Ajouter ou redimensionner des disques persistants

Cette page explique comment ajouter et formater de nouveaux disques persistants sur vos instances. Elle explique également comment redimensionner les disques de démarrage persistants et les disques persistants non amorçables secondaires. Vous ne pouvez redimensionner un disque persistant que dans le but d'augmenter sa taille. Vous ne pouvez pas la réduire.

Les disques persistants sont disponibles sous forme de disques durs standards (HDD) ou de disques durs SSD. Pour des informations plus générales sur les disques persistants et les types de disques persistants disponibles, consultez la présentation des disques persistants.

Compute Engine gère l'aspect matériel sous-jacent aux disques persistants, pour vous permettre d'ajouter et de redimensionner des disques sans vous soucier de la répartition ou de la redondance. Pour séparer vos données en plusieurs volumes, vous pouvez associer un disque secondaire de grande taille, puis le redimensionner au fur et à mesure que vous avez besoin d'espace supplémentaire, ou bien associer plusieurs disques plus petits.

À moins de créer un disque à partir d'une image, vos nouveaux disques persistants démarrent sans données ni systèmes de fichiers. Vous devez formater ces disques vous-même après les avoir associés à vos instances.

Si les disques persistants standards ou SSD ne répondent pas à toutes vos exigences en matière de performances ou de flexibilité, vous pouvez ajouter des options de stockage supplémentaires à vos instances.

Chaque disque persistant que vous créez a une taille de bloc physique par défaut de 4 Ko. Si votre application de base de données nécessite une taille de bloc physique plus importante, vous pouvez sélectionner 16 Ko lors de la création de votre disque. Cette fonctionnalité n'est pas disponible pour les disques de démarrage. Si vous souhaitez modifier la taille du bloc physique d'un disque existant, vous devez réaliser un instantané du disque, puis créer un disque. Il n'est pas possible de modifier directement la taille de bloc physique d'un disque persistant.

Avant de commencer

Ajouter un disque persistant à votre instance

Créez un disque persistant standard ou SSD, puis associez-le à une instance. Si vous ne disposez d'aucune instance, vous devez d'abord créer et démarrer une instance. Lors de la création de l'instance, vous pouvez associer jusqu'à 15 disques persistants secondaires non amorçables pour stocker vos applications, fichiers de données, bases de données et journaux sur des volumes distincts.

Créez et associez un disque persistant via la console Google Cloud Platform, l'outil gcloud ou l'API.

Console

Créez et associez un disque persistant dans la console Google Cloud Platform :

  1. Accédez à la page "Instances de VM".

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cliquez sur le nom de l'instance à laquelle vous souhaitez ajouter un disque.
  3. Cliquez sur Modifier en haut de la page des détails de l'instance.
  4. Dans Disques supplémentaires, cliquez sur Ajouter un élément.
  5. Dans le menu déroulant Nom, cliquez sur Créer un disque.
  6. Spécifiez un nom pour le disque, configurez les propriétés du disque et spécifiez le type de source du disque.

  7. Vous avez la possibilité de sélectionner la taille de bloc physique (Ko). La taille de disque par défaut est de 4 Ko. Toutefois, vous pouvez augmenter la taille de bloc physique du disque en sélectionnant 16 Ko dans le menu déroulant.

  8. Cliquez sur Créer pour créer le disque.

  9. En bas de la page des détails de l'instance, cliquez sur Enregistrer pour appliquer vos modifications à l'instance et associer le nouveau disque.

  10. Après avoir créé et associé un nouveau disque à une instance, vous devez formater et installer le disque pour que le système d'exploitation puisse utiliser l'espace de stockage disponible.

gcloud

Créez et associez un disque persistant avec l'outil gcloud :

  1. Exécutez la commande gcloud beta compute disks create pour créer un disque persistant. Si vous avez besoin d'un disque persistant SSD pour obtenir un débit ou un taux d'IOPS plus élevés, incluez l'indicateur --type et spécifiez pd-ssd. Ajoutez éventuellement l'indicateur --physical-block-size pour définir la taille du bloc physique.

