Fonctionnalités

Google Cloud Shell est un environnement shell interactif pour Google Cloud Platform. Il vous permet de gérer facilement vos projets et vos ressources sans avoir à installer le SDK Google Cloud ni aucun autre outil sur votre système. Avec Cloud Shell, l'outil de ligne de commande gcloud du SDK Cloud et les autres utilitaires dont vous avez besoin sont toujours disponibles en temps voulu.

Session Cloud Shell

Cloud Shell fournit les services suivants :

Instance de machine virtuelle

Le démarrage de Cloud Shell entraîne le provisionnement d'une machine virtuelle Google Compute Engine g1-small exécutant un système d'exploitation Linux basé sur Debian. Les instances Cloud Shell sont configurées par utilisateur et par session. L'instance persiste tant que votre session Cloud Shell est active et s'arrête après une heure d'inactivité.

Accès via la ligne de commande

Cloud Shell vous permet d'accéder à l'instance de machine virtuelle via la ligne de commande, depuis une fenêtre de terminal s'ouvrant dans la console Google Cloud Platform. Vous pouvez ouvrir plusieurs connexions shell à la même instance, qui persiste entre les sessions. En plus de vous donner accès à l'outil de ligne de commande gcloud du SDK Cloud ainsi qu'aux autres utilitaires de ligne de commande, la commande cloudshell vous permet de lancer des tutoriels, d'ouvrir l'éditeur de code et de télécharger des fichiers. Exécutez la commande cloudshell help pour plus d'informations.

Éditeur de code

L'éditeur de code Cloud Shell est actuellement disponible en version bêta, et vous pouvez maintenant utiliser Theia.

Vous pouvez l'utiliser pour parcourir les répertoires de fichiers ainsi que pour afficher et modifier des fichiers, tout en conservant l'accès à Cloud Shell. L'éditeur de code est disponible par défaut avec chaque instance Cloud Shell.

Vous pouvez accéder à l'éditeur de code à partir de la barre d'outils en cliquant sur l'icône en forme de crayon.

Session Cloud Shell avec éditeur de code

Vous pouvez également ouvrir un fichier existant (par exemple, le fichier README-cloudshell.txt de l'environnement ci-dessus) dans l'éditeur de code en exécutant la commande cloudshell dans Cloud Console, comme suit :

cloudshell edit README-cloudshell.txt

Stockage sur disque persistant

Cloud Shell fournit 5 Go d'espace de stockage gratuits sur un disque persistant utilisé comme répertoire $HOME sur l'instance de machine virtuelle. Cet espace stockage est fourni pour chaque utilisateur et est disponible pour tous les projets. Contrairement à l'instance elle-même, le stockage n'a pas de délai d'inactivité. Tous les fichiers stockés dans votre répertoire d'accueil, y compris les logiciels installés, les scripts et les fichiers de configuration utilisateur comme .bashrc et .vimrc, sont conservés d'une session à l'autre. Votre répertoire $HOME est privé et les autres utilisateurs ne peuvent pas y accéder.

Outils disponibles

L'instance de machine virtuelle Cloud Shell comprend les outils pré-installés suivants :

Type Outil
Interpréteurs shell Linux bash
sh
Utilitaires Linux Utilitaires système Debian standards
SDK et outils Google SDK Google App Engine
SDK Google Cloud, y compris l'outil de ligne de commande gcloud
gsutil pour Cloud Storage
Éditeurs de texte Emacs
Vim
Nano
Outils de compilation et d'empaquetage Gradle
Make
Maven
Bazel
npm
nvm
pip
Composer
Outils de gestion des versions Git
Mercurial
Outils complémentaires Docker
iPython
Client MySQL
Compilateur gRPC
TensorFlow

Vous pouvez installer des packages logiciels supplémentaires sur l'instance de machine virtuelle, mais ils ne seront pas conservés après la fin de l'instance, à moins que vous n'installiez les logiciels dans votre répertoire $HOME.

Langages compatibles

L'instance de machine virtuelle Cloud Shell est compatible avec les langages suivants :

Langage Version
Java JRE/JDK 1.8 et 1.11
Go 1.11
Python 2.7.13
Node.js v10.14.2
Ruby 2.6.0
PHP 7.0.33
.NET Core SDK, versions 2.0.0 et 2.1.502
Environnements d'exécution principaux 2.0.0 et 2.1.6

L'environnement Java par défaut est la version 1.8. Pour modifier la session Cloud Shell actuelle afin qu'elle utilise la version 1.11 de JRE et JDK, saisissez les informations suivantes dans l'invite de commande Cloud Shell :

sudo update-java-alternatives -s java-1.11.0-openjdk-amd64 && export JAVA_HOME=/usr/lib/jvm/java-11-openjdk-amd64

Pour revenir à la version 1.8.0, procédez comme suit :

sudo update-java-alternatives -s java-1.8.0-openjdk-amd64 && export JAVA_HOME=/usr/lib/jvm/java-8-openjdk-amd64/jre

Vous pouvez ignorer les messages d'erreur indiquant qu'il est impossible de modifier les versions de certains fichiers binaires. Le changement de version persistera jusqu'à ce que l'instance de machine virtuelle Cloud Shell soit arrêtée. Si vous souhaitez basculer définitivement vers Java 1.11, ajoutez la première des deux commandes ci-dessus à votre fichier .bashrc.

Aperçu sur le Web

Cloud Shell vous permet d'exécuter des applications Web sur une instance de VM Cloud Shell et de les prévisualiser à partir de la console Google Cloud Platform. Les applications Web doivent écouter les requêtes HTTP sur les ports compris dans la plage autorisée (2000 à 65000). Ces ports ne sont disponibles que pour le service proxy Cloud Shell sécurisé, de sorte que seul votre compte peut y accéder via HTTPS.

Pour vous connecter à une application Web s'exécutant sur une instance, cliquez sur le bouton Aperçu sur le Web Bouton "Aperçu sur le Web" au-dessus de la fenêtre du terminal Cloud Shell dans la console GCP. Ensuite, sélectionnez le numéro de port dans le menu qui s'affiche. Ceci entraîne l'ouverture dans une nouvelle fenêtre de navigateur d'une URL d'aperçu sur le service proxy Cloud Shell.

Mode Boost

Le mode Boost augmente temporairement la puissance de votre VM Cloud Shell, qui passe du type de machine g1-small par défaut à une instance de VM n1-standard-1. Cette fonctionnalité peut être utile si vous souhaitez continuer à travailler sur Cloud Shell et que vous avez besoin de davantage de ressources processeur ou mémoire pendant un laps de temps relativement court.

Pour activer le mode Boost, recherchez l'option "Activer le mode Boost" dans le menu "Plus" (l'icône à trois points en haut à droite de Cloud Shell). Son activation booste toutes les sessions pendant 24 heures. L'activation du mode Boost redémarre Cloud Shell et met immédiatement fin à votre session. Une nouvelle VM est alors provisionnée, ce qui peut prendre quelques minutes. Notez que, dans ce cas, les données de votre répertoire d'accueil sont conservées, mais que tous les processus en cours d'exécution sont perdus.

L'utilisation de Cloud Shell en mode Boost est soumise à des limites d'utilisation régulière. Cette fonctionnalité est à l'état expérimental, et d'autres restrictions peuvent s'appliquer à l'avenir.

Autorisation

Cloud Shell fournit une autorisation d'accès intégrée aux projets et aux ressources hébergés sur Google Cloud Platform. Vous n'avez pas besoin de réaliser d'autres étapes d'autorisation pour accéder aux ressources de la plate-forme à l'aide de l'outil de ligne de commande gcloud du SDK Cloud.

Compatibilité tmux

Par défaut, Cloud Shell utilise tmux, ce qui lui permet d'améliorer la persistance entre les sessions de navigation. Par exemple, si vous actualisez la console GCP dans un onglet ou que vous vous connectez à Cloud Shell à partir d'un autre ordinateur, l'état de la session n'est pas perdu.

Cloud Shell accepte les raccourcis clavier tmux par défaut. Par exemple, si vous appuyez sur Ctrl+b, puis sur %, tmux divise la fenêtre de la session en cours en volets gauche et droit, ce qui peut être utile pour le débogage.

Pour désactiver tmux dans Cloud Shell, cliquez sur le bouton Paramètres Bouton "Paramètres", sélectionnez Paramètres tmux et décochez l'option Activer l'intégration tmux.

Statistiques sur l'utilisation du terminal

Cloud Shell recueille des statistiques d'utilisation anonymes sur les commandes exécutées dans le terminal Cloud Shell. Nous les collectons uniquement pour les commandes pré-installées dans Cloud Shell. Nous ne collectons pas de statistiques relatives à des informations personnelles, telles que les arguments transmis à ces commandes. De plus, ces statistiques ne peuvent pas être ré-associées à votre compte. Pour désactiver la collecte de ces données, sélectionnez Statistiques d'utilisation dans les Paramètres Cloud Shell (en cliquant sur l'icône à trois points).

Remarque : Ces données sont à distinguer des statistiques d'utilisation de gcloud, qui sont activées par défaut dans Cloud Shell.

Mode sécurisé

Cloud Shell se ferme immédiatement après connexion s'il y a un problème dans vos fichiers .bashrc ou .tmux.conf. Pour résoudre ce problème, ouvrez Cloud Shell en mode sans échec en ajoutant cloudshellsafemode=true à l'URL. Cloud Shell redémarre et vous connecte en mode root, vous permettant ainsi de résoudre tout problème rencontré dans les fichiers.

Clavier

Cloud Shell vous permet de modifier les touches envoyées au terminal. Dans le menu Paramètres du terminal, sélectionnez Préférences du terminal > Clavier pour afficher les options suivantes :

  • La touche Alt correspond à la touche Meta : indiquez si la touche Alt doit se comporter comme une touche Meta ou comme une touche Alt distincte.
  • Mode Alt Gr : sélectionnez un mode de détection pour la touche Alt Gr.

Environnement Cloud Shell personnalisé

Votre environnement Cloud Shell est un conteneur Docker. Grâce à la fonctionnalité d'environnement personnalisé actuellement disponible en version alpha, vous pouvez maintenant changer ce conteneur en modifiant un fichier Dockerfile. Cela vous permet d'installer dans votre environnement Cloud Shell des outils personnalisés qui persistent d'une session à l'autre. Cliquez ici pour consulter la page de configuration de l'environnement.

En cliquant sur "Créer une image personnalisée" dans l'écran de configuration, vous lancez un tutoriel qui vous guide tout au long du processus de création d'une image Docker personnalisée que vous utiliserez comme environnement Cloud Shell. Vous pouvez ensuite modifier votre environnement Cloud Shell afin de faire référence à cette nouvelle image.

Ce tutoriel crée automatiquement quatre ressources :

  • Un dépôt Cloud Source Repositories contenant votre fichier Dockerfile.
  • Deux déclencheurs de compilation Cloud Build, l'un qui se déclenche lors de toute mise à jour du dépôt Cloud Source Repositories et l'autre qui se déclenche lors de toute modification de l'image de base Cloud Shell.
  • Une image Docker personnalisée, hébergée dans Google Container Registry.

Si vous souhaitez effectuer un nettoyage après le tutoriel, vous devrez supprimer ces ressources de Cloud Source Repositories, Cloud Build et Container Registry.

Limites applicables aux environnements personnalisés

  • L'image personnalisée doit être basée sur l'image Cloud Shell par défaut : gcr.io/cloudshell-images/cloudshell.
  • Les variables spécifiées par la commande ENV dans votre Dockerfile ne sont pas propagées à la session SSH. Pour y remédier, définissez ces variables dans le fichier /etc/environment : RUN echo "$MY_VAR=$DESIRED_VALUE" >> /etc/environment.
  • Vous ne pouvez pas remplacer l'instruction Dockerfile ENTRYPOINT.
  • Placez les scripts que vous souhaitez exécuter au début de la session sous /google/devshell/bashrc.google.d/. Le script à exécuter à la fin de la session peut être placé sous /google/devshell/bash_exit.google.d/.

Étape suivante

Cette page vous a-t-elle été utile ? Évaluez-la :

Envoyer des commentaires concernant…