès à Internet pour enregistrer la licence et accéder aux dépôts des fournisseurs d'OS. Une configuration comprenant une passerelle NAT et des tags réseau de VM permet aux VM cibles d'accéder à Internet même si elles ne possèdent pas d'adresses IP externes.

Pour configurer la mise en réseau, procédez comme suit :

  1. Accédez à Cloud Shell.

    Accéder à Cloud Shell

  2. Pour créer un réseau en mode de sous-réseau personnalisé, exécutez la commande suivante :

    gcloud compute networks create NETWORK_NAME --subnet-mode custom

    Remplacez NETWORK_NAME par le nom du nouveau réseau. Seuls les minuscules, les chiffres et le tiret (-) sont autorisés.

    Spécifiez --subnet-mode custom pour éviter d'utiliser le mode automatique par défaut, qui crée automatiquement un sous-réseau dans chaque région Compute Engine. Pour en savoir plus, consultez la section Mode de création du sous-réseau.

  3. Créez un sous-réseau, et spécifiez la région et la plage d'adresses IP :

    gcloud compute networks subnets create SUBNETWORK_NAME \
            --network NETWORK_NAME --region REGION --range RANGE

    Remplacez l'élément suivant :

    • SUBNETWORK_NAME : nom du nouveau sous-réseau.
    • NETWORK_NAME : nom du réseau que vous avez créé à l'étape précédente.
    • REGION : région dans laquelle vous souhaitez créer le sous-réseau.
    • RANGE : plage d'adresses IP spécifiée au format CIDR (par exemple, 10.1.0.0/24). Si vous envisagez d'ajouter plusieurs sous-réseaux, attribuez à chacun d'eux des plages d'adresses IP CIDR qui ne se chevauchent pas. Notez que chaque sous-réseau et ses plages d'adresses IP internes sont mappés sur une seule région.
  4. Si vous le souhaitez, répétez l'étape précédente et ajoutez d'autres sous-réseaux.

Configurer une passerelle NAT

Si vous avez besoin de créer une ou plusieurs VM sans adresse IP publique, vous devez utiliser la traduction d'adresse réseau (NAT) pour permettre aux VM d'accéder à Internet. Utilisez Cloud NAT, un service géré distribué et défini par logiciel de Google Cloud, qui permet aux VM d'envoyer des paquets sortants vers Internet et de recevoir tous les paquets de réponses entrants établis correspondants. Vous pouvez également configurer une VM distincte en tant que passerelle NAT.

Pour créer une instance Cloud NAT pour votre projet, consultez la page Utiliser Cloud NAT.

Une fois que vous avez configuré Cloud NAT pour votre projet, vos instances de VM peuvent accéder en toute sécurité à Internet sans adresse IP publique.

Ajouter des règles de pare-feu

Par défaut, une règle de pare-feu implicite bloque les connexions entrantes provenant de l'extérieur de votre réseau cloud privé virtuel (VPC). Pour autoriser les connexions entrantes, configurez une règle de pare-feu pour votre VM. Une fois qu'une connexion entrante est établie avec une VM, le trafic est autorisé dans les deux sens via cette connexion.

Vous pouvez également créer une règle de pare-feu pour autoriser l'accès externe à des ports spécifiés ou pour limiter l'accès entre plusieurs VM d'un même réseau. Si le type de réseau VPC default est utilisé, d'autres règles par défaut s'appliquent également, telles que la règle default-allow-internal, qui permet la connectivité entre les VM d'un même réseau sur tous les ports.

En fonction de la stratégie informatique applicable à votre environnement, vous devrez peut-être isoler votre hôte de base de données, ou en restreindre la connectivité, en créant des règles de pare-feu.

Selon votre scénario, vous pouvez créer des règles de pare-feu afin d'autoriser l'accès pour ce qui suit :

  • Ports SAP par défaut répertoriés dans le tableau listant les ports TCP/IP de tous les produits SAP.
  • Connexions à partir de votre ordinateur ou de votre environnement de réseau d'entreprise à votre instance de VM Compute Engine. Si vous ne savez pas quelle adresse IP utiliser, contactez l'administrateur réseau de votre entreprise.
  • Communication entre VM sur le sous-réseau SAP HANA, y compris la communication entre les nœuds d'un système à évolutivité horizontale SAP HANA ou la communication entre le serveur de base de données et les serveurs d'applications dans une architecture à trois niveaux. Pour activer la communication entre VM, vous pouvez créer une règle de pare-feu autorisant le trafic provenant du sous-réseau.
  • Connexions SSH à votre instance de VM, y compris les connexions SSH à partir de votre navigateur.
  • Connexion à votre VM à l'aide d'un outil tiers sous Linux. Créez une règle autorisant l'accès de l'outil via votre pare-feu.

Pour créer une règle de pare-feu, procédez comme suit :

Console

  1. Dans Cloud Console, accédez à la page Règles de pare-feu.

    OUVRIR LA PAGE "RÈGLES DE PARE-FEU"

  2. En haut de la page, cliquez sur Créer une règle de pare-feu.

    • Dans le champ Réseau, sélectionnez le réseau sur lequel se trouve votre VM.
    • Dans le champ Cibles, spécifiez les ressources Google Cloud auxquelles cette règle s'applique. Par exemple, spécifiez Toutes les instances du réseau. Pour limiter la règle à des instances spécifiques sur Google Cloud, saisissez des tags dans le champ Tags cibles spécifiés.
    • Dans le champ Filtre source, sélectionnez l'une des options suivantes :
      • Plages IP pour autoriser le trafic entrant provenant d'adresses IP spécifiques. Indiquez la plage d'adresses IP dans le champ Plages d'adresses IP sources.
      • Sous-réseaux pour autoriser le trafic entrant depuis un sous-réseau particulier. Spécifiez le nom du sous-réseau dans le champ Sous-réseaux qui s'affiche. Utilisez cette option pour autoriser l'accès entre plusieurs VM dans une configuration à trois niveaux ou évolutive.
    • Dans la section Protocoles et ports, sélectionnez Protocoles et ports spécifiés, puis saisissez tcp:[PORT_NUMBER].
  3. Cliquez sur Créer pour créer la règle de pare-feu.

gcloud

Créez une règle de pare-feu à l'aide de la commande suivante :

$ gcloud compute firewall-rules create firewall-name
--direction=INGRESS --priority=1000 \
--network=network-name --action=ALLOW --rules=protocol:port \
--source-ranges ip-range --target-tags=network-tags

Créer un bucket Cloud Storage pour les fichiers d'installation de SAP HANA

Les fichiers d'installation contenant les fichiers binaires SAP HANA doivent être stockés dans un bucket Cloud Storage avant de pouvoir utiliser Deployment Manager pour installer SAP HANA. Deployment Manager attend les fichiers aux formats fournis par SAP. Selon votre version de SAP HANA, il peut s'agir de fichiers aux formats .zip, .exe ou .rar.

Pour télécharger les fichiers d'installation de SAP HANA, créez un bucket et importez-y les fichiers :

  1. Dans Téléchargements de logiciels SAP, téléchargez toutes les parties de la distribution Linux x86_64 de SAP HANA Platform Edition 1.0 ou 2.0, ainsi que toutes les mises à niveau de révision applicables sur votre lecteur local.

    Si vous ne pouvez pas accéder au logiciel depuis votre compte sur le portail d'assistance SAP, et que vous pensez qu'il s'agit d'une erreur, contactez le centre d'interaction client de l'assistance technique SAP mondiale.

  2. Utilisez Cloud Console pour créer un bucket Cloud Storage afin de stocker les fichiers d'installation de SAP HANA. Notez que le nom du bucket doit être unique dans GCP.

    • Lors de la création du bucket, choisissez Standard pour la classe de stockage.
  3. Configurez les autorisations du bucket. Par défaut, en tant que propriétaire, vous disposez d'un accès en lecture-écriture sur le bucket. Pour accorder l'accès à d'autres comptes principaux, consultez la page Utiliser des autorisations IAM.

  4. Dans la page du bucket Cloud Storage dans Cloud Console, sélectionnez Upload Files (Importer des fichiers) pour importer le logiciel SAP HANA et les fichiers de révision de mise à niveau dans votre bucket à partir de votre support local :

    Importer des fichiers

  5. Notez le nom du bucket dans lequel vous avez importé les fichiers binaires. Vous en aurez besoin lorsque vous installerez SAP HANA.

Créer une VM avec SAP HANA installé

Les instructions suivantes utilisent Deployment Manager pour installer SAP HANA sur une ou plusieurs instances de VM avec tous les disques persistants requis par SAP HANA. Vous définissez les valeurs nécessaires à l'installation dans un modèle de fichier de configuration Deployment Manager.

Deployment Manager traite votre système SAP HANA ainsi que les VM, les disques et toutes les autres ressources créés pour le système SAP HANA comme une seule entité appelée déploiement. Vous pouvez afficher tous les déploiements de votre projet GCP sur la page Déploiements de Deployment Manager.

Les instructions suivantes utilisent Cloud Shell, mais sont généralement applicables au SDK Cloud.

  1. Vérifiez que vos quotas actuels pour les ressources telles que les disques persistants et les processeurs sont suffisants pour le système SAP HANA que vous allez installer. Si les quotas sont insuffisants, le déploiement échoue. Pour connaître les exigences en matière de quotas de SAP HANA, consultez la section Remarques relatives aux tarifs et aux quotas applicables à SAP HANA.

    Accéder à la page "Quotas"

  2. Ouvrez Cloud Shell ou, si vous avez installé le SDK Cloud sur votre poste de travail local, ouvrez un terminal.

    Accéder à Cloud Shell

  3. Téléchargez le modèle de fichier de configuration template.yaml dans votre répertoire de travail en saisissant la commande suivante dans Cloud Shell ou le SDK Cloud :

    wget https://storage.googleapis.com/cloudsapdeploy/deploymentmanager/latest/dm-templates/sap_hana/template.yaml
  4. Renommez éventuellement le fichier template.yaml afin d'identifier la configuration qu'il définit.

  5. Ouvrez le fichier template.yaml dans l'éditeur de code Cloud Shell ou, si vous utilisez le SDK Cloud, dans l'éditeur de texte de votre choix.

    Pour ce faire, cliquez sur l'icône en forme de crayon située en haut à droite dans la fenêtre du terminal Cloud Shell.

  6. Dans le fichier template.yaml, mettez à jour les valeurs de propriété suivantes en remplaçant les crochets et leur contenu par les valeurs de votre installation.

    Certaines valeurs de propriété que vous spécifiez pour le système SAP HANA, telles que [SID] ou [PASSWORD], sont soumises à des règles définies par SAP. Pour en savoir plus, consultez la section sur la référence des paramètres dans le guide d'installation et de mise à jour du serveur SAP HANA.

    Si vous souhaitez créer une instance de VM sans installer SAP HANA, supprimez toutes les lignes commençant par sap_hana_.

    Valeur Type de données Description
    saisir Chaîne

    Spécifie l'emplacement, le type et la version du modèle Deployment Manager à utiliser lors du déploiement.

    Le fichier YAML comprend deux spécifications type, dont l'une est laissée en commentaire. La spécification type qui est active par défaut spécifie la version du modèle en tant que latest. La spécification type qui est laissée en commentaire spécifie une version de modèle spécifique avec un horodatage.

    Si tous vos déploiements doivent utiliser la même version de modèle, utilisez la spécification type qui inclut l'horodatage.