    gcloud beta compute disks create [DISK_NAME] /
        --size [DISK_SIZE] /
        --type [DISK_TYPE] /
        --physical-block-size [BLOCK_SIZE]
    

    où :

    • [DISK_NAME] correspond au nom du nouveau disque.
    • [DISK_SIZE] correspond à la taille du nouveau disque en Go.
    • [DISK_TYPE] correspond au type du disque persistant (pd-standard ou pd-ssd).
    • [BLOCK_SIZE] est 4096 (4 Ko) ou 16384 (16 Ko). 4 Ko est la taille de bloc physique par défaut. 16 Ko est la taille de bloc physique augmentée.

  2. Après avoir créé le disque, associez-le à une instance en cours d'exécution ou arrêtée. Utilisez pour ce faire la commande gcloud compute instances attach-disk :

    gcloud compute instances attach-disk [INSTANCE_NAME] /
        --disk [DISK_NAME]
    

    où :

    • [INSTANCE_NAME] correspond au nom de l'instance à laquelle vous ajoutez le disque persistant.
    • [DISK_NAME] correspond au nom du nouveau disque que vous associez à l'instance.

    Après avoir créé et associé un disque à une instance, vous devez formater et installer le disque pour que le système d'exploitation puisse utiliser l'espace de stockage disponible.

  3. Utilisez la commande gcloud beta compute disks describe pour afficher une description de votre disque. La réponse inclut la taille de bloc physique du disque.

API

  1. Dans l'API, définissez une requête POST pour créer un disque persistant à l'aide de la méthode disks.insert. Incluez les propriétés name, sizeGb et type. Comme il s'agit d'un disque de données vide, vous devez inclure la propriété sourceImage. Ajoutez éventuellement la propriété physicalBlockSizeBytes pour définir la taille du bloc physique.

    POST https://www.googleapis.com/compute/beta/projects/[PROJECT_ID]/zones/[ZONE]/disks
    
    {
     "name": "[DISK_NAME]",
     "sizeGb": "[DISK_SIZE]",
     "type": "zones/[ZONE]/diskTypes/[DISK_TYPE]"
     "physicalBlockSizeBytes": "[BLOCK_SIZE]"
    }
    

    où :

    • [PROJECT_ID] est l'ID de votre projet.
    • [ZONE] correspond à la zone dans laquelle se trouvent votre instance et le nouveau disque.
    • [DISK_NAME] correspond au nom du nouveau disque.
    • [DISK_SIZE] correspond à la taille du nouveau disque en Go.
    • [DISK_TYPE] correspond au type du disque persistant (pd-standard ou pd-ssd).
    • [BLOCK_SIZE] est 4096 (4 Ko) ou 16384 (16 Ko). 4 Ko est la taille de bloc physique par défaut. 16 Ko correspond à une taille de bloc physique augmentée.

  2. Envoyez une requête POST à la méthode compute.instances.attachDisk et incluez l'URL du disque persistant que vous venez de créer.

    POST https://www.googleapis.com/compute/v1/projects/[PROJECT_ID]/zones/[ZONE]/instances/[INSTANCE_NAME]/attachDisk
    
    {
     "source": "/compute/v1/projects/[PROJECT_ID]/zones/[ZONE]/disks/[DISK_NAME]"
    }
    

    où :

    • [PROJECT_ID] est l'ID de votre projet.
    • [ZONE] est la zone dans laquelle se trouvent la nouvelle instance et le nouveau disque.
    • [INSTANCE_NAME] correspond au nom de l'instance à laquelle vous ajoutez le disque persistant.
    • [DISK_NAME] est le nom du nouveau disque.

Après avoir créé et associé un nouveau disque à une instance, vous devez formater et installer le disque pour que le système d'exploitation puisse utiliser l'espace de stockage disponible.

Formater et installer un disque persistant

Les nouveaux disques persistants démarrent sans données ni systèmes de fichiers. Vous devez formater ces disques vous-même après les avoir associés à vos instances. Le processus de formatage diffère selon que l'instance est une instance Linux ou une instance Windows.

