Questions fréquentes sur Cloud SQL

À propos

Qu'est-ce que Cloud SQL ?
Cloud SQL est un service qui fournit des bases de données SQL entièrement gérées dans le cloud. Cloud SQL fournit des bases de données PostgreSQL, SQL Server et MySQL.
Quels sont les avantages offerts par Cloud SQL ?
Cloud SQL vous permet de confier à Google les tâches routinières, mais nécessaires et souvent chronophages, telles que l'application des correctifs et des mises à jour, la gestion des sauvegardes et la configuration des réplications. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur la création d'applications de qualité. En outre, comme nous utilisons des protocoles filaires standards, vous pouvez vous connecter n'importe où et depuis n'importe quelle application.
Quelles sont les versions de bases de données disponibles avec Cloud SQL ? Comment les mises à jour sont-elles gérées ?

Pour Cloud SQL pour MySQL, les instances de deuxième génération sont compatibles avec MySQL 8.0, 5.7 (par défaut) et 5.6. Les instances de première génération sont compatibles avec MySQL 5.6. Cloud SQL pour PostgreSQL est compatible avec PostgreSQL 9.6, 10, 11 et 12 (par défaut). Cloud SQL pour SQL Server est compatible avec SQL Server 2017 Standard (par défaut), SQL Server 2017 Enterprise, SQL Server 2017 Express et SQL Server 2017 Web. Les mises à jour de versions mineures sont déployées au fur et à mesure de leur publication. Aucune autre action n'est requise de votre part. Pour en savoir plus sur les mises à jour, consultez la page Présentation de la maintenance sur les instances Cloud SQL.

Pour connaître la version actuelle de votre instance, accédez à Google Cloud Console, puis cliquez sur le nom de l'instance pour ouvrir la page Détails de l'instance. Vous pouvez également utiliser la commande gcloud sql instances describe.

Cloud SQL est-il compatible avec toutes les fonctionnalités de bases de données ?
Cloud SQL est compatible avec les fonctionnalités les plus courantes de MySQL ou PostgreSQL. Pour obtenir la liste de toutes les différences entre les fonctionnalités de bases de données standards et celles offertes par Cloud SQL, consultez la section Différences entre les fonctionnalités Cloud SQL et MySQL standards ou Différences entre les fonctionnalités Cloud SQL et les fonctionnalités PostgreSQL standards. Consultez également la section Fonctionnalités SQL Server non disponibles pour Cloud SQL.
Existe-t-il des limites de taille ou de RPS ?
Aucune limite relative aux requêtes par seconde (RPS) n'est définie pour les instances Cloud SQL. Pour en savoir plus sur les limites de taille et de nombre de connexions, ainsi que sur celles propres à App Engine, consultez la page Quotas et limites.
Comment être averti lorsque des modifications sont apportées à Cloud SQL ?
Vous pouvez vous inscrire au forum google-cloud-sql-announce, sur lequel nous publions des annonces et des informations concernant Cloud SQL.
Comment signaler un bug, demander une fonctionnalité ou poser une question ?
Vous pouvez signaler des bugs et demander une fonctionnalité dans notre groupe google-cloud-sql-discuss. Vous pouvez poser une question dans Stack Overflow. Pour voir d'autres options d'assistance, consultez la page Assistance Cloud SQL.
Haut de page

Premiers pas

Quel est le meilleur outil MySQL pour gérer mon instance ?
Plusieurs outils MySQL sont disponibles pour Cloud SQL. Pour exécuter des instructions individuelles, vous pouvez utiliser l'outil de ligne de commande MySQL. Pour exécuter des tâches plus complexes ou utiliser un environnement de développement de base de données plus riche, vous pouvez essayer Toad for MySQL ou MySQL Workbench. Pour en savoir plus, consultez la page Outils d'administration et de création de rapports.
Quel moteur de stockage dois-je utiliser ?
Pour les instances MySQL, InnoDB est le seul moteur de stockage compatible.

