Créer des environnements

Cloud Composer 1 | Cloud Composer 2

Cette page explique comment créer un environnement Cloud Composer 1.

Un environnement Cloud Composer est une installation Apache Airflow autonome déployée dans un cluster Google Kubernetes Engine géré. Pour plus d'informations sur les environnements, consultez la page Architecture des environnements.

Vous pouvez créer un ou plusieurs environnements dans un même projet Google Cloud.

Avant de commencer

1. Configuration de base

Cette étape crée un environnement avec des paramètres par défaut à l'emplacement spécifié.

Console

  1. Dans Google Cloud Console, accédez à la page Créer un environnement pour Cloud Composer 1.

    Accéder à la page "Créer un environnement"

  2. Dans le champ Nom, saisissez le nom de l'environnement.

    Le nom doit commencer par une lettre minuscule suivie d'un maximum de 62 caractères (lettres minuscules, chiffres ou traits d'union) et ne peut pas se terminer par un trait d'union. Le nom de l'environnement est utilisé pour créer des sous-composants pour l'environnement. Vous devez donc indiquer un nom également valide pour les buckets Cloud Storage. Pour obtenir une liste des restrictions, consultez la page Consignes de dénomination des buckets.

  3. Dans la liste déroulante Emplacement, choisissez un emplacement pour votre environnement.

    Un emplacement correspond à la région où se trouve le cluster GKE de l'environnement.

  4. Passez à l'étape suivante ou cliquez sur Créer pour créer un environnement.

gcloud

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --image-version IMAGE_VERSION

Remplacez :

  • ENVIRONMENT_NAME par le nom de l'environnement.

    Le nom doit commencer par une lettre minuscule suivie d'un maximum de 62 caractères (lettres minuscules, chiffres ou traits d'union) et ne peut pas se terminer par un trait d'union. Le nom de l'environnement est utilisé pour créer des sous-composants pour l'environnement. Vous devez donc indiquer un nom également valide pour les buckets Cloud Storage. Pour obtenir une liste des restrictions, consultez la page Consignes de dénomination des buckets.

  • LOCATION par la région de l'environnement.

    Un emplacement correspond à la région où se trouve le cluster GKE de l'environnement.

  • IMAGE_VERSION par le nom de l'image Cloud Composer. Si vous omettez cet argument, la dernière image Cloud Composer pour Cloud Composer 1 est utilisée. Vous pouvez également utiliser composer-1-airflow-1.10 pour créer un environnement avec la dernière image Cloud Composer.

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15

API

Rédigez une requête API environments.create. Spécifiez la configuration dans la ressource Environment.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME"
  "config": {
      "softwareConfig": {
        "imageVersion": "IMAGE_VERSION"
      }
    }
}

Remplacez :

  • PROJECT_ID par l'ID du projet.

  • LOCATION par la région de l'environnement.

    Un emplacement correspond à la région où se trouve le cluster GKE de l'environnement.

  • ENVIRONMENT_NAME par le nom de l'environnement.

    Le nom doit commencer par une lettre minuscule suivie d'un maximum de 62 caractères (lettres minuscules, chiffres ou traits d'union) et ne peut pas se terminer par un trait d'union. Le nom de l'environnement est utilisé pour créer des sous-composants pour l'environnement. Vous devez donc indiquer un nom également valide pour les buckets Cloud Storage. Pour obtenir une liste des restrictions, consultez la page Consignes de dénomination des buckets.

  • IMAGE_VERSION par le nom de l'image Cloud Composer. Si vous omettez cet argument, la dernière image Cloud Composer pour Cloud Composer 1 est utilisée. Vous pouvez également utiliser composer-1-airflow-1.10 pour créer un environnement avec la dernière image Cloud Composer.

Exemple :

// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
      "softwareConfig": {
        "imageVersion": "composer-1.19.1-airflow-1.10.15"
      }
    }
}

Terraform

Pour créer un environnement avec des paramètres par défaut à un emplacement spécifié, ajoutez le bloc de ressources suivant à votre configuration Terraform, puis exécutez terraform apply.