Instances Linux


Formatez et installez le nouveau disque sur votre instance Linux. Vous êtes libre d'utiliser la configuration et le format de partition de votre choix, mais il est plus facile de créer un seul système de fichiers ext4 sans table de partition. Ce procédé permet de redimensionner aisément votre disque ultérieurement, si vous avez besoin de davantage d'espace de stockage.

  1. Accédez à la page "Instances de VM".

    Accéder à la page Instances de VM

  2. Cliquez sur le bouton SSH situé à côté de l'instance avec le nouveau disque associé. Le navigateur ouvre une connexion de terminal vers l'instance.

  3. Dans le terminal, exécutez la commande lsblk pour répertorier les disques associés à votre instance, puis recherchez le disque que vous souhaitez formater et installer.

    $ sudo lsblk
    
    NAME   MAJ:MIN RM  SIZE RO TYPE MOUNTPOINT
    sda      8:0    0   10G  0 disk
    └─sda1   8:1    0   10G  0 part /
    sdb      8:16   0  250G  0 disk
    

    Dans cet exemple, sdb correspond à l'ID d'appareil du nouveau disque persistant.

  4. Formatez le disque. Vous êtes libre d'utiliser le système de fichiers de votre choix. Toutefois, la méthode la plus simple consiste à formater le disque entier avec un seul système de fichiers ext4 et aucune table de partition. Si vous redimensionnez le disque persistant ultérieurement, vous serez en mesure de redimensionner le système de fichiers sans avoir à modifier les partitions de disque.

    Formatez le disque à l'aide de l'outil mkfs. Cette commande supprime toutes les données du disque spécifié. Assurez-vous donc de bien spécifier le disque concerné. Pour optimiser les performances du disque, utilisez les options de formatage recommandées dans l'indicateur -E. Il n'est pas nécessaire de réserver de l'espace pour la racine sur ce disque secondaire. Par conséquent, spécifiez -m 0 pour utiliser tout l'espace disque disponible.

    $ sudo mkfs.ext4 -m 0 -F -E lazy_itable_init=0,lazy_journal_init=0,discard /dev/[DEVICE_ID]
    

    [DEVICE_ID] est l'ID d'appareil du disque persistant que vous formatez. Pour cet exemple, spécifiez sdb pour formater le disque entier, sans définir de table de partition.

  5. Créez un répertoire qui va servir de point d'installation pour le nouveau disque. Vous être libre d'utiliser le répertoire de votre choix. Dans cet exemple, un nouveau répertoire est créé sous /mnt/disks/.

    $ sudo mkdir -p /mnt/disks/[MNT_DIR]
    

    [MNT_DIR] correspond au répertoire dans lequel vous allez installer votre disque persistant.

  6. Installez le disque sur l'instance à l'aide de l'outil mount en activant l'option discard :

    $ sudo mount -o discard,defaults /dev/[DEVICE_ID] /mnt/disks/[MNT_DIR]
    

    où :

    • [DEVICE_ID] correspond à l'ID d'appareil du disque persistant que vous installez.
    • [MNT_DIR] correspond au répertoire dans lequel vous allez installer votre disque persistant.
  7. Configurez les autorisations de lecture et d'écriture sur l'appareil. Dans l'exemple ci-dessous, nous allons accorder à tous les utilisateurs un accès en écriture au disque.

    $ sudo chmod a+w /mnt/disks/[MNT_DIR]
    

    [MNT_DIR] correspond au répertoire dans lequel vous avez installé votre disque persistant.

Vous pouvez également ajouter le disque persistant au fichier /etc/fstab afin qu'il soit installé de nouveau automatiquement au redémarrage de l'instance.

  1. Créez une sauvegarde de votre fichier /etc/fstab actuel.

    $ sudo cp /etc/fstab /etc/fstab.backup
    
  2. Utilisez la commande blkid pour rechercher l'UUID du disque persistant. Le système génère cet UUID lorsque vous formatez le disque. Utilisez les UUID pour installer des disques persistants, car ils ne subissent aucune modification lorsque vous déplacez des disques entre des systèmes.

