Paramètres des instances

Cette page fournit des informations sur les paramètres disponibles pour les instances Cloud SQL.

Paramètres

Paramètre Modifiable après la création ? Valeurs possibles
ID d'instance N L'ID est composé de lettres minuscules, de chiffres et de tirets. Le premier caractère doit être une lettre.
Région N asia-east1 – Taïwan
asia-east2 – Hong Kong
asia-northeast1 – Tokyo
asia-northeast2 – Osaka
asia-northeast3 – Séoul
asia-south1 – Mumbai
asia-southeast1 – Singapour
asia-southeast2 – Jakarta
australia-southeast1 – Sydney
europe-north1 – Finlande
europe-west1 – Belgique
europe-west2 – Londres
europe-west3 – Francfort
europe-west4 – Pays-Bas
europe-west6 – Zurich
northamerica-northeast1 – Montréal
southamerica-east1 – São Paulo
us-central1 – Iowa
us-east1 – Caroline du Sud
us-east4 – Virginie du Nord
us-west1 – Oregon
us-west2 – Los Angeles
us-west3 – Salt Lake City
us-west4 – Las Vegas
Zone O Les valeurs possibles dépendent de la région.
Version de la base de données N SQL Server 2017 Standard (par défaut)
SQL Server 2017 Enterprise
SQL Server 2017 Express
SQL Server 2017 Web

Pour connaître les limites de ces versions en termes de ressources, consultez la section Scale Limits.

Adresse IP privée Une fois configuré, ce paramètre ne peut plus être désactivé. Configuré ou non
Adresse IP publique O Activé ou désactivé
Réseaux autorisés O Si le paramètre "Adresse IP publique" est activé, les valeurs possibles sont les adresses IP autorisées à se connecter à l'instance. Vous pouvez également spécifier cette valeur sous la forme d'une plage d'adresses IP au format CIDR.
Cœurs O Pour en savoir plus sur les limites d'échelle pour les cœurs, consultez la page Éditions et fonctionnalités prises en charge de SQL Server 2017.
Mémoire O Pour en savoir plus sur les limites d'échelle pour la mémoire, consultez la page Éditions et fonctionnalités prises en charge de SQL Server 2017.
Type de stockage N SSD (seule valeur)
Capacité de stockage O
(augmentation seulement)
La capacité des instances comportant au moins un processeur virtuel (non partagé) peut atteindre 30 720 Go.
La capacité des instances comportant un processeur virtuel partagé peut atteindre 3 062 Go.
Augmentation automatique de l'espace de stockage O Activé (valeur par défaut)
Désactivé
Limite de l'augmentation automatique de l'espace de stockage O En Go. 0 (valeur par défaut) signifie qu'il n'y a pas de limite.
Sauvegardes O
Activé (valeur par défaut)
Désactivé
Options d'emplacement O Multirégional (valeur par défaut)
Régional

Il existe également un menu déroulant avec une liste de zones multirégionales lorsque vous sélectionnez Multirégional ou de régions lorsque vous sélectionnez Régional.

Disponibilité : zone unique O
Activé (valeur par défaut)
Désactivé
Haute disponibilité (régionale) O
Activé
Désactivé (valeur par défaut)
Maintenance : intervalle souhaité O À n'importe quel moment (valeur par défaut)
Jour de la semaine
Maintenance : ordre des mises à jour O À n'importe quel moment (valeur par défaut)
Plus tard
Avant
Indicateurs de base de données O Consultez la page Configurer des indicateurs de base de données.
ID d'instance

L'ID d'instance est le nom de l'instance. Il permet de l'identifier de manière unique dans le projet. Si possible, choisissez le nom de l'instance en fonction de la finalité de cette dernière.

La longueur totale de l'ID project-ID:instance-ID ne doit pas dépasser 98 caractères.

Vous n'avez pas besoin d'indiquer l'ID du projet. Cet ajout s'effectue automatiquement le cas échéant (par exemple, dans les fichiers journaux).

Après avoir supprimé l'instance, vous ne pouvez pas réutiliser son nom pendant un laps de temps maximal d'une semaine.

Région
Région Google Cloud Platform où se trouve l'instance. Vous ne pouvez définir la région que lors de la création de l'instance. Pour améliorer les performances, vos données doivent être à proximité des services qui les utilisent. Pour en savoir plus, consultez la page Emplacements des instances.
Zone
Zone Google Cloud dans laquelle se trouve votre instance. Si vous vous connectez à partir d'une instance Compute Engine, sélectionnez la zone dans laquelle elle se trouve. Sinon, acceptez la zone par défaut. Vous pouvez modifier l'instance ultérieurement pour modifier la zone, si nécessaire. Pour en savoir plus, consultez la page Emplacements des instances.
Cœurs

Nombre de processeurs de votre instance.