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {
    software_config {
      image_version = "IMAGE_VERSION"
    }
  }
}

Remplacez :

  • ENVIRONMENT_NAME par le nom de l'environnement.

    Le nom doit commencer par une lettre minuscule suivie d'un maximum de 62 caractères (lettres minuscules, chiffres ou traits d'union) et ne peut pas se terminer par un trait d'union. Le nom de l'environnement est utilisé pour créer des sous-composants pour l'environnement. Vous devez donc indiquer un nom également valide pour les buckets Cloud Storage. Pour obtenir une liste des restrictions, consultez la page Consignes de dénomination des buckets.

  • LOCATION par la région de l'environnement.

    Un emplacement correspond à la région où se trouve le cluster GKE de l'environnement.

  • IMAGE_VERSION par le nom de l'image Cloud Composer. Si vous omettez cet argument, la dernière image Cloud Composer pour Cloud Composer 1 est utilisée. Vous pouvez également utiliser composer-1-airflow-1.10 pour créer un environnement avec la dernière image Cloud Composer.

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {
    software_config {
      image_version = "composer-1.19.1-airflow-1.10.15"
    }
  }

}

Étape 2. (Facultatif) Sélectionnez un compte de service pour votre environnement.

Les nœuds du cluster de votre environnement s'exécutent sous ce compte de service.

Par défaut, les environnements Cloud Composer utilisent le compte de service Compute Engine par défaut. Nous vous recommandons de configurer un compte de service géré par l'utilisateur pour les environnements Cloud Composer.

Vous ne pourrez pas modifier le compte de service de votre environnement ultérieurement.

Console

Sur la page Créer un environnement, dans la section Configuration des nœuds, dans la liste déroulante Compte de service, sélectionnez un compte de service pour votre environnement.

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, l'argument --service-account spécifie le compte de service de votre environnement.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --service-account "SERVICE_ACCOUNT"

Remplacez :

  • SERVICE_ACCOUNT par le compte de service de votre environnement.

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --service-account "example-account@example-project.iam.gserviceaccount.com"

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environment > EnvironmentConfig, spécifiez un compte de service pour votre environnement.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "nodeConfig": {
      "serviceAccount": "SERVICE_ACCOUNT"
    }
}

Remplacez :

  • SERVICE_ACCOUNT par le compte de service de votre environnement.

Exemple :


// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "nodeConfig": {
      "serviceAccount": "example-account@example-project.iam.gserviceaccount.com"
    }
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, utilisez le champ service_account dans le bloc node_config.

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {
    node_config {
      service_account = "SERVICE_ACCOUNT"
    }
  }
}

Remplacez :

  • SERVICE_ACCOUNT par le compte de service de votre environnement.

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {
    node_config {
      service_account = "example-account@example-project.iam.gserviceaccount.com"
    }
  }
}

Étape 3 : (Facultatif) Configurer les paramètres de scaling et de performances de l'environnement

Pour spécifier la configuration de scaling et de performances de votre environnement, indiquez le nombre de nœuds dans le cluster GKE de votre environnement et sélectionnez les types de machines pour les composants d'environnement.

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Dans la section Configuration des nœuds :

    • Saisissez le Nombre de nœuds.

      Le nombre de nœuds correspond au nombre de nœuds Google Kubernetes Engine dans le cluster GKE de l'environnement. Par défaut, les environnements disposent de trois nœuds.

      Vous pouvez modifier cette valeur après avoir créé votre environnement.

    • Choisissez un Type de machine pour les nœuds.

      Le type de machine des nœuds est le type de machine Compute Engine utilisé pour les instances de cluster. Ce paramètre détermine le nombre de processeurs et la quantité de mémoire de votre environnement. Le type de machine par défaut est n1-standard-1.

      Pour modifier cette valeur après la création de votre environnement, vous devez reconfigurer manuellement le cluster d'environnement.