    $ sudo blkid /dev/[DEVICE_ID]
    
    /dev/[DEVICE_ID]: UUID="[UUID_VALUE]" TYPE="ext4"
    

    où :

    • [DEVICE_ID] correspond à l'ID d'appareil du disque persistant que vous souhaitez installer de manière automatique. Si vous avez créé une table de partition sur le disque, spécifiez la partition à installer.
    • [UUID_VALUE] correspond à l'UUID du disque persistant que vous devez inclure dans le fichier /etc/fstab.
  3. Ouvrez le fichier /etc/fstab dans un éditeur de texte, puis créez une entrée comprenant l'UUID. Par exemple :

    UUID=[UUID_VALUE] /mnt/disks/[MNT_DIR] ext4 discard,defaults,[NOFAIL_OPTION] 0 2
    

    où :

    • [UUID_VALUE] correspond à l'UUID du disque persistant que vous devez inclure dans le fichier /etc/fstab.
    • [MNT_DIR] correspond au répertoire dans lequel vous avez installé votre disque persistant.
    • [NOFAIL_OPTION] correspond à une variable spécifiant la marche à suivre pour le système d'exploitation s'il se trouve dans l'incapacité d'installer le disque persistant au démarrage. Spécifiez cette option pour permettre au système de poursuivre le démarrage même s'il ne peut pas installer le disque persistant. Pour la plupart des distributions, spécifiez l'option nofail. Pour Ubuntu 12.04 ou Ubuntu 14.04, spécifiez l'option nobootwait.

    Vous pouvez également effectuer cette étape via une seule commande. Par exemple, la commande suivante crée une entrée dans /etc/fstab pour installer le disque persistant /dev/sdb sur /mnt/disks/disk-1 à l'aide de son UUID.

    $ echo UUID=`sudo blkid -s UUID -o value /dev/sdb` /mnt/disks/disk-1 ext4 discard,defaults,nofail 0 2 | sudo tee -a /etc/fstab
    
    UUID=c994cf26-1853-48ab-a6a5-9d7c0250fed4 /mnt/disks/disk-1 ext4 discard,defaults,nofail 0 2
    
    
  4. Utilisez la commande cat suivante pour vérifier que les entrées /etc/fstab sont correctes :

    $ cat /etc/fstab
    
    LABEL=cloudimg-rootfs   /        ext4   defaults        0 0
    UUID=d761bdc5-7e2a-4529-a393-b9aefdb623b6 /mnt/disks/disk-1 ext4 discard,defaults,nofail 0 2
    
    

Si vous dissociez ce disque persistant ou créez un instantané à partir du disque de démarrage pour cette instance, modifiez le fichier /etc/fstab et supprimez l'entrée correspondant à ce disque persistant. Même si vous définissez l'option nofail ou nobootwait, vous devez synchroniser le fichier /etc/fstab avec les disques associés à votre instance et supprimer ces entrées avant de créer l'instantané du disque de démarrage ou de dissocier vos disques persistants.

Instances Windows


Utilisez l'outil Gestion du disque de Windows pour formater et installer un nouveau disque sur une instance Windows.

  1. Accédez à la page "Instances de VM".

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cliquez sur le bouton RDP situé à côté de l'instance contenant le disque redimensionné. Le navigateur ouvre une connexion RDP vers l'instance.

  3. Faites un clic droit sur le bouton "Démarrer" de Windows, puis sélectionnez Gestion du disque.

    Sélectionner l'outil Gestion du disque de Windows dans le menu contextuel du bouton Démarrer de Windows.

  4. Si vous n'avez pas encore initialisé le disque persistant, l'outil vous invite à sélectionner un schéma de partitionnement pour le nouveau disque. Sélectionnez GPT, puis cliquez sur OK.

    Sélectionner un schéma de partitionnement dans la fenêtre d'initialisation du disque.

  5. Une fois que le disque est initialisé, faites un clic droit sur l'espace disque non alloué, puis sélectionnez New Simple Volume (Nouveau volume simple).

    Créer un volume simple à partir du disque associé.

  6. Suivez les instructions de l'écran New Simple Volume Wizard (Assistant Création d'un volume simple) pour configurer le nouveau volume. Vous pouvez utiliser le format de partition de votre choix. Toutefois, dans l'exemple ci-dessous, nous allons sélectionner NTFS. Cochez la case Perform a quick format (Effectuer un formatage rapide) pour accélérer le processus de formatage. Vous pouvez également définir la taille du cluster dans le champ Allocation unit size (Taille d'unité d'allocation). La taille du cluster limite la taille maximale de la partition, si vous essayez de redimensionner le disque persistant et cette partition ultérieurement.

    Sélectionner le type de format de partition dans l'Assistant Création d'un volume simple.

  7. Une fois que vous avez achevé les étapes de l'assistant et que le formatage du volume est terminé, vérifiez dans la colonne Status (Statut) de la liste des disques associés que l'état du nouveau disque est défini sur Healthy (Sain).

    Afficher la liste des disques reconnus par Windows et vérifier que l'instance est en ligne et définie sur l'état "Sain".

Et voilà ! Vous pouvez maintenant écrire des fichiers sur le disque persistant.

Redimensionner un disque persistant

Vous pouvez redimensionner les disques persistants lorsque vos instances requièrent davantage d'espace de stockage et associer plusieurs disques secondaires lorsque vous devez séparer vos données en partitions uniques.

Vous pouvez redimensionner les disques à tout moment, qu'ils soient ou non associés à une instance en cours d'exécution.

Console

  1. Accédez à la page Disques pour afficher la liste des disques persistants de votre projet.

    Accéder à la page Disques

  2. Cliquez sur le nom du disque à redimensionner.
  3. En haut de la page des détails du disque, cliquez sur Modifier.
  4. Dans le champ Taille, indiquez la nouvelle taille de votre disque. Le redimensionnement des disques de démarrage et des disques secondaires dotés de tables de partition MBR est limité à 2 To.
  5. En bas de la page des détails du disque, cliquez sur Enregistrer pour appliquer vos modifications au disque.
  6. Après avoir redimensionné le disque, vous devez redimensionner le système de fichiers pour que le système d'exploitation puisse accéder à l'espace supplémentaire.

gcloud


Dans l'outil gcloud, utilisez la commande disks resize, puis spécifiez l'indicateur --size avec la taille de disque souhaitée, exprimée en Go.

gcloud compute disks resize [DISK_NAME] --size [DISK_SIZE]

où :

  • [DISK_NAME] est le nom du disque que vous redimensionnez.
  • [DISK_SIZE] correspond à la nouvelle taille du disque en Go. Le redimensionnement des disques de démarrage et des disques secondaires dotés de tables de partition MBR est limité à 2 To.

Après avoir redimensionné le disque, vous devez redimensionner le système de fichiers pour que le système d'exploitation puisse accéder à l'espace supplémentaire.

API


Dans l'API, envoyez une requête POST à la méthode compute.disks.resize. Dans le corps de la requête, spécifiez le paramètre sizeGb et définissez-le sur la taille de disque souhaitée en Go.

POST https://www.googleapis.com/compute/v1/projects/[PROJECT_ID]/zones/[ZONE]/disks/[DISK_NAME]/resize

{
 "sizeGb": "[DISK_SIZE]"
}

Où :

  • [PROJECT_ID] est l'ID de votre projet.
  • [ZONE] correspond à la zone dans laquelle se trouve le disque.
  • [DISK_NAME] est le nom du disque que vous redimensionnez.
  • [DISK_SIZE] correspond à la nouvelle taille du disque en Go. Le redimensionnement des disques de démarrage et des disques secondaires dotés de tables de partition MBR est limité à 2 To.

Après avoir redimensionné le disque, vous devez redimensionner le système de fichiers pour que le système d'exploitation puisse accéder à l'espace supplémentaire.

Redimensionner le système de fichiers et les partitions sur un disque persistant

Après avoir redimensionné votre disque persistant, vous devez configurer le système de fichiers sur le disque pour utiliser l'espace disque supplémentaire. Si le disque possède une table de partition, comme un disque de démarrage, vous devez agrandir la partition et redimensionner le système de fichiers sur cette partition. Si votre disque persistant ne possède qu'un système de fichiers et aucune table de partition, vous pouvez vous contenter de redimensionner le système de fichiers.