Pour obtenir des exemples de configurations combinant cœurs et mémoire, consultez la section Exemples de types de machines.

Mémoire

Quantité de mémoire disponible pour votre instance. Pour les charges de travail dépendant des performances telles que le traitement transactionnel en ligne (OLTP, Online Transaction Processing), assurez-vous que l'instance dispose de suffisamment de mémoire pour contenir l'intégralité de l'ensemble de travail. Toutefois, d'autres facteurs tels que le nombre de connexions actives peuvent avoir une incidence sur les besoins en mémoire. Effectuez des tests de charge pour éviter les problèmes de performances en production.

Pour obtenir des exemples de configurations combinant cœurs et mémoire, consultez la section Exemples de types de machines.

Version de la base de données
À moins que vous n'ayez besoin d'une fonctionnalité qui n'est disponible que dans une version spécifique, vous devez accepter la version par défaut de la base de données.
Type de stockage
Si vous choisissez SSD, la valeur par défaut (et la seule disponible), votre instance dispose d'un stockage SSD. Les disques SSD offrent une latence inférieure et un débit de données plus élevé.
Capacité de stockage

Choisissez une capacité adaptée à la taille de votre base de données. Vous pouvez augmenter la capacité de stockage après avoir créé votre instance. En revanche, il est impossible de la réduire. La capacité de stockage allouée à votre instance influe sur son coût. Pour plus d'informations, consultez la section Tarifs du stockage et du réseau.

La capacité de stockage des instances dupliquées avec accès en lecture doit toujours être au moins égale à celle de l'instance principale. Lorsqu'une instance principale est redimensionnée, toutes les instances dupliquées avec accès en lecture le sont également, si nécessaire, de sorte qu'elles aient une capacité de stockage au moins égale à celle de l'instance principale mise à jour.

Augmentation automatique de l'espace de stockage

Si vous activez ce paramètre, Cloud SQL vérifie l'espace de stockage disponible toutes les 30 secondes. S'il passe sous un certain seuil, Cloud SQL ajoute automatiquement de la capacité de stockage supplémentaire. S'il passe sous ce seuil de manière répétée, Cloud SQL continue d'ajouter de l'espace de stockage jusqu'à atteindre la limite de 30 To.

Le paramètre d'augmentation automatique de l'espace de stockage d'une instance principale s'applique automatiquement à toutes ses instances dupliquées avec accès en lecture. Il ne peut pas être défini indépendamment pour les instances dupliquées avec accès en lecture.

Seuil

Le seuil dépend de l'espace de stockage actuellement configuré pour l'instance. Il ne peut pas dépasser 25 Go.

Pour les instances dotées d'un espace de stockage de 500 Go (ou plus), le seuil est toujours de 25 Go.

Pour celles dont l'espace de stockage est inférieur à 500 Go, le seuil est calculé à l'aide de la formule suivante :

  5 + (provisioned storage)/25

Le résultat de la division est arrondi au nombre entier inférieur le plus proche.

Calcul du seuil pour une instance disposant d'une capacité de stockage de 66 Go :

5 + (1/25th of 66 GB) = 5 + (66/25) = 5 + 2.6 -> 5 + 2 = 7 GB
Calcul du seuil pour une instance disposant d'une capacité de stockage de 1 000 Go :
5 + (1/25th of 1000 GB) = 5 + (1000/25) = 5 + 40 = 45 -> maximum value of 25 GB

Quantité d'espace de stockage ajoutée

La quantité d'espace de stockage ajoutée à l'instance est égale à la taille du seuil.

Limite de l'augmentation automatique de l'espace de stockage

Si vous activez le paramètre Augmentation automatique de l'espace de stockage, vous pouvez définir une limite quant à la quantité d'espace de stockage pouvant être automatiquement ajoutée à l'instance. Étant donné que vous ne pouvez pas réduire la taille de l'espace de stockage, cette limite peut empêcher la taille de l'instance d'augmenter de manière excessive (en raison d'une hausse temporaire du trafic). Gardez à l'esprit que lorsqu'une instance ne peut plus ajouter l'espace de stockage dont elle a besoin, elle risque de ne plus accepter les connexions entrantes et de passer en mode hors connexion.

La valeur par défaut 0 signifie qu'il n'existe aucune limite (autre que l'espace de stockage disponible maximal pour le niveau d'instance concerné).

Pour définir la limite lorsque vous créez l'instance, utilisez le paramètre --storage-auto-increase-limit=integer value of GB, comme décrit sur la page Créer une instance. Pour définir la limite sur une instance existante, utilisez le même paramètre avec la commande gcloud beta sql instances patch.

Le paramètre de limite de l'augmentation automatique de l'espace de stockage d'une instance principale s'applique automatiquement à toutes ses instances dupliquées avec accès en lecture. Il ne peut pas être défini indépendamment pour les instances dupliquées avec accès en lecture.

Sauvegardes
Ce paramètre détermine si des sauvegardes automatiques sont effectuées.
Options d'emplacement

Vous pouvez choisir de stocker les sauvegardes dans une seule ou plusieurs régions. Multirégional est l'option par défaut et le choix recommandé. Les sauvegardes sont stockées dans les régions les plus proches de l'instance.

Vous avez également la possibilité de sélectionner un emplacement personnalisé pour la sauvegarde. N'utilisez cette option que si la réglementation l'exige ou si une règle d'administration exige que vos sauvegardes se trouvent dans des régions uniques ou multiples. Pour en savoir plus, consultez l'article Emplacements personnalisés.

Disponibilité : zonale

Place votre instance et vos sauvegardes dans une seule zone. Lorsque vous sélectionnez cette option, il n'y a pas de basculement en cas de panne.

Haute disponibilité (régionale)

Lorsque vous sélectionnez l'option Haute disponibilité (régionale), en cas de panne, votre instance bascule vers une autre zone de la région hébergeant l'instance, tant que la zone de basculement ne présente pas de panne. Il est recommandé de sélectionner Haute disponibilité (régionale) pour les instances de votre environnement de production.

Consultez la présentation de la configuration de la haute disponibilité.

Intervalle de maintenance

Jour et heure auxquelles les mises à jour perturbatrices (qui nécessitent le redémarrage de l'instance) peuvent être effectuées sur l'instance Cloud SQL. Si l'intervalle de maintenance est défini pour une instance, Cloud SQL ne lance pas de mise à jour perturbatrice sur celle-ci en dehors de cet intervalle. Il n'est pas certain que la mise à jour se termine avant la fin de l'intervalle de maintenance, mais le redémarrage ne prend généralement que quelques minutes.

Les instances dupliquées avec accès en lecture n'acceptent pas le paramètre d'intervalle de maintenance et peuvent faire l'objet à tout moment d'une mise à jour perturbatrice.

Aucun événement de basculement ne se produit pendant un intervalle de maintenance.

Planification des maintenances

Ce paramètre vous permet d'indiquer la chronologie relative souhaitée pour les mises à jour d'instances nécessitant un redémarrage. Vous pouvez ainsi recevoir une mise à jour à l'avance afin de la tester pour votre application, avant vos instances qui l'obtiendront ultérieurement.

La chronologie relative des mises à jour n'est pas respectée entre les projets. Si les instances d'un projet sont associées à une date de planification ultérieure à celle des instances d'un autre projet, Cloud SQL ne tente pas de mettre à jour d'abord les instances associées à la date de planification antérieure.

Si vous ne définissez pas le paramètre "Planification des maintenances", Cloud SQL choisit le moment auquel les mises à jour de l'instance seront effectuées (dans son intervalle de maintenance, le cas échéant).

Le paramètre "Planification des maintenances" n'a aucune incidence sur la version du logiciel que Cloud SQL applique à l'instance.

Adresse IP privée
Ce paramètre vous permet de configurer l'instance pour qu'elle utilise une adresse IP privée. En savoir plus
Adresse IP publique
Si ce paramètre est activé, une adresse IPv4 publique est allouée à l'instance. Lorsque vous le désactivez, cette adresse est libérée. Vous pouvez réactiver le paramètre ultérieurement mais vous recevrez une adresse IPv4 différente. Par défaut, l'adresse IP publique est bloquée pour toutes les adresses. Utilisez le paramètre Réseaux autorisés pour autoriser l'accès.
Réseaux autorisés
Vous pouvez ajouter des adresses IP ou des plages d'adresses spécifiques pour permettre les connexions à votre instance à partir de ces adresses.

Pour en savoir plus sur la configuration des adresses IP, consultez la page Configurer la connectivité IP.

Règle d'activation
Vous pouvez changer la règle d'activation en démarrant et en arrêtant l'instance. L'arrêt d'une instance évite que des frais supplémentaires ne soient facturés pour cette dernière.
Indicateurs de la base de données

Vous pouvez définir des indicateurs de base de données spécifiques pour l'instance Cloud SQL.

Pour obtenir la liste complète des indicateurs de base de données disponibles, consultez la page Configurer des indicateurs de base de données.

Impact des modifications apportées aux paramètres d'instance

Pour la plupart des paramètres d'instance, Cloud SQL applique immédiatement les modifications, et la connectivité à l'instance demeure inchangée.

Si vous changez le nombre de processeurs, la taille de la mémoire ou la zone de l'instance, celle-ci est déconnectée pendant plusieurs minutes. Prévoyez d'effectuer ce type de modification lorsque votre application peut gérer une interruption de service de cette durée.

Étapes suivantes