    • Saisissez la Taille du disque.

      Taille du disque, en Go, pour les nœuds de l'environnement. Chaque nœud de votre environnement dispose de cette quantité d'espace disque. Sélectionnez une taille de disque plus importante si vous prévoyez de stocker un grand volume de données dans des dossiers synchronisés avec les VM de l'environnement. Par exemple, dans le dossier /data du bucket de votre environnement.

      La taille minimale est de 30 Go. La taille par défaut est de 100 Go. Une fois l'environnement créé, vous ne pouvez pas modifier ce paramètre.

    • Choisissez le Nombre de programmeurs.

      Votre environnement peut exécuter plusieurs programmeurs Airflow à la fois. Utilisez plusieurs programmeurs pour répartir la charge entre les instances de programmeur, et ainsi améliorer les performances et la fiabilité. Vous pouvez spécifier un certain nombre de programmeurs jusqu'à atteindre le nombre de nœuds de votre environnement.

      L'augmentation du nombre de programmeurs n'améliore pas toujours les performances d'Airflow. Par exemple, le fait d'avoir un seul programmeur peut offrir de meilleures performances que deux. C'est le cas lorsque le programmeur supplémentaire n'est pas utilisé et consomme donc les ressources de votre environnement sans incidence sur les performances globales. Les performances réelles du programmeur dépendent du nombre de nœuds de calcul Airflow, du nombre de DAG et des tâches exécutées dans votre environnement, ainsi que de la configuration d'Airflow et de l'environnement.

      Nous vous recommandons de commencer par deux programmeurs, puis de surveiller les performances de votre environnement. Si vous modifiez le nombre de programmeurs, vous pouvez toujours rétablir l'échelle du nombre de programmeurs d'origine de votre environnement.

      Pour en savoir plus sur la configuration de plusieurs programmeurs, consultez la documentation Airflow.

  2. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  3. Dans la section Configuration Cloud SQL, choisissez le Type de machine Cloud SQL.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Cloud SQL qui exécute la base de données Airflow. Le type de machine Cloud SQL par défaut est db-n1-standard-2.

  4. Dans la section Configuration du serveur Web, sélectionnez Type de machine du serveur Web.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Compute Engine qui exécute le serveur Web Airflow.

    Le type de machine par défaut du serveur Web est composer-n1-webserver-2.

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, les arguments suivants contrôlent les paramètres de scaling et de performances de l'environnement :

  • --node-count spécifie le nombre de nœuds dans votre environnement.

    Le nombre de nœuds correspond au nombre de nœuds Google Kubernetes Engine dans le cluster GKE de l'environnement. Par défaut, les environnements disposent de trois nœuds.

    Vous pouvez modifier cette valeur après avoir créé votre environnement.

  • --scheduler-count spécifie le nombre de programmeurs dans votre environnement.

    Votre environnement peut exécuter plusieurs programmeurs Airflow à la fois. Utilisez plusieurs programmeurs pour répartir la charge entre les instances de programmeur, et ainsi améliorer les performances et la fiabilité. Vous pouvez spécifier un certain nombre de programmeurs jusqu'à atteindre le nombre de nœuds de votre environnement.

    L'augmentation du nombre de programmeurs n'améliore pas toujours les performances d'Airflow. Par exemple, le fait d'avoir un seul programmeur peut offrir de meilleures performances que deux. C'est le cas lorsque le programmeur supplémentaire n'est pas utilisé et consomme donc les ressources de votre environnement sans incidence sur les performances globales. Les performances réelles du programmeur dépendent du nombre de nœuds de calcul Airflow, du nombre de DAG et des tâches exécutées dans votre environnement, ainsi que de la configuration d'Airflow et de l'environnement.

    Nous vous recommandons de commencer par deux programmeurs, puis de surveiller les performances de votre environnement. Si vous modifiez le nombre de programmeurs, vous pouvez toujours rétablir l'échelle du nombre de programmeurs d'origine de votre environnement.