Si vous disposez d'un fichier mysqldump où tous vos tableaux sont au format MyISAM, vous pouvez les convertir au format InnoDB en redirigeant le fichier via un script sed :

mysqldump --databases [DATABASE_NAME] \
-h [INSTANCE_IP] -u [USERNAME] -p [PASSWORD] \
--hex-blob --default-character-set=utf8mb4 | sed 's/ENGINE=MyISAM/ENGINE=InnoDB/g' > [DATABASE_FILE].sql

Avertissement : N'effectuez pas cette opération si votre fichier mysqldump contient le schéma mysql car ce type de fichier doit rester au format MyISAM.

Pourquoi ma nouvelle instance indique-t-elle que l'espace disque est utilisé alors qu'elle ne contient pas de données ?
Au moment de la création de l'instance, Cloud SQL et la base de données utilisent de l'espace pour les fichiers système et les métadonnées.
Haut de page

Stockage et réplication des données

Où mes données sont-elles stockées ?

Instances MySQL : les données d'une instance sont stockées dans la région où celle-ci réside. Par défaut, Cloud SQL stocke les données de sauvegarde dans deux régions à des fins de redondance. Une région peut être la même que celle dans laquelle se trouve l'instance. L'autre est une région différente. Si un continent comporte deux régions, les données de sauvegarde restent sur le même continent. Comme il n'y a qu'une seule région en Australie, les données de sauvegarde de la région de Sydney sont stockées dans un emplacement en Asie. Pour la région de São Paulo, les données de sauvegarde sont stockées dans un emplacement basé aux États-Unis.

Instances PostgreSQL : les données d'une instance sont stockées dans la région où celle-ci réside. Par défaut, Cloud SQL stocke les données de sauvegarde dans deux régions à des fins de redondance. Une région peut être la même que celle dans laquelle se trouve l'instance. L'autre est une région différente. Si un continent comporte deux régions, les données de sauvegarde restent sur le même continent. Comme il n'y a qu'une seule région en Australie, les données de sauvegarde de la région de Sydney sont stockées dans un emplacement en Asie. Pour la région de São Paulo, les données de sauvegarde sont stockées dans un emplacement basé aux États-Unis.

Qu'est-ce qu'une zone ?

Une zone est un emplacement géographique spécifique au sein duquel vous pouvez exécuter vos ressources. Par exemple, us-central1-a désigne une zone du centre des États-Unis.

Pour les instances MySQL, la tolérance aux pannes entre les zones peut être obtenue en configurant l'instance pour la haute disponibilité. Cette configuration est fortement recommandée pour toutes les instances de production.

Pour en savoir plus sur les zones, consultez la page Ressources zonales dans la documentation Compute Engine.

Quelles sont les limites de stockage ?
Pour en savoir plus sur les limites de stockage, consultez la page Quotas et limites.
Comment mes données sont-elles répliquées ?

Instances MySQL : les instances MySQL fournissent une configuration à haute disponibilité et des instances dupliquées avec accès en lecture MySQL. Les instances dupliquées avec accès en lecture MySQL utilisent la réplication asynchrone.

Les instances PostgreSQL fournissent une configuration à haute disponibilité et des instances dupliquées avec accès en lecture.

Comment fonctionne le basculement Cloud SQL ?

Pour en savoir plus sur le basculement, consultez la page Présentation de la configuration de la haute disponibilité.

Mes données sont-elles chiffrées ?
Les données client Cloud SQL sont chiffrées lorsqu'elles sont stockées dans des tables de base de données, des fichiers temporaires et des sauvegardes. Les connexions externes peuvent être chiffrées à l'aide du protocole SSL ou du proxy Cloud SQL.
Comment le chiffrement est-il géré pour les données au repos ?