Les instances qui utilisent les versions les plus récentes des images publiques peuvent également redimensionner automatiquement leurs partitions et systèmes de fichiers après un redémarrage du système. Les images publiques SUSE Linux Enterprise Server (SLES) sont les seules images à ne pas être compatibles avec cette fonctionnalité.

Avant de modifier le système de fichiers sur votre disque persistant, créez un instantané.

Instances Linux


Sur les instances Linux, connectez-vous à votre instance et redimensionnez manuellement vos partitions et systèmes de fichiers pour utiliser l'espace disque supplémentaire que vous avez ajouté. Ce processus manuel ne nécessite pas de redémarrer l'instance.

  1. Accédez à la page "Instances de VM".

    Accéder à la page Instances de VM

  2. Cliquez sur le bouton SSH situé à côté de l'instance avec le nouveau disque associé. Le navigateur ouvre une connexion de terminal vers l'instance.

  3. Identifiez le disque avec le système de fichiers et la partition à redimensionner. Si votre disque est déjà installé, vous pouvez utiliser la commande df et les commandes lsblk pour comparer la taille du système de fichiers et trouver l'ID du disque. Dans cet exemple, la partition /dev/sda1 se trouve sur un disque de démarrage de 20 Go redimensionné, mais la table de partition et le système de fichiers ne dédient que 9,7 Go au système d'exploitation. De plus, le disque secondaire /dev/sdb n'a pas de table de partition, mais le système de fichiers de ce disque ne fournit que 250 Go au système d'exploitation.

    $ df -h
    
    Filesystem      Size  Used Avail Use% Mounted on
    /dev/sda1       9.7G  1.2G  8.5G  12% /
    /dev/sdb        250G   60M  250G   1% /mnt/disks/disk-1
    
    
    $ sudo lsblk
    
    NAME    MAJ:MIN RM  SIZE RO TYPE MOUNTPOINT
    sda       8:0    0   20G  0 disk
    └─sda1    8:1    0   10G  0 part /
    sdb       8:16   0  500G  0 disk /mnt/disks/disk-1
    
    

    Dans cet exemple, la commande df indique que la partition /dev/sda1 est installée en tant que système de fichiers racine et que le disque /dev/sdb est installé en tant que disque secondaire sur /mnt/disks/disk-1.

  4. Si le disque n'a pas de table de partition et que seul un système de fichiers y a été défini, vous pouvez ignorer l'étape "growpart".

    Si le disque à redimensionner possède une table de partition, vous devez augmenter la partition avant de redimensionner le système de fichiers. Utilisez growpart pour redimensionner votre partition d'image. Les utilitaires des images n'incluent pas tous growpart, que vous allez peut-être devoir installer.

    $ sudo growpart /dev/[DEVICE_ID] [PARTITION_NUMBER]

    [DEVICE_ID] correspond à l'ID d'appareil et [PARTITION_NUMBER] au numéro de partition de cet appareil. Par exemple, sudo growpart /dev/sdb 1. Sachez que dans ce cas, il y a un espace entre l'ID d'appareil et le numéro de partition.

  5. Étendez le système de fichiers sur le disque ou la partition pour utiliser l'espace supplémentaire. Si vous avez augmenté la taille d'une partition sur votre disque, veuillez la spécifier. Si votre disque n'a pas de table de partition, spécifiez uniquement l'ID du disque.

    $ sudo resize2fs /dev/[DEVICE_ID][PARTITION_NUMBER]

    [DEVICE_ID] correspond à l'ID d'appareil et [PARTITION_NUMBER] au numéro de partition de l'appareil sur lequel vous redimensionnez le système de fichiers. Par exemple, /dev/sdb pointe vers un disque et /dev/sdb1 pointe vers la première partition sur ce disque.

    Si vous utilisez XFS, utilisez la commande xfs_growfs pour étendre le système de fichiers :

    $ sudo xfs_growfs /dev/[DEVICE_ID][PARTITION_NUMBER]
  6. Vous pouvez également utiliser la commande df pour vérifier que le système de fichiers a bien été redimensionné.

    $ df -h /dev/[DEVICE_ID]
    
    Filesystem        Size  Used Avail Use% Mounted on
    /dev/[DEVICE_ID]  493G   70M  492G   1% /mnt/disks/disk-1
    

    [DEVICE_ID] correspond à l'ID d'appareil du disque sur lequel vous souhaitez afficher la configuration du système de fichiers.

Instances Windows


Utilisez l'outil Gestion du disque de Windows pour redimensionner des partitions sur une instance Windows.

  1. Accédez à la page "Instances de VM".

    Accéder à la page "Instances de VM"

  2. Cliquez sur le bouton RDP situé à côté de l'instance contenant le disque redimensionné. Le navigateur ouvre une connexion RDP vers l'instance.
  3. Faites un clic droit sur le bouton "Démarrer" de Windows, puis sélectionnez Disk Management (Gestion du disque) pour ouvrir l'outil de gestion du disque.

    Sélectionner l'outil Gestion du disque de Windows dans le menu contextuel du bouton Démarrer de Windows.

  4. Actualisez l'outil Gestion du disque afin qu'il reconnaisse l'espace supplémentaire sur votre disque persistant. En haut de la fenêtre, cliquez sur Action et sélectionnez Refresh (Actualiser).

    Cliquer sur le menu Action et sélectionner Actualiser pour mettre à jour les informations du disque persistant dans l'outil Gestion du disque.

  5. Sur le disque que vous avez redimensionné, faites un clic droit sur la partition formatée et sélectionnez Extend Volume (Étendre le volume).

    Cliquer avec le bouton droit de la souris sur la partie formatée du disque et sélectionner l'option Étendre le volume.

  6. Suivez les instructions de l'Assistant Extension du volume pour étendre votre partition existante afin d'inclure l'espace disque supplémentaire. Si la partition existante est formatée en NTFS, la taille de partition maximale est limitée par ses paramètres de taille de cluster.

  7. Une fois que vous avez achevé les étapes de l'assistant et que le formatage du volume est terminé, vérifiez dans la colonne Status (Statut) de la liste des disques associés que l'état du nouveau disque est défini sur Healthy (Sain).

    Afficher la liste des disques reconnus par Windows et vérifier que l'instance est en ligne et définie sur l'état "Sain".

Vous pouvez maintenant utiliser l'espace supplémentaire du disque persistant pour stocker des données.

Définir l'état de suppression automatique d'un disque persistant

Il est possible de supprimer automatiquement les disques persistants accessibles en lecture/écriture, lorsque l'instance de machine virtuelle associée est supprimée. Ce comportement est contrôlé par la propriété autoDelete sur l'instance de machine virtuelle, pour un disque persistant associé défini, et peut être mis à jour à tout moment. Vous pouvez également empêcher la suppression d'un disque persistant en définissant la valeur autoDelete sur false.

Console

  1. Accédez à la page Instances de VM.
  2. Sur la page Instances de VM, sélectionnez l'instance pour laquelle vous souhaitez dissocier le disque.
  3. Dans Disques de démarrage et disques locaux, vérifiez si l'option Supprimer le disque de démarrage lorsque l'instance est supprimée est sélectionnée. Si vous souhaitez la désélectionner, cliquez sur le bouton Modifier en haut de la page.
  4. Enregistrez les modifications.

gcloud


Pour définir l'état de suppression automatique d'un disque persistant, utilisez la commande gcloud compute instances set-disk-auto-delete :

gcloud compute instances set-disk-auto-delete example-instance \
  [--auto-delete|--no-auto-delete] --disk example-disk

API


Si vous utilisez l'API, envoyez une requête POST à l'URI suivant :

https://www.googleapis.com/compute/v1/projects/example-project/zones/us-central1-f/instances/example-instance/setDiskAutoDelete?deviceName=deviceName,autoDelete=true

Si vous utilisez la bibliothèque cliente, utilisez la méthode instances().setDiskAutoDelete :

def setAutoDelete(gce_service, auth_http):
  request = gce_service.instances().setDiskAutoDelete(project=example-project, zone=us-central1-f, deviceName=my-new-device, instance=example-instance, autoDelete=True)
  response = request.execute(http=auth_http)

  print response

Partager un disque persistant entre plusieurs instances

Vous pouvez associer un disque persistant non amorçable à plusieurs instances de machine virtuelle en mode lecture seule, ce qui vous permet de partager des données statiques entre plusieurs instances. Le partage de données statiques entre plusieurs instances à partir d'un seul disque persistant est plus économique que de répliquer vos données sur des disques dédiés à chaque instance.

Si vous associez un disque persistant à plusieurs instances, toutes ces instances doivent définir une association au disque persistant en mode lecture seule. Il est impossible d'associer le disque persistant à plusieurs instances en mode lecture/écriture. Si vous devez partager un espace de stockage dynamique entre plusieurs instances, choisissez l'une des options suivantes :

Si vous avez un disque persistant avec des données que vous souhaitez partager entre plusieurs instances, dissociez-le des instances en mode lecture/écriture et associez-le à une ou plusieurs instances en mode lecture seule.

Console

  1. Accédez à la page "Instances" pour afficher la liste des instances de votre projet.

    Accéder à la page "Instances"

  2. Dans la colonne Nom, cliquez sur le nom de l'instance à laquelle vous souhaitez associer le disque. La page des détails de l'instance s'affiche.
  3. Cliquez sur Modifier en haut de la page des détails de l'instance.
  4. Dans la section Disques supplémentaires, cliquez sur Ajouter un élément pour ajouter un élément de disque à la liste des disques persistants non amorçables associés.
  5. Dans la colonne Nom, cliquez sur Sélectionner un disque, puis sur le nom du disque à associer. Si vous créez un disque non amorçable, configurez ses propriétés, puis cliquez sur Créer pour appliquer les modifications.
  6. Dans la colonne Mode, cliquez sur Lecture/Écriture et changez le mode en Lecture seule.
  7. En bas de la page des détails de l'instance, cliquez sur Enregistrer pour appliquer vos modifications à l'instance.
  8. Connectez-vous à l'instance et installez le disque.
  9. Répétez cette opération pour ajouter le disque à d'autres instances en mode lecture seule.

gcloud

Dans l'outil gcloud, utilisez la commande compute instances attach-disk, puis spécifiez l'indicateur --mode avec l'option ro.

gcloud compute instances attach-disk [INSTANCE_NAME] --disk [DISK_NAME] --mode ro

où :

  • [INSTANCE_NAME] correspond au nom de l'instance à laquelle vous souhaitez associer le disque persistant.
  • [DISK_NAME] correspond au nom du disque que vous souhaitez associer.

Après avoir associé le disque, connectez-vous à l'instance et installez le disque.

Répétez cette commande pour chaque instance sur laquelle vous souhaitez ajouter ce disque en mode lecture seule.

API

Dans l'API, envoyez une requête POST à la méthode compute.instances.attachDisk. Dans le corps de la requête, définissez le paramètre mode en tant que READ_ONLY.

POST https://www.googleapis.com/compute/v1/projects/[PROJECT_ID]/zones/[ZONE]/instances/[INSTANCE_NAME]/attachDisk

{
 "source": "zones/[ZONE]/disks/[DISK_NAME]",
 "mode": "READ_ONLY"
}

où :

  • [INSTANCE_NAME] correspond au nom de l'instance à laquelle vous souhaitez associer le disque persistant.
  • [PROJECT_ID] est l'ID de votre projet.
  • [ZONE] est la zone où se trouve le disque.
  • [DISK_NAME] est le nom du disque que vous associez.

Après avoir associé le disque, connectez-vous à l'instance et installez le disque.

Répétez cette requête pour chaque instance sur laquelle vous souhaitez ajouter ce disque en mode lecture seule.

Étapes suivantes

Cette page vous a-t-elle été utile ? Évaluez-la :

Envoyer des commentaires concernant…

Documentation Compute Engine