    Pour en savoir plus sur la configuration de plusieurs programmeurs, consultez la documentation Airflow.

  • --disk-size spécifie la taille de disque pour les VM de l'environnement.

    Taille du disque, en Go, pour les nœuds de l'environnement. Chaque nœud de votre environnement dispose de cette quantité d'espace disque. Sélectionnez une taille de disque plus importante si vous prévoyez de stocker un grand volume de données dans des dossiers synchronisés avec les VM de l'environnement. Par exemple, dans le dossier /data du bucket de votre environnement.

    La taille minimale est de 30 Go. La taille par défaut est de 100 Go. Une fois l'environnement créé, vous ne pouvez pas modifier ce paramètre.

  • --machine-type spécifie le type de machine pour les VM de nœud.

    Le type de machine des nœuds est le type de machine Compute Engine utilisé pour les instances de cluster. Ce paramètre détermine le nombre de processeurs et la quantité de mémoire de votre environnement. Le type de machine par défaut est n1-standard-1.

    Pour modifier cette valeur après la création de votre environnement, vous devez reconfigurer manuellement le cluster d'environnement.

  • --cloud-sql-machine-type indique le type de machine pour l'instance Cloud SQL.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Cloud SQL qui exécute la base de données Airflow. Le type de machine Cloud SQL par défaut est db-n1-standard-2.

  • --web-server-machine-type indique le type de machine pour l'instance de serveur Web Airflow.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Compute Engine qui exécute le serveur Web Airflow.

    Le type de machine par défaut du serveur Web est composer-n1-webserver-2.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --node-count NODE_COUNT \
    --scheduler-count SCHEDULER_COUNT \
    --disk-size DISK_SIZE \
    --machine-type NODE_MACHINE_TYPE \
    --cloud-sql-machine-type SQL_MACHINE_TYPE \
    --web-server-machine-type WS_MACHINE_TYPE

Remplacez :

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --node-count 6 \
    --scheduler-count 1 \
    --disk-size 50 \
    --machine-type n1-standard-2 \
    --cloud-sql-machine-type db-n1-standard-2 \
    --web-server-machine-type composer-n1-webserver-2

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environment > EnvironmentConfig, spécifiez les paramètres de scaling et de performances de l'environnement.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "nodeCount": NODE_COUNT,
    "nodeConfig": {
      "machineType": "NODE_MACHINE_TYPE",
      "diskSizeGb": DISK_SIZE
    },
    "softwareConfig": {
      "schedulerCount": SCHEDULER_COUNT
    },
    "databaseConfig": {
      "machineType": "SQL_MACHINE_TYPE"
    },
    "webServerConfig": {
      "machineType": "WS_MACHINE_TYPE"
    }
  }
}

Remplacez :

Exemple :


// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "nodeCount": 6,
    "nodeConfig": {
      "machineType": "projects/example-project/zones/us-central1-a/machineTypes/n1-standard-2",
      "diskSizeGb": 50
    },
    "softwareConfig": {
      "schedulerCount": 1
    },
    "databaseConfig": {
      "machineType": "db-n1-standard-2"
    },
    "webServerConfig": {
      "machineType": "composer-n1-webserver-2"
    }
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, les champs suivants contrôlent les paramètres de scaling et de performances de l'environnement :

  • node_count dans le bloc node_config spécifie le nombre de nœuds dans votre environnement.

    Le nombre de nœuds correspond au nombre de nœuds Google Kubernetes Engine dans le cluster GKE de l'environnement. Par défaut, les environnements disposent de trois nœuds.

    Vous pouvez modifier cette valeur après avoir créé votre environnement.

  • disk_size_gb dans le bloc node_config spécifie la taille de disque pour les VM de l'environnement.

    Taille du disque, en Go, pour les nœuds de l'environnement. Chaque nœud de votre environnement dispose de cette quantité d'espace disque. Sélectionnez une taille de disque plus importante si vous prévoyez de stocker un grand volume de données dans des dossiers synchronisés avec les VM de l'environnement. Par exemple, dans le dossier /data du bucket de votre environnement.

