apigeectl

Restez organisé à l'aide des collections Enregistrez et classez les contenus selon vos préférences.

apigeectl est une interface de ligne de commande (CLI) permettant d'installer et de gérer Apigee hybrid dans un cluster Kubernetes. Pour en savoir plus sur le téléchargement et l'installation de apigeectl, consultez la section Télécharger et installer apigeectl.

Champs d'application de la commande apigeectl

À l'aide des options apigeectl, vous contrôlez les champs d'application auxquels la commande applique les modifications de configuration. Pour obtenir une présentation des champs d'application dans l'environnement d'exécution Apigee hybrid, consultez la présentation de la configuration d'exécution du service.

PortéeComposantsapigeectl indicateur
Stockage Cassandra ‑‑datastore
Stockage en mémoire Redis ‑‑redis
Environnement Environnement d'exécution
Synchronizer
UDCA
‑‑all‑envs
‑‑env
Organisation Agent Apigee Connect
marT
Watcher
‑‑org
Rapports Métriques
outil de journalisation
‑‑telemetry

Syntaxe apigeectl

apigeectl [command] [flags]

Où :

  • command : spécifie l'opération que vous souhaitez effectuer. Pour obtenir la liste complète des commandes, consultez la section Commandes apigeectl.

  • flags : spécifie les paramètres de commande. Pour obtenir la liste complète des options, consultez la section Options apigeectl.

Commandes apigeectl

Le tableau suivant répertorie les commandes apigeectl :

Commande Description
apply

Applique les configurations des composants d'exécution Apigee hybrid aux clusters.

Si vous ne spécifiez pas d'options, la commande apigeectl apply s'applique à tous les composants du cluster.

Options apigeectl : ‑‑all‑envs, ‑‑datastore, ‑‑dry‑run, ‑‑env, ‑f, ‑‑file‑override‑config, ‑‑help, ‑‑org, ‑‑print‑yaml, ‑‑redis, ‑‑settings virtualhosts, ‑‑telemetry, ‑‑v

check‑ready

Vérifie l'état des pods de composants hybrides. Lorsque tous les pods de composants sont prêts, le message "Tous les conteneurs sont prêts" est généré. Pour les scripts automatisés, notez que la commande se termine avec l'état 0 lorsque les conteneurs sont tous prêts. Lorsqu'au moins un pod n'est pas prêt, la commande se termine avec l'état 1.

options apigeectl : ‑f, ‑‑file‑override‑config, ‑‑help, ‑‑v

delete

Supprime les composants hybrides du cluster. Utilisez l'option ‑‑all pour supprimer TOUS les composants. Si vous omettez ‑‑all, seuls les composants spécifiques à Apigee sont supprimés (les composants installés avec apigeectl init ne sont pas supprimés). Les composants spécifiques à Apigee sont les composants installés avec la commande apply.

apigeectl delete sans aucune option facultative applique la commande delete à tous les composants déployés dans le cluster.

apigeectl diagnostic delete ‑f OVERRIDES_FILE supprime l'espace de noms apigee‑diagnostic créé par apigeectl diagnostic. L'option ‑f/‑‑file‑override‑config est obligatoire avec apigeectl diagnostic delete

Options apigeectl : ‑‑all, ‑‑all‑envs, ‑‑datastore, ‑‑env, ‑f, ‑‑file‑override‑config, ‑‑help, ‑‑org, ‑‑redis, ‑‑telemetry, ‑‑v

diagnostic

Appelle le collecteur de diagnostics, qui capture les données de diagnostic sur les composants Kubernetes d'une instance Apigee hybrid à la demande et les stocke dans des buckets de stockage Google Cloud.

Le collecteur de diagnostics nécessite un bucket de stockage Google Cloud nommé, un compte de service avec le rôle Administrateur de l'espace de stockage et un stanza diagnostic: ajouté à votre fichier overrides. Consultez les pages suivantes :

Lorsque vous appelez le collecteur de diagnostics, il crée un espace de noms Kubernetes "apigee‑diagnostic". Vous devez supprimer celui-ci avec apigeectl diagnostic delete avant d'appeler à nouveau le collecteur de diagnostics.

Appelez le collecteur de diagnostics :


apigeectl diagnostic ‑f OVERRIDES_FILE

Supprimez le collecteur de diagnostics :


apigeectl diagnostic delete ‑f OVERRIDES_FILE

Options apigeectl : ‑‑file‑override‑config

encode

Renvoie la liste des noms encodés de tous les ApigeeDeployments pour l'organisation spécifiée ou l'environnement indiqué au sein de l'organisation spécifiée. Les noms encodés incluent le nom du composant doté d'un nom haché de l'organisation et, si vous utilisez l'option ‑‑env, d'un nom haché de l'environnement. Apigee hybride crée des noms hachés d'organisations et d'environnements pour pouvoir éviter les conflits d'espace de noms.

Vous devez utiliser ‑‑org org‑name seul ou à la fois ‑‑org org‑name avec les indicateurs ‑‑env env‑name et encode. Exemple :


./apigeectl encode ‑‑org hybrid‑example
List of ApigeeDeployments are:
  apigee‑connect‑agent‑hybrid‑example‑6a82f8a
  apigee‑mart‑hybrid‑example‑6a82f8a
  apigee‑watcher‑hybrid‑example‑6a82f8a

./apigeectl encode ‑‑org hybrid‑example ‑‑env example‑env
List of ApigeeDeployments are:
  apigee‑runtime‑hybrid‑example‑example‑env‑9e87e2d
  apigee‑synchronizer‑hybrid‑example‑example‑env‑9e87e2d
  apigee‑udca‑hybrid‑example‑example‑env‑9e87e2d

options apigeectl : ‑‑env, ‑‑org

help Imprime l'aide en ligne.
init

Installe les opérateurs et les CRD Apigee dans l'espace de noms apigee-system.

Exécutez apigeectl init après une nouvelle installation ou une mise à niveau avant d'exécuter apigeectl apply.

options apigeectl : ‑f, ‑‑file‑override‑config, ‑‑help, ‑‑v

version Imprime les informations concernant la version de la CLI.

option apigeectl : ‑‑help

options apigeectl

Le tableau suivant répertorie les options apigeectl :

Option Description
‑‑all delete uniquement : supprime l'intégralité de l'installation Apigee hybrid, à l'exception d'ASM (Istio) et de cert-manager de votre cluster.
‑‑all‑envs

Applique la commande apigeectl à tous les environnements de l'organisation spécifiée dans votre fichier de configuration de remplacements.

‑‑datastore

Applique la configuration au champ d'application du datastore (Cassandra).

‑‑dry‑run Exécute la commande spécifiée sans modifier le cluster. S'utilise avec ‑‑print‑yaml pour générer la spécification d'objet rendue dans un fichier.

‑‑dry‑run doit être utilisé avec l'une des deux valeurs suivantes, en fonction de la version de kubectl que vous exécutez. Utilisez gcloud version pour vérifier votre version de kubectl :

  • kubectl version 1.17.x ou antérieure : ‑‑dry‑run=true
  • kubectl version 1.18.x ou ultérieure : ‑‑dry‑run=client
‑‑env env‑name

Applique la configuration à l'environnement spécifié. Cet option applique la configuration aux composants apigee-runtime, apigee-synchronizer et apigee-udca du champ d'application de l'environnement.

‑‑env doit être utilisé avec l'indicateur ‑‑org. Exemple :


apigeectl apply ‑‑org hybrid‑example ‑‑env example‑env \
      ‑f overrides/overrides.yaml
‑f
‑‑file‑override‑config
Spécifie un fichier YAML contenant des propriétés de configuration personnalisées pour le déploiement hybride. La valeur par défaut est ./overrides.yaml. Un fichier de remplacement est requis pour les commandes apply, check‑ready, delete et init.

Vous devez spécifier le chemin complet avec cette option. Pour en savoir plus, consultez la section Gérer les composants du plan d'exécution.

‑h
‑‑help
Affiche l'aide associée à la commande.
‑‑org

Applique la configuration à l'organisation spécifiée. Cette option applique la configuration aux composants de champ d'application d'organisation apigee-connect-agent, apigee-mart et apigee-watcher.

‑‑print‑yaml Imprime la sortie du modèle de configuration sur stdout. Pour obtenir un exemple utilisant cette option, consultez la section Imprimer la configuration dans un fichier.
‑‑redis

Applique la configuration au champ d'application du stockage des données en mémoire (Redis).

‑‑restore

Restaure Cassandra dans un instantané précédemment enregistré spécifié par la propriété snapshotTimestamp dans la configuration restore du fichier overrides.yaml. La sauvegarde est restaurée à partir du bucket Cloud Storage ou d'un serveur distant en fonction de la configuration backup du fichier overrides.yaml. Pour en savoir plus, consultez la section Restaurer une région à partir d'une sauvegarde.

‑s
‑‑settings virtualhosts

Spécifie une configuration à laquelle la commande s'applique. Actuellement, cette option n'est compatible qu'avec la configuration virtualhosts, qui fait partie du composant runtime. Utilisez cette option si vous apportez des modifications à la propriété virtualhosts, et rien de plus.

Par exemple, si vous apportez une modification à la configuration virtualhosts dans votre fichier de remplacement, appliquez-la au cluster à l'aide de la commande suivante :


apigeectl apply ‑f my‑overrides.yaml ‑‑settings virtualhosts \
    ‑‑org example‑org ‑‑env example‑env
‑‑telemetry

Applique la configuration des composants de télémétrie tels que apigee-logger et apigee-metrics.

‑‑v int

Imprime des journaux détaillés dans std err. int est un entier qui définit le niveau de verbosité. int est requis avec ‑‑v. Cette option se comporte de la même manière que l'option kubectl ‑‑v.

Remarque: Cette option remplace l'option obsolète ‑‑verbose.

Exemples

Initialiser la configuration du cluster

Appliquez des configurations de composants préalables à votre cluster avec init. Vous devez exécuter la commande init avant apply.

apigeectl init ‑f my_overrides.yaml

Appliquer la configuration du cluster

Pour appliquer des configurations hybrides à votre cluster Kubernetes, utilisez la commande apply. La première fois que vous exécutez apply, tous les composants d'exécution hybride sont créés dans votre cluster. Si vous apportez des modifications de configuration, exécutez à nouveau apply pour n'appliquer que les modifications ou utilisez des options pour n'appliquer des modifications qu'à un champ d'application spécifique.

L'exemple suivant applique la configuration des composants du plan d'exécution hybride à votre cluster :

apigeectl apply ‑f my_overrides.yaml

Appliquer la configuration pour un seul composant

Pour limiter la commande apply à un composant particulier, utilisez les options décrites dans la section Options apigeectl.

L'exemple suivant applique uniquement la configuration du composant Cassandra :

apigeectl apply ‑‑datastore ‑f my_overrides.yaml

Imprimer la configuration dans un fichier

Si vous déboguez un problème d'installation, il est utile d'imprimer la configuration complète du cluster dans un fichier pour pouvoir inspecter les paramètres de configuration. L'option ‑‑print‑yaml affiche la configuration hybride sur stdout, et l'option ‑‑dry‑run permet à la commande de s'exécuter sans apporter de modification au cluster.

apigeectl apply ‑f my_overrides.yaml ‑‑dry‑run=client ‑‑print‑yaml > apigee‑hybrid.yaml

Vérifier l'état du pod

L'exemple suivant permet de vérifier l'état des pods déployés sur votre cluster :

apigeectl check‑ready ‑f overrides/overrides.yaml
All containers ready in namespace 'my-namespace'

Supprimer le composant hybride du cluster

L'exemple suivant supprime uniquement les composants d'exécution hybride de votre cluster Kubernetes. Pour tout supprimer, utilisez l'option ‑‑all.

apigeectl delete ‑f my_overrides.yaml