    instanceName Chaîne Nom de l'instance de VM de l'hôte maître SAP HANA. Le nom ne doit contenir que des lettres minuscules, des chiffres ou des traits d'union. Si d'autres caractères sont utilisés, tels que "_" (trait de soulignement) ou une lettre majuscule, le déploiement échoue. Les instances de VM de tous les hôtes de calcul utilisent le même nom, auquel sont ajoutés la lettre "w" et le numéro d'hôte.
    instanceType Chaîne Type de machine virtuelle Compute Engine nécessaire à l'exécution de SAP HANA. Si vous avez besoin d'un type de VM personnalisé, spécifiez un type de VM prédéfini avec un nombre de processeurs virtuels le plus proche possible de la quantité dont vous avez besoin tout en étant légèrement supérieur. Une fois le déploiement terminé, modifiez le nombre de processeurs virtuels et la quantité de mémoire.
    zone Chaîne Zone dans laquelle vous déployez votre système SAP HANA à exécuter. Elle doit être située dans la région que vous avez sélectionnée pour votre sous-réseau.
    subnetwork Chaîne Nom du sous-réseau que vous avez créé précédemment. Si vous procédez au déploiement sur un VPC partagé, spécifiez cette valeur en tant que [SHAREDVPC_PROJECT]/[SUBNETWORK]. Exemple :myproject/network1
    linuxImage Chaîne Nom de l'image du système d'exploitation Linux ou de la famille d'images que vous utilisez avec SAP HANA. Pour spécifier une famille d'images, ajoutez le préfixe family/ au nom de la famille. Par exemple, family/rhel-7-4-sap ou family/sles-12-sp2-sap. Pour spécifier une image donnée, indiquez uniquement son nom. Pour obtenir la liste des familles d'images disponibles, consultez la page Images dans Cloud Console.
    linuxImageProject Chaîne Le projet Google Cloud qui contient l'image que vous allez utiliser. Il peut s'agir de votre propre projet ou d'un projet d'image Google Cloud, tel que rhel-sap-cloud ou suse-sap-cloud. Pour obtenir la liste des projets d'image GCP, consultez la page Images dans la documentation Compute Engine.
    sap_hana_deployment_bucket Chaîne Nom du bucket de stockage GCP de votre projet contenant les fichiers d'installation et de révision de SAP HANA que vous avez importés précédemment. Tous les fichiers de révision de mise à niveau du bucket sont appliqués à SAP HANA au cours du processus de déploiement.
    sap_hana_sid Chaîne ID du système SAP HANA. L'ID doit comporter trois caractères alphanumériques et commencer par une lettre. Les lettres doivent être saisies en majuscules.
    sap_hana_instance_number Entier Numéro d'instance (0 à 99) du système SAP HANA. La valeur par défaut est 0.
    sap_hana_sidadm_password Chaîne Mot de passe temporaire pour l'administrateur du système d'exploitation. Les mots de passe doivent comporter au moins huit caractères et inclure au moins une lettre majuscule, une lettre minuscule et un chiffre.
    sap_hana_system_password Chaîne Mot de passe temporaire pour le super-utilisateur de la base de données. Les mots de passe doivent comporter au moins huit caractères et inclure au moins une lettre majuscule, une lettre minuscule et un chiffre.
    sap_hana_scaleout_nodes Entier Nombre d'hôtes de calcul SAP HANA supplémentaires dont vous avez besoin. Les hôtes de calcul s'ajoutent à l'instance principale de SAP HANA. Par exemple, si vous spécifiez 3, quatre instances SAP HANA sont déployées dans un cluster à évolutivité horizontale.
    networkTag Chaîne Facultatif. Tag réseau qui représente votre instance de VM à des fins de routage ou de pare-feu. Si vous spécifiez "publicIP: No" mais pas de tag réseau, veillez à fournir un autre moyen d'accès à Internet.
    publicIP Booléen Facultatif. Détermine si une adresse IP publique est ajoutée à votre instance de VM. La valeur par défaut est Yes.

    L'exemple suivant montre un fichier de configuration terminé, indiquant à Deployment Manager de déployer une machine virtuelle n2-highmem-32 disposant d'un système HANA à évolutivité horizontale qui inclut une instance SAP HANA principale avec trois hôtes de calcul. SAP HANA s'exécute sur un système d'exploitation SLES 15 SP2.

    resources:
    - name: sap_hana
      type: https://storage.googleapis.com/cloudsapdeploy/deploymentmanager/latest/dm-templates/sap_hana/sap_hana.py
      #
      # By default, this configuration file uses the latest release of the deployment
      # scripts for SAP on Google Cloud.  To fix your deployments to a specific release
      # of the scripts, comment out the type property above and uncomment the type property below.
      #
      # type: https://storage.googleapis.com/cloudsapdeploy/deploymentmanager/yyyymmddhhmm/dm-templates/sap_hana/sap_hana.py
      #
      properties:
        instanceName: example-vm
        instanceType: n2-highmem-32
        zone: us-central1-f
        subnetwork: example-subnet-us-central1
        linuxImage: family/sles-15-sp2-sap
        linuxImageProject: suse-sap-cloud
        sap_hana_deployment_bucket: mybucketname
        sap_hana_sid: ABC
        sap_hana_instance_number: 00
        sap_hana_sidadm_password: TempPa55word
        sap_hana_system_password: TempPa55word
        sap_hana_scaleout_nodes: 3
  7. Créez les instances :

    gcloud deployment-manager deployments create [DEPLOYMENT-NAME] --config [TEMPLATE-NAME].yaml
    

    La commande ci-dessus appelle Deployment Manager, qui déploie la VM et les disques persistants. Deployment Manager appelle ensuite un autre script qui configure le système d'exploitation et installe SAP HANA.

    Lorsque Deployment Manager exerce un contrôle, les messages d'état sont écrits dans Cloud Shell. Une fois les scripts appelés, les messages d'état sont écrits dans Logging et peuvent être consultés dans Cloud Console, comme décrit dans la section Vérifier les journaux Logging.

    La durée d'exécution peut varier, mais l'ensemble du processus prend généralement moins de 30 minutes.

Valider le déploiement

  1. Ouvrez Cloud Logging pour vérifier les erreurs et surveiller la progression de l'installation.

    Accéder à CloudLogging

  2. Sous l'onglet "Ressources", sélectionnez Global comme ressource de journalisation.

    • Si "INSTANCE DEPLOYMENT COMPLETE" s'affiche pour toutes les VM, le traitement de Deployment Manager est terminé et vous pouvez passer à l'étape suivante.
    • Si vous rencontrez une erreur de quota :

      1. Sur la page Quotas de IAM et admin, augmentez les quotas qui ne répondent pas aux exigences de SAP HANA répertoriées dans le guide de planification SAP HANA.
      2. Sur la page Déploiements de Deployment Manager, supprimez le déploiement pour nettoyer les VM et les disques persistants de l'installation ayant échoué.
      3. Relancez Deployment Manager.

    Affichage de Cloud Logging

  3. Une fois le système SAP HANA déployé sans erreur, connectez-vous à votre machine virtuelle à l'aide du protocole SSH. Sur la page Instances de VM de Compute Engine, cliquez sur le bouton SSH de votre instance de VM ou utilisez votre méthode SSH préférée.

    Bouton SSH sur la page "Instances de VM" de Compute Engine

  4. Connectez-vous en tant qu'utilisateur racine.

    sudo su -
  5. À l'invite de commande, saisissez df -h. Assurez-vous d'obtenir un résultat semblable à ce qui suit, avec les volumes et les tailles attendus. L'exemple suivant provient du nœud maître d'un système à évolutivité horizontale comportant trois nœuds de calcul.

    example-vm:~ # df -h
    Filesystem                        Size  Used Avail Use% Mounted on
    devtmpfs                          126G  8.0K  126G   1% /dev
    tmpfs                             189G     0  189G   0% /dev/shm
    tmpfs                             126G   18M  126G   1% /run
    tmpfs                             126G     0  126G   0% /sys/fs/cgroup
    /dev/sda3                          30G  5.4G   25G  18% /
    /dev/sda2                          20M  2.9M   18M  15% /boot/efi
    /dev/mapper/vg_hana-shared        251G   50G  201G  20% /hana/shared
    /dev/mapper/vg_hana-sap            32G  282M   32G   1% /usr/sap
    /dev/mapper/vg_hana-data          426G  7.4G  419G   2% /hana/data
    /dev/mapper/vg_hana-log           125G  4.3G  121G   4% /hana/log
    /dev/mapper/vg_hanabackup-backup  2.0T  2.1G  2.0T   1% /hanabackup
    tmpfs                              26G     0   26G   0% /run/user/473
    tmpfs                              26G     0   26G   0% /run/user/900
    tmpfs                              26G     0   26G   0% /run/user/1003
  6. Connectez-vous en tant qu'administrateur SAP. Remplacez [SID] par la valeur [SID] que vous avez spécifiée dans le modèle de fichier de configuration.

    su - [SID]adm
    
  7. Assurez-vous que les services SAP HANA, tels que hdbnameserver, hdbindexserver et d'autres services, s'exécutent sur l'instance en saisissant la commande suivante :

    HDB info
    

Si l'une des étapes de validation indique que l'installation a échoué, supprimez le déploiement de la page Déploiements, puis recréez les instances, comme décrit à la dernière étape de la section précédente.

Installer SAP HANA Studio sur une VM Compute Engine pour Windows

Vous pouvez vous connecter à partir d'une instance SAP HANA en dehors de Google Cloud ou d'une instance sur Google Cloud. Pour ce faire, vous devrez peut-être activer l'accès réseau aux VM cibles à partir de SAP HANA Studio.

Pour installer SAP HANA Studio sur une VM Windows sur Google Cloud, procédez comme suit :

  1. Utilisez Cloud Shell pour appeler les commandes suivantes.

    OUVRIR CLOUD SHELL

    export NETWORK_NAME="[YOUR_NETWORK_NAME]"
    export REGION="[YOUR_REGION]"
    export ZONE="[YOUR_ZONE]"
    export SUBNET="[YOUR_SUBNETWORK_NAME]"
    export SOURCE_IP_RANGE="[YOUR_WORKSTATION_IP]"
    gcloud compute instances create saphanastudio --zone=$ZONE \
    --machine-type=n1-standard-2  --subnet=$SUBNET --tags=hanastudio \
    --image-family=windows-2016  --image-project=windows-cloud \
    --boot-disk-size=100 --boot-disk-type=pd-standard \
    --boot-disk-device-name=saphanastudio
    gcloud compute firewall-rules create ${NETWORK_NAME}-allow-rdp \
    --network=$NETWORK_NAME --allow=tcp:3389 --source-ranges=$SOURCE_IP_RANGE \
    --target-tags=hanastudio

    Les commandes ci-dessus définissent des variables pour la session Cloud Shell actuelle, créent un serveur Windows dans le sous-réseau que vous avez créé précédemment et créent une règle de pare-feu qui autorise l'accès de votre poste de travail local à l'instance via le protocole RDP (Remote Desktop Protocol, RDP).

  2. Installez SAP HANA Studio sur ce serveur.

    1. Importez les fichiers d'installation de SAP HANA Studio et l'outil d'extraction SAPCAR dans un bucket Cloud Storage de votre projet Google Cloud.
    2. Connectez-vous à la nouvelle VM Windows à l'aide du protocole RDP ou de la méthode de votre choix.
    3. Sous Windows, ouvrez l'interface du SDK Google Cloud ou une autre interface de ligne de commande en tant qu'administrateur.
    4. Copiez les fichiers d'installation de SAP HANA Studio et l'outil d'extraction SAPCAR du bucket de stockage vers la VM en saisissant la commande gsutil cp dans l'interface de commande. Exemple :

      gsutil cp gs://[SOURCE_BUCKET]/IMC_STUDIO2_232_0-80000323.SAR C:\[TARGET_DIRECTORY] &
      gsutil cp gs://[SOURCE_BUCKET]/SAPCAR_1014-80000938.EXE C:\[TARGET_DIRECTORY]
      
    5. Remplacez le répertoire par votre répertoire cible.

      cd C:\[TARGET_DIRECTORY]
      
    6. Exécutez le programme SAPCAR pour extraire le fichier d'installation de SAP HANA Studio.

      SAPCAR_1014-80000938.EXE -xvf IMC_STUDIO2_232_0-80000323.SAR
      
    7. Exécutez le programme hdbinst ainsi extrait pour installer SAP HANA Studio.

Facultatif : Activer le redémarrage rapide de SAP HANA

Google Cloud recommande d'activer le redémarrage rapide SAP HANA pour chaque instance de SAP HANA, en particulier pour les instances plus importantes.

Tels qu'ils sont configurés par Deployment Manager, les paramètres du système d'exploitation et du noyau sont déjà compatibles avec le redémarrage rapide de SAP HANA. Vous devez définir le système de fichiers tmpfs et configurer SAP HANA.

Pour obtenir des instructions faisant autorité sur la fonction de redémarrage rapide SAP HANA, consultez la documentation sur les options de redémarrage rapide de SAP HANA.

Configurer le système de fichiers tmpfs

Une fois les VM hôtes et les systèmes SAP HANA de base déployés, vous devez créer et installer des répertoires pour les nœuds NUMA du système de fichiers tmpfs.

Afficher la topologie NUMA de votre VM

Pour pouvoir mapper le système de fichiers tmpfs requis, vous devez connaître la quantité de nœuds NUMA dont dispose votre VM. Pour afficher les nœuds NUMA disponibles sur une VM Compute Engine, saisissez la commande suivante :

lscpu | grep NUMA

Par exemple, un type de VM m2-ultramem-208 comporte quatre nœuds NUMA, numérotés de 0 à 3, comme illustré dans l'exemple suivant :

NUMA node(s):        4
NUMA node0 CPU(s):   0-25,104-129
NUMA node1 CPU(s):   26-51,130-155
NUMA node2 CPU(s):   52-77,156-181
NUMA node3 CPU(s):   78-103,182-207

Créer les répertoires de nœuds NUMA

Créez un répertoire pour chaque nœud NUMA de votre VM et définissez les autorisations.

Par exemple, pour quatre nœuds NUMA numérotés de 0 à 3 :

mkdir -pv /hana/tmpfs{0..3}/SID
chown -R SIDadm:sapsys /hana/tmpfs*/SID
chmod 777 -R /hana/tmpfs*/SID

Installer les répertoires de nœuds NUMA dans tmpfs

Montez les répertoires du système de fichiers tmpfs et spécifiez une préférence de nœud NUMA pour chacun avec mpol=prefer :

mount tmpfsSID0 -t tmpfs -o mpol=prefer:0 /hana/tmpfs0/SID
mount tmpfsSID1 -t tmpfs -o mpol=prefer:1 /hana/tmpfs1/SID
mount tmpfsSID2 -t tmpfs -o mpol=prefer:2 /hana/tmpfs2/SID
mount tmpfsSID3 -t tmpfs -o mpol=prefer:3 /hana/tmpfs3/SID

Mettre à jour /etc/fstab

Pour vous assurer que les points d'installation sont disponibles après un redémarrage du système d'exploitation, ajoutez des entrées dans la table du système de fichiers, /etc/fstab :

tmpfsSID0 /hana/tmpfs0/SID tmpfs rw,relatime,mpol=prefer:0
tmpfsSID1 /hana/tmpfs1/SID tmpfs rw,relatime,mpol=prefer:1
tmpfsSID1 /hana/tmpfs2/SID tmpfs rw,relatime,mpol=prefer:2
tmpfsSID1 /hana/tmpfs3/SID tmpfs rw,relatime,mpol=prefer:3

Facultatif : définir des limites à l'utilisation de la mémoire

Le système de fichiers tmpfs peut augmenter ou diminuer de manière dynamique.

Pour limiter la mémoire utilisée par le système de fichiers tmpfs, vous pouvez définir une limite de taille pour un volume de nœuds NUMA en utilisant l'option size. Exemple :

mount tmpfsSID0 -t tmpfs -o mpol=prefer:0,size=250G /hana/tmpfs0/SID

Vous pouvez également limiter l'utilisation globale de la mémoire tmpfs pour tous les nœuds NUMA d'une instance SAP HANA donnée et d'un nœud de serveur donné en définissant le paramètre persistent_memory_global_allocation_limit dans la section [memorymanager] du fichier global.ini.

Configuration de SAP HANA pour le redémarrage rapide

Pour configurer SAP HANA pour le redémarrage rapide, mettez à jour le fichier global.ini et spécifiez les tables à stocker dans la mémoire persistante.

Mettre à jour la section [persistence] du fichier global.ini

Configurez la section [persistence] du fichier SAP HANA global.ini de manière à référencer les emplacements tmpfs. Séparez chaque emplacement tmpfs par un point-virgule :

[persistence]
basepath_datavolumes = /hana/data
basepath_logvolumes = /hana/log
basepath_persistent_memory_volumes = /hana/tmpfs0/SID;/hana/tmpfs1/SID;/hana/tmpfs2/SID;/hana/tmpfs3/SID

L'exemple précédent spécifie quatre volumes de mémoire pour quatre nœuds NUMA, ce qui correspond à m2-ultramem-208. Si vous l'exécutez sur m2-ultramem-416, vous devez configurer huit volumes de mémoire (de 0 à 7).

Redémarrez SAP HANA après avoir modifié le fichier global.ini.

SAP HANA peut désormais utiliser l'emplacement tmpfs comme espace de mémoire persistant.

Spécifier les tables à stocker en mémoire persistante

Spécifiez des tables ou partitions de colonne spécifiques à stocker en mémoire persistante.

Par exemple, pour activer la mémoire persistante pour une table existante, exécutez la requête SQL :

ALTER TABLE exampletable persistent memory ON immediate CASCADE

Pour modifier la valeur par défaut des nouvelles tables, ajoutez le paramètre table_default dans le fichier indexserver.ini. Exemple :

[persistent_memory]
table_default = ON

Pour en savoir plus sur le contrôle des colonnes et des tables ainsi que sur les vues de surveillance qui fournissent des informations détaillées, consultez la page Mémoire persistante SAP HANA.

Configurer l'agent de surveillance Google pour SAP HANA

Si vous le souhaitez, vous pouvez configurer l'agent de surveillance Google pour SAP HANA, qui collecte les statistiques de SAP HANA et les envoie à Cloud Monitoring. Cloud Monitoring vous permet de créer des tableaux de bord pour visualiser vos métriques, de configurer des alertes personnalisées en fonction de seuils de métriques, etc. Pour plus d'informations sur la configuration de l'agent de surveillance Google pour SAP HANA, consultez le Guide de l'utilisateur de l'agent de surveillance SAP HANA.

Se connecter à SAP HANA

Étant donné qu'aucune adresse IP externe n'est utilisée pour SAP HANA dans ces instructions, vous ne pouvez vous connecter aux instances SAP HANA que via l'instance bastion à l'aide de SSH ou via le serveur Windows à l'aide de SAP HANA Studio.

  • Pour vous connecter à SAP HANA via l'instance bastion, connectez-vous à l'hôte bastion, puis aux instances SAP HANA à l'aide du client SSH de votre choix.

  • Pour vous connecter à la base de données SAP HANA via SAP HANA Studio, utilisez un client Bureau à distance pour vous connecter à l'instance Windows Server. Une fois la connexion établie, installez SAP HANA Studio manuellement, puis accédez à votre base de données SAP HANA.

Effectuer des tâches post-déploiement

Avant d'utiliser votre instance SAP HANA, nous vous recommandons d'effectuer les étapes de post-déploiement ci-dessous. Pour en savoir plus, consultez le Guide d'installation et de mise à jour de SAP HANA.

  1. Modifiez les mots de passe temporaires de l'administrateur système et du super-utilisateur du système SAP HANA. Exemple :

    sudo passwd [SID]adm

    Consultez la section Réinitialiser le mot de passe utilisateur SYSTEM de la base de données système.

  2. Installez votre licence permanente SAP HANA. Si vous ne le faites pas, il est possible que SAP HANA opère un verrouillage de la base de données après l'expiration de la licence temporaire.

    Pour en savoir plus sur la gestion de vos licences SAP HANA, reportez-vous à la section Clés de licence de la base de données SAP HANA.

  3. Mettez à jour le logiciel SAP HANA avec les derniers correctifs.

  4. Installez des composants supplémentaires tels que les bibliothèques Application Function Library (AFL) ou Smart Data Access (SDA).

  5. Configurez et sauvegardez votre nouvelle base de données SAP HANA. Pour en savoir plus, consultez le Guide d'utilisation de SAP HANA.

Étape suivante

  • Si vous devez utiliser NetApp Cloud Volumes Service pour Google Cloud au lieu de disques persistants pour vos répertoires SAP HANA, consultez les informations de déploiement de NetApp Cloud Volumes Service dans le guide de planification SAP HANA.
  • Pour en savoir plus sur l'administration et la surveillance des VM, consultez le Guide d'utilisation de SAP HANA.