    La taille minimale est de 30 Go. La taille par défaut est de 100 Go. Une fois l'environnement créé, vous ne pouvez pas modifier ce paramètre.

  • machine_type dans le bloc node_config spécifie le type de machine pour les VM de nœud. Lorsque vous spécifiez ce champ, indiquez également une zone Compute Engine pour les VM de votre environnement dans le champ zone.

    Le type de machine des nœuds est le type de machine Compute Engine utilisé pour les instances de cluster. Ce paramètre détermine le nombre de processeurs et la quantité de mémoire de votre environnement. Le type de machine par défaut est n1-standard-1.

    Pour modifier cette valeur après la création de votre environnement, vous devez reconfigurer manuellement le cluster d'environnement.

  • machine_type dans le bloc database_config spécifie le type de machine pour l'instance Cloud SQL.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Cloud SQL qui exécute la base de données Airflow. Le type de machine Cloud SQL par défaut est db-n1-standard-2.

  • machine_type dans le bloc web_server_config spécifie le type de machine pour l'instance de serveur Web Airflow.

    Ce paramètre détermine le type de machine pour l'instance Compute Engine qui exécute le serveur Web Airflow.

    Le type de machine par défaut du serveur Web est composer-n1-webserver-2.

  • Le champ scheduler_count du bloc software_config spécifie le nombre de programmeurs dans votre environnement. Votre environnement doit utiliser Airflow 2.

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {

    node_config {
      node_count = NODE_COUNT
      disk_size_gb = DISK_SIZE
      machine_type = "NODE_MACHINE_TYPE"
      zone = "NODE_ZONE"
    }

    software_config {
      scheduler_count = SCHEDULER_COUNT
    }

    database_config {
      machine_type = "SQL_MACHINE_TYPE"
    }

    web_server_config {
      machine_type = "WS_MACHINE_TYPE"
    }
  }
}

Remplacez :

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {

    node_config {
      node_count = 4
      disk_size_gb = 100
      zone = "us-central1-a"
      machine_type = "n1-standard-2"
    }

    software_config {
      scheduler_count = 2
    }

    database_config {
      machine_type = "db-n1-standard-2"
    }

    web_server_config {
      machine_type = "composer-n1-webserver-2"
    }
  }
}

Étape 4 : (Facultatif) Configurer la mise en réseau de votre environnement

Les paramètres de mise en réseau dépendent du type d'environnement que vous souhaitez créer :

  • Pour un environnement d'adresse IP publique, utilisez les paramètres réseau par défaut.

  • Pour un environnement d'adresse IP privée, vous devez effectuer une configuration de mise en réseau supplémentaire dans votre projet, puis créer un environnement. Pour connaître la procédure requise, consultez la section Configurer un environnement Cloud Composer d'adresse IP privée.

    Pour un environnement d'adresse IP privée, vous devez connaître :

    • L'ID de votre réseau VPC
    • L'ID de votre sous-réseau VPC
    • Deux plages d'adresses IP secondaires dans votre sous-réseau VPC :

      • Plage d'adresses IP secondaire pour les pods
      • Plage d'adresses IP secondaire pour les services
    • Trois plages d'adresses IP pour les composants de l'environnement :

      • Plage d'adresses IP pour le plan de contrôle GKE
      • Plage d'adresses IP pour l'instance de serveur Web Airflow.
      • Plage d'adresses IP pour l'instance Cloud SQL
  • Pour un environnement VPC partagé, vous devez effectuer une configuration réseau supplémentaire pour le projet hôte, puis créer un environnement d'adresse IP publique ou privée dans un projet de service. Suivez les instructions décrites sur la page Configurer un VPC partagé.

    Pour un environnement VPC partagé, vous devez connaître :

    • L'ID du réseau VPC de votre projet hôte
    • