Créer et associer un disque


Vous pouvez créer un disque persistant vide ou créer un disque à partir d'une source de données. Vous pouvez utiliser un disque persistant comme disque de démarrage pour une instance de machine virtuelle (VM) ou comme disque de données que vous associez à une VM. Ce document explique comment effectuer les opérations suivantes :

  • Créez un disque persistant zonal non amorçable vide et associez-le à votre instance de VM.
  • Formatez et installez le disque, car il démarre sans données ni systèmes de fichiers.

Pour obtenir des informations générales sur les disques persistants et les types de disques disponibles, consultez la présentation des disques persistants.

Avant de commencer

Restrictions

  • Lors de la création de l'instance, vous pouvez associer jusqu'à 127 disques persistants zonaux non amorçables secondaires.
  • Vous pouvez utiliser une capacité associée totale de 257 To par instance. Pour en savoir plus sur la façon d'optimiser les performances avec des volumes de plus grande taille, consultez la section Taille du volume logique.

Ajouter un disque non amorçable à votre VM

Créez et associez un disque zonal non amorçable à l'aide de Google Cloud Console, de l'outil de ligne de commande gcloud ou de l'API Compute Engine.

Si vous créez un disque dans Cloud Console, le type de disque par défaut est pd-balanced. Si vous créez un disque à l'aide de l'outil gcloud ou de l'API Compute Engine, le type de disque par défaut est pd-standard.

Console

  1. Accédez à la page Instances de VM.

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cochez la case et cliquez sur le nom de l'instance à laquelle vous souhaitez ajouter un disque.

  3. Sur la page Informations sur l'instance de VM, cliquez sur Modifier.

  4. Sous Disques supplémentaires, cliquez sur Ajouter un disque.

  5. Spécifiez un nom pour le disque, configurez les propriétés du disque et sélectionnez Vide comme Type de source.

  6. Cliquez sur Terminé pour terminer la configuration du disque.

  7. Cliquez sur Enregistrer pour appliquer les modifications apportées à l'instance et ajouter le nouveau disque.

gcloud

  1. Utilisez la commande gcloud compute disks create pour créer le disque persistant zonal.

    gcloud compute disks create DISK_NAME \
      --size DISK_SIZE \
      --type DISK_TYPE
    

    Remplacez l'élément suivant :

    • DISK_NAME : le nom du nouveau disque.
    • DISK_SIZE : la taille, en Go, du nouveau disque. Les tailles acceptées sont comprises entre 10 et 65 536 Go inclus (augmentation par incréments de 1 Go).
    • DISK_TYPE : type du disque persistant, par exemple pd-balanced.
  2. Après avoir créé le disque, associez-le à une instance en cours d'exécution ou arrêtée. Exécutez la commande gcloud compute instances attach-disk :

    gcloud compute instances attach-disk INSTANCE_NAME \
      --disk DISK_NAME
    

    Remplacez l'élément suivant :

    • INSTANCE_NAME : le nom de l'instance à laquelle vous ajoutez le nouveau disque persistant zonal.
    • DISK_NAME : le nom du nouveau disque que vous associez à l'instance.
  3. Utilisez la commande gcloud compute disks describe pour afficher la description de votre disque

API

  1. Dans l'API, envoyez une requête POST pour créer un disque persistant zonal à l'aide de la méthode disks.insert. Incluez les propriétés name, sizeGb et type. Pour créer un disque non amorçable vide et non formaté, ne spécifiez pas d'image source, ni d'instantané source.

    POST https://compute.googleapis.com/compute/v1/projects/PROJECT_ID/zones/ZONE/disks
    
    {
     "name": "DISK_NAME",
     "sizeGb": "DISK_SIZE",
     "type": "zones/ZONE/diskTypes/DISK_TYPE"
    }
    

    Remplacez les éléments suivants :

    • PROJECT_ID : ID de votre projet.
    • ZONE : la zone où se trouvent l'instance et le nouveau disque.
    • DISK_NAME : le nom du nouveau disque.
    • DISK_SIZE : la taille, en Go, du nouveau disque. Les tailles acceptées sont comprises entre 10 et 65 536 Go inclus (augmentation par incréments de 1 Go).
    • DISK_TYPE : le type du disque persistant. Par exemple, pd-balanced.
  2. Envoyez une requête POST à la méthode compute.instances.attachDisk et incluez l'URL du disque persistant zonal que vous venez de créer.

    POST https://compute.googleapis.com/compute/v1/projects/PROJECT_ID/zones/ZONE/instances/INSTANCE_NAME/attachDisk
    
    {
     "source": "/compute/v1/projects/PROJECT_ID/zones/ZONE/disks/DISK_NAME"
    }
    

    Remplacez les éléments suivants :

    • PROJECT_ID : ID de votre projet.
    • ZONE : la zone où se trouvent l'instance et le nouveau disque.
    • INSTANCE_NAME : le nom de l'instance à laquelle vous ajoutez le nouveau disque persistant.
    • DISK_NAME : le nom du nouveau disque.

Après avoir créé et associé le disque à une VM, vous devez le formater et l'installer afin que le système d'exploitation puisse utiliser l'espace de stockage disponible.

Formater et installer un disque non amorçable sur une VM Linux

Se connecter à la VM

  1. Accédez à la page Instances de VM.

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cliquez sur le bouton SSH en regard de l'instance contenant le nouveau disque associé. Le navigateur ouvre une connexion de terminal vers la VM.

Formater le disque

  1. Dans le terminal, exécutez la commande lsblk pour répertorier les disques associés à votre instance, puis recherchez le disque que vous souhaitez formater et installer.

      $ sudo lsblk
      
      NAME   MAJ:MIN RM  SIZE RO TYPE MOUNTPOINT
      sda      8:0    0   10G  0 disk
      └─sda1   8:1    0   10G  0 part /
      sdb      8:16   0  250G  0 disk
      

    Dans cet exemple, sdb correspond au nom de l'appareil pour le nouveau disque persistant vide.

  2. Formatez le disque à l'aide de l'outil mkfs. Cette commande supprime toutes les données du disque spécifié. Assurez-vous donc de bien spécifier le disque concerné.

    Vous pouvez utiliser le format de fichier de votre choix. Toutefois, nous vous recommandons de n'utiliser qu'un seul système de fichiers ext4 sans table de partition. Vous pouvez augmenter la taille de votre disque ultérieurement, sans avoir à modifier les partitions de disque.

    Pour optimiser les performances du disque, utilisez les options de formatage recommandées dans l'option -E. Il n'est pas nécessaire de réserver de l'espace pour la racine sur ce disque secondaire. Par conséquent, spécifiez -m 0 pour utiliser tout l'espace disque disponible.

     $ sudo mkfs.ext4 -m 0 -E lazy_itable_init=0,lazy_journal_init=0,discard /dev/DEVICE_NAME
     

    Remplacez DEVICE_NAME par le nom du disque que vous formatez. Pour cet exemple, spécifiez sdb pour formater le disque entier, sans définir de table de partition.

Installer le disque

  1. Créez un répertoire servant de point d'installation pour le nouveau disque sur la VM. Vous pouvez utiliser n'importe quel répertoire. Dans cet exemple, un nouveau répertoire est créé sous /mnt/disks/.

    $ sudo mkdir -p /mnt/disks/MOUNT_DIR
    

    Remplacez MOUNT_DIR par le répertoire dans lequel installer le disque.

  2. Utilisez l'outil mount pour installer le disque sur l'instance et activez l'option discard :

    $ sudo mount -o discard,defaults /dev/DEVICE_NAME /mnt/disks/MOUNT_DIR
    

    Remplacez l'élément suivant :

    • DEVICE_NAME: nom du disque à installer.
    • MOUNT_DIR : répertoire dans lequel installer votre disque.
  3. Configurez les autorisations de lecture et d'écriture sur l'appareil. Dans l'exemple ci-dessous, nous allons accorder à tous les utilisateurs un accès en écriture au disque :

    $ sudo chmod a+w /mnt/disks/MOUNT_DIR
    

    Remplacez MOUNT_DIR par le répertoire dans lequel vous avez installé le disque.

Configurer l'installation automatique au redémarrage de la VM

Ajoutez le disque à votre fichier /etc/fstab, afin qu'il soit installé de nouveau automatiquement au redémarrage de la VM. Sur les systèmes d'exploitation Linux, le nom de l'appareil peut changer à chaque redémarrage, mais l'UUID de l'appareil pointe toujours vers le même volume, même lorsque vous déplacez des disques entre les systèmes. C'est pourquoi nous vous recommandons d'utiliser l'UUID de l'appareil plutôt que son nom pour configurer l'installation automatique au redémarrage de la VM.

  1. Créez une sauvegarde de votre fichier /etc/fstab actuel.

    $ sudo cp /etc/fstab /etc/fstab.backup
    
  2. Exécutez la commande blkid pour répertorier l'UUID du disque.

    $ sudo blkid /dev/DEVICE_NAME
    

    Remplacez l'élément suivant :

    • DEVICE_NAME : nom du disque que vous souhaitez installer automatiquement. Si vous avez créé une table de partition sur le disque, spécifiez la partition à installer en ajoutant le suffixe au nom de l'appareil. Par exemple, si sdb correspond au nom de l'appareil pour le disque, sdb1 peut être le nom de la partition.
  3. Ouvrez le fichier /etc/fstab dans un éditeur de texte, puis créez une entrée comprenant l'UUID. Exemple :

    UUID=UUID_VALUE /mnt/disks/MOUNT_DIR ext4 discard,defaults,MOUNT_OPTION 0 2
    

    Remplacez l'élément suivant :

    • UUID_VALUE : UUID du disque, répertorié dans le résultat de l'étape précédente.
    • MOUNT_DIR : répertoire dans lequel vous avez installé le disque.
    • MOUNT_OPTION : indique ce que le système d'exploitation fait s'il ne peut pas installer le disque zonal persistant au démarrage. Pour connaître les valeurs valides, consultez le champ 4 dans la documentation Linux fstab. Pour permettre au système de démarrer même si le disque n'est pas disponible, utilisez l'option d'installation nofail.
  4. Utilisez la commande cat suivante pour vérifier que les entrées /etc/fstab sont correctes :

    $ cat /etc/fstab
    
    LABEL=cloudimg-rootfs   /        ext4   defaults        0 0
    UUID=d761bdc5-7e2a-4529-a393-b9aefdb623b6 /mnt/disks/MOUNT_DIR ext4 discard,defaults,MOUNT_OPTION 0 2
    
    

Si vous dissociez ce disque ou créez un instantané à partir du disque de démarrage pour cette VM, modifiez le fichier /etc/fstab et supprimez l'entrée correspondant à ce disque. Même si MOUNT_OPTION est défini sur nofail ou nobootwait, gardez le fichier /etc/fstab synchronisé avec les appareils associés à votre VM et supprimez ces entrées avant de créer l'instantané du disque de démarrage ou de dissocier le disque.

Formater et installer un disque non amorçable sur une VM Windows

Utilisez l'outil Gestion du disque de Windows pour formater et installer le nouveau disque sur une VM Windows.

  1. Accédez à la page Instances de VM.

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cliquez sur le bouton RDP à côté de la VM à laquelle le nouveau disque vide est associé. Le navigateur ouvre une connexion RDP vers l'instance.

  3. Faites un clic droit sur le bouton "Démarrer" de Windows, puis sélectionnez Disk Management (Gestion du disque).

    Sélectionner "Disk Management" (Gestion du disque) en cliquant avec le bouton droit sur le bouton "Démarrer" de Windows

  4. La gestion du disque vous invite à sélectionner un schéma de partitionnement pour le nouveau disque. Sélectionnez GPT, puis cliquez sur OK.

    Sélectionner un schéma de partition dans la fenêtre d'initialisation du disque.

  5. Une fois que le disque est initialisé, faites un clic droit sur l'espace disque non alloué, puis sélectionnez New Simple Volume (Nouveau volume simple).

    Créer un volume simple à partir du disque associé.

  6. Suivez les instructions de l'écran New Simple Volume Wizard (Assistant Création d'un volume simple) pour configurer le nouveau volume. Vous pouvez utiliser le format de partition de votre choix. Toutefois, dans l'exemple ci-dessous, nous allons sélectionner NTFS. Cochez la case Perform a quick format (Effectuer un formatage rapide) pour accélérer le processus de formatage. Vous pouvez également définir la taille du cluster dans le champ Allocation unit size (Taille d'unité d'allocation). La taille du cluster limite la taille maximale de la partition. Gardez cela à l'esprit si vous essayez de redimensionner le disque persistant zonal et cette partition ultérieurement.

    Sélection du type de formatage de partition dans l'Assistant Création d'un volume simple.

  7. Une fois que vous avez achevé les étapes de l'assistant et que le formatage du volume est terminé, vérifiez dans la colonne Status (Statut) de la liste des disques associés que l'état du nouveau disque est défini sur Healthy (Sain).

    Vérifier que le nouveau disque est en ligne et que son état est défini comme étant sain

Vous pouvez maintenant écrire des fichiers sur le disque.

Étape suivante