Les données sont chiffrées à l'aide de la norme Advanced Encryption Standard 256 bits (AES-256), ou mieux, avec des clés symétriques : la même clé permet de chiffrer les données lors de leur stockage et de les déchiffrer lors de leur utilisation. Ces clés de données sont elles-mêmes chiffrées à l'aide d'une clé stockée dans un keystore sécurisé, et elles sont régulièrement modifiées.

Pour en savoir plus, consultez la page Chiffrement au repos dans Google Cloud.

Comment le chiffrement est-il géré pour les données en transit ?

Google chiffre et authentifie toutes les données en transit sur une ou plusieurs couches réseau lorsque des données sont transférées en dehors des limites physiques qui ne sont pas contrôlées par ou pour le compte de Google. Les données en transit se trouvant au sein d'une limite physique contrôlée par ou pour le compte de Google sont généralement authentifiées, mais elles peuvent ne pas être chiffrées par défaut. Selon votre modèle de gestion des menaces, vous pouvez choisir d'appliquer des mesures de sécurité supplémentaires. Par exemple, vous pouvez configurer SSL pour les connexions intrazones à Cloud SQL.

Pour en savoir plus, consultez la page Chiffrement en transit dans Google Cloud.

Quel type d'instances dupliquées avec accès en lecture puis-je créer ?

Pour en savoir plus sur les instances dupliquées avec accès en lecture, y compris sur les cas d'utilisation pour chaque type, consultez la page Options de réplication.

Comment identifier une instance dupliquée avec accès en lecture ?
Vous pouvez utiliser Google Cloud Console pour afficher toutes vos instances Cloud SQL et déterminer si une instance est une instance principale ou une instance dupliquée avec accès en lecture. Vous pouvez également utiliser le SDK Cloud pour vérifier si une instance est une instance principale ou une instance dupliquée avec accès en lecture. Pour en savoir plus, consultez la section Vérifier l'état de la réplication.
Cloud SQL fournit-il un équilibrage de charge pour les requêtes sur les instances dupliquées avec accès en lecture ?
Cloud SQL n'assure ni ne configure automatiquement l'équilibrage de charge. Vous pouvez utiliser le regroupement de connexions pour répartir les requêtes de lecture entre les instances dupliquées avec accès en lecture en passant d'un point de terminaison de connexion à un autre.
Haut de page

Sauvegarde et récupération

Comment récupérer une instance ?

Pour restaurer une sauvegarde, vous pouvez utiliser Google Cloud Console ou l'outil de ligne de commande gcloud. Pour en savoir plus, consultez la page Restaurer une instance.

Pour restaurer une instance MySQL à un point spécifique dans le temps, procédez à une récupération à un moment précis. Pour en savoir plus, consultez la section Exécuter une récupération à moment précis.

Combien coûtent les sauvegardes ?

Les sauvegardes sont facturées au tarif de stockage de l'instance.

Pour en savoir plus sur la tarification du stockage des instances et sur les tarifs appliqués aux instances, consultez la page Tarifs.

Puis-je accéder à des sauvegardes automatiques datant de plus de sept jours ?

Les sauvegardes automatiques sont effectuées tous les jours et sont conservées pendant sept jours. Lorsqu'elle atteint le délai de sept jours, la sauvegarde la plus ancienne est supprimée, et ainsi de suite. Les sauvegardes automatiques sont incrémentielles. Elles ne contiennent que des données qui ont été modifiées depuis la dernière sauvegarde. Ainsi, la taille de la sauvegarde la plus ancienne est comparable à celle de la base de données. Lorsque la sauvegarde la plus ancienne est supprimée, la taille de la deuxième sauvegarde la plus ancienne augmente. Il existe donc toujours une sauvegarde complète.

Notez que les sauvegardes à la demande ne sont pas supprimées tant que vous ne les supprimez pas manuellement.

Quelle est l'incidence de la récupération à un moment précis sur les performances ?
La récupération à un moment précis nécessite l'activation de la journalisation binaire. Cela signifie que chaque mise à jour de votre base de données est écrite dans un journal indépendant, entraînant ainsi une légère diminution des performances en écriture. Les performances des opérations de lecture ne sont pas affectées par la journalisation binaire, quelle que soit la taille des fichiers journaux binaires.

Gestion de vos instances

Quelles actions peuvent entraîner le redémarrage des instances Cloud SQL ?
Les actions suivantes entraînent le redémarrage des instances Cloud SQL, qu'elles soient effectuées par vous-même ou par Cloud SQL :
  • Update
  • Création
  • Promotion d'une instance dupliquée
  • Maintenance
  • Recréation d'une instance dupliquée
  • Basculement
  • Redémarrage
  • Restauration de l'instance à partir d'une sauvegarde
  • Activation de la haute disponibilité sur une instance existante (correspond à une mise à jour de l'instance)
  • Ajout d'une option de base de données qui nécessite un redémarrage
Consultez la section Pendant combien de temps les instances sont-elles arrêtées au redémarrage ?
Pendant combien de temps les instances sont-elles arrêtées au redémarrage ?

Lors du redémarrage des instances, la plupart d'entre elles sont arrêtées pendant une à deux minutes. Avant l'arrêt d'une instance, toutes les connexions sont terminées, et le travail en cours est vidé du disque. Si l'instance présente une charge importante, ce processus prend plus de temps, et l'instance peut sembler bloquée. Dans ce cas, un délai d'une heure peut être nécessaire pour que l'instance s'arrête et redémarre.

Puis-je agrandir ou réduire ma base de données ?

Instances MySQL et PostgreSQL : vous pouvez augmenter l'espace de stockage disponible pour votre instance à tout moment, sans aucun temps d'arrêt. Vous ne pouvez pas réduire la taille de l'espace de stockage de l'instance. Vous pouvez également configurer l'instance de sorte que sa capacité de stockage augmente automatiquement lorsque l'espace est insuffisant. En savoir plus

Puis-je mettre à niveau les processeurs virtuels et revenir à une version antérieure ?

Oui, vous pouvez modifier le nombre de processeurs virtuels utilisés sur votre instance. Vous pouvez augmenter ou diminuer le nombre de cœurs utilisés autant de fois que vous le souhaitez. En règle générale, la modification du nombre de processeurs virtuels entraîne un temps d'arrêt de moins de cinq minutes.

Dois-je utiliser Google Cloud Console pour gérer Cloud SQL ?
Non. Toutes les tâches de gestion réalisables via la console peuvent également être effectuées de façon automatisée via l'API Cloud SQL Admin ou via un script à l'aide de l'outil de ligne de commande gcloud.
Comment récupérer l'espace d'une table supprimée ?
Lorsque vous ouvrez Google Cloud Console après avoir supprimé une table d'une base de données, vous constatez que l'espace libéré par la suppression de cette table n'est pas reflété dans le stockage utilisé de l'instance. Les instances exécutant MySQL 5.5 ont l'option innodb_file_per_table définie par défaut sur OFF. InnoDB ne réduit jamais son espace de table par défaut. Pour récupérer de l'espace pour cette configuration, créez une instance à partir de la base de données la plus petite ou remplacez la valeur de l'option innodb_file_per_table par ON. Pour en savoir plus sur la modification des options de base de données, consultez la page Configurer des options de base de données.
Comment récupérer l'espace utilisé par les fichiers temporaires ?
Le volume de fichiers temporaires peut croître en cas de création de nombreuses tables temporaires par les requêtes SQL. Pour récupérer l'espace utilisé par les tables temporaires, vous devez redémarrer la base de données. Notez que le redémarrage de la base de données ne réduit pas l'espace disque provisionné résultant de l'augmentation des fichiers temporaires.
Comment suivre les modifications apportées aux données ?
Pour suivre les modifications apportées aux données, activez la journalisation binaire pour votre instance. Le suivi des modifications peut vous aider à récupérer des données si vous les perdez accidentellement. En cas de perte accidentelle de données, par exemple à partir d'une commande DROP DATABASE, vous pouvez restaurer les coordonnées du journal binaire juste avant l'événement de perte de données. Pour en savoir plus, consultez la section sur la récupération à un moment précis. La récupération à un moment précis et la journalisation binaire ne sont pas encore disponibles pour les instances PostgreSQL.
Puis-je importer ou exporter une base de données spécifique ?
Oui. Pour les instances MySQL, vous pouvez importer et exporter une ou plusieurs bases de données. Pour les instances PostgreSQL, vous ne pouvez importer ou exporter qu'une base de données spécifique.
Puis-je importer ou exporter un fichier CSV ?
Ai-je besoin d'un compte Cloud Storage pour importer ou exporter des données vers une instance ?
Cloud SQL est compatible avec l'importation et l'exportation de bases de données (fichiers de vidage SQL compressés ou non compressés) et de fichiers CSV à l'aide d'un bucket Cloud Storage. Pour l'importation ou l'exportation à l'aide d'un bucket Cloud Storage, vous devez soit vous inscrire à un compte Google Cloud et créer un bucket, soit avoir accès à un bucket Cloud Storage dans un autre compte. Pour en savoir plus, consultez les informations sur l'importation ou l'exportation de données.
Que signifie ERROR_RDBMS lors d'une opération d'importation ?
Cette erreur se produit si MySQL renvoie une erreur lors d'une opération d'importation de données. Les causes fréquemment constatées comprennent une syntaxe non valide, l'utilisation d'une base de données ou d'une table non définie, et la tentative d'exécution d'instructions MySQL nécessitant le privilège SUPER.
Si je supprime une instance, puis-je réutiliser son nom ?
Oui, mais pas tout de suite. Avant de pouvoir être réutilisé, le nom de l'instance est indisponible pendant une période pouvant atteindre une semaine.
Qu'est-ce que l'utilisateur de la base de données cloudsqladmin ?
Chaque instance Cloud SQL inclut un utilisateur de base de données appelé cloudsqladmin. Vous pouvez voir cet utilisateur si vous exécutez la commande SHOW GRANTS FOR cloudsqladmin@localhost. Dans certains cas, il apparaît également dans la table des utilisateurs système. Ce compte utilisateur est utilisé par les processus automatisés devant accéder aux données de votre instance (par exemple, pour sauvegarder l'instance ou effectuer une importation ou une exportation).
Comment puis-je utiliser GRANT ALL ?
Cloud SQL n'est pas compatible avec les privilèges SUPER, ce qui signifie que les instructions GRANT ALL PRIVILEGES ne fonctionneront pas. Vous pouvez également utiliser GRANT ALL ON `%`.*.
Comment accéder aux journaux de transactions de mes instances ?
Pour les instances MySQL, si vous activez la journalisation binaire pour votre instance (consultez Activer la journalisation binaire) et configurez une adresse IP pour celle-ci (consultez Configurer l'accès pour les connexions IP), vous pouvez examiner ses journaux de transactions à l'aide de l'utilitaire MySQL mysqlbinlog standard.
Quel niveau d'isolation de transaction Cloud SQL offre-t-il ?

Instances MySQL : Cloud SQL assure l'isolation de transaction REPEATABLE READ. Vous pouvez modifier le niveau d'isolation de transaction pour la session en cours, mais il est généralement préférable de conserver la valeur par défaut. Pour en savoir plus, consultez la page sur les niveaux d'isolation des transactions dans la documentation MySQL.

Instances PostgreSQL : Cloud SQL assure l'isolation des transactions Read committed. Vous pouvez modifier le niveau d'isolation des transactions pour une transaction spécifique, mais il est généralement préférable de conserver la valeur par défaut. Pour en savoir plus, consultez la page Isolation des transactions dans la documentation PostgreSQL.

Haut de page

Tarification et facturation

Comment essayer Cloud SQL ?
La plus petite instance est db-f1-micro. Vous pouvez vous en servir pour tester le service. Sachez que le contrat de niveau de service ne couvre pas les instances à cœur partagé.
Combien d'instances puis-je créer dans un projet ?
Pour en savoir plus sur la limite du nombre d'instances, consultez la page Quotas et limites.
De quelle taille d'instance de base de données ai-je besoin ? De combien de mémoire RAM ?
En général, vous pouvez augmenter les performances de votre base de données en choisissant une instance plus grande avec davantage de RAM et de processeur. Cela augmente les performances de nombreuses requêtes impliquant de grandes quantités de calculs, telles que celles impliquant des jointures, des clauses ORDER BY ou GROUPing. En revanche, l'incidence sur les performances des mises à jour affectant les lignes individuelles est minime. Pour en savoir plus sur les tailles d'instance et la tarification, consultez la page Tarifs.
Comment l'utilisation de mon instance est-elle calculée ?

Instances MySQL et PostgreSQL : vous êtes facturé à la minute pour le temps durant lequel l'instance est active.

Comment le stockage est-il calculé ?

Instances MySQL et PostgreSQL : le stockage est calculé en fonction de la quantité d'espace de stockage que vous avez configurée pour votre instance. Le stockage pour les sauvegardes est facturé en fonction de la quantité d'espace que ces dernières utilisent. Des frais de stockage sont toujours facturés, même si l'instance n'est pas active.

Comment voir le montant qui me sera facturé ?
L'onglet Facturation de Google Cloud Console affiche les frais encourus par vos instances depuis l'émission de la dernière facture.
Que se passe-t-il lorsque mon instance atteint la taille maximale autorisée ?

Instances MySQL et PostgreSQL : si l'instance atteint la taille de stockage configurée, et que vous n'activez pas l'augmentation automatique de l'espace de stockage ou qu'elle a atteint sa limite configurée, les futures écritures dans la base de données ne sont pas autorisées tant que vous n'augmentez pas la taille de stockage. L'augmentation de la taille de stockage ne nécessite ni le redémarrage de l'instance, ni un temps d'arrêt.

Pourquoi mon instance est-elle suspendue ?
Cela est probablement dû à un problème avec votre compte Google Cloud. Vous pouvez déterminer votre état de facturation en créant une demande d'aide concernant la facturation. Une fois le problème de facturation résolu, l'instance revient à l'état exécutable dans les heures qui suivent. Sachez que les instances MySQL suspendues sont supprimées au bout de 90 jours.
Pourquoi mon instance a-t-elle été supprimée ?
Les instances PostgreSQL et MySQL suspendues pendant 90 jours sont supprimées. Cela s'applique aux instances dont l'état est SUSPENDED. Les instances arrêtées, dont l'état est RUNNABLE, ne sont pas supprimées.
Comment annuler mon compte Cloud SQL ?
Pour désactiver Cloud SQL pour un projet, accédez à Google Cloud Console, sélectionnez le projet, puis le service API pour ouvrir le tableau de bord des API. Recherchez l'API Cloud SQL, puis cliquez sur Désactiver pour cette API.
Comment désactiver la facturation ?
Vous pouvez désactiver la facturation en cliquant sur Désactiver la facturation dans le panneau Facturation et paramètres de Google Cloud Console pour un projet. Si vous désactivez la facturation, vous désactivez également le service Cloud SQL. Assurez-vous que vous souhaitez vraiment désactiver le service Cloud SQL avant de désactiver la facturation.

Une fois la facturation désactivée, vous recevez une dernière facture pour les frais engendrés entre le début du cycle de facturation et l'annulation.

Haut de page

Utiliser Cloud SQL avec App Engine

Puis-je me connecter à une instance MySQL depuis App Engine ?
Vous pouvez vous connecter à une instance MySQL depuis une application App Engine, que celle-ci s'exécute dans l'environnement standard ou flexible. Pour en savoir plus, consultez les pages Se connecter depuis l'environnement standard App Engine et Se connecter depuis l'environnement flexible App Engine.
Puis-je me connecter à une instance PostgreSQL depuis App Engine ?
Vous pouvez vous connecter à une instance PostgreSQL depuis une application App Engine, en fonction de l'environnement et du langage que vous utilisez. Pour en savoir plus, consultez les pages Se connecter depuis l'environnement standard App Engine et Se connecter depuis l'environnement flexible App Engine.
Mon application App Engine située aux États-Unis peut-elle accéder à mon instance Cloud SQL située dans l'Union européenne (et inversement) ?

Si vous vous connectez à une instance MySQL, l'application App Engine n'a pas besoin d'être dans la même région, et peut s'exécuter dans l'environnement standard ou flexible. Toutefois, plus la distance entre l'instance Cloud SQL et l'application App Engine est importante, plus la latence des connexions à la base de données est élevée.

Si vous vous connectez à une instance PostgreSQL, l'application App Engine n'a pas besoin d'être dans la même région. Toutefois, plus la distance entre l'instance Cloud SQL et l'application App Engine est importante, plus la latence des connexions à la base de données est élevée.

Quel service de base de données Google Cloud me convient-il le mieux ?
Cela dépend des exigences de votre application. Google Cloud propose de nombreux services pour le stockage et la récupération des données. Pour en savoir plus, consultez la page Options de stockage.
Dois-je installer un serveur de base de données local pour utiliser le serveur de développement App Engine ?
Non. Vous pouvez configurer App Engine de façon à utiliser Cloud SQL ou un serveur de base de données installé localement lors de l'exécution sur le serveur de développement.
Quels langages puis-je utiliser pour accéder à mon instance ?
App Engine est compatible avec plusieurs langages que vous pouvez utiliser pour vous connecter à vos instances. Pour en savoir plus, consultez les pages Se connecter depuis l'environnement standard App Engine et Se connecter depuis l'environnement flexible App Engine.

Si vous n'utilisez pas App Engine, vous pouvez utiliser n'importe quel langage ayant une API ou un connecteur associé. Pour obtenir la liste des langages compatibles, consultez le chapitre sur les connecteurs et API du manuel de référence MySQL.

Puis-je utiliser Django avec Cloud SQL ?
Oui, Cloud SQL est compatible avec Django. Consultez la page Premiers pas avec Django.
Quels espaces réservés puis-je utiliser dans ma chaîne de requête Python ?
Les utilisateurs de Python peuvent uniquement utiliser le code de format %s lors de la substitution de paramètres. Par conséquent, l'instruction suivante est incorrecte : cursor.execute('INSERT INTO entries (guestAge) VALUES (%d)', (age)).
Comment gérer les connexions ?

La gestion efficace de vos connexions à la base de données est un aspect important du développement d'applications de base de données, y compris l'utilisation du regroupement de connexions et d'un intervalle exponentiel entre les tentatives. Pour consulter des exemples d'utilisation de ces techniques dans différents langages et frameworks, consultez la page Gérer les connexions à la base de données.

Pour en savoir plus sur les limites de connexion des instances, consultez la page Quotas et limites.

Que signifie l'exception SQLException avec le message "ID de connexion non valide" ?
Cela signifie que la connexion n'est plus ouverte sur le serveur et qu'elle est supprimée par le client. Vous n'avez pas besoin d'appeler "close" sur ces connexions, car elles sont déjà fermées.
Puis-je accéder à mon instance Cloud SQL de manière automatisée en dehors d'App Engine ?
Oui. Vous pouvez accéder de manière automatisée aux instances Cloud SQL à partir d'applications externes en utilisant n'importe quel langage compatible. Consultez la page Se connecter à Cloud SQL depuis des applications externes.
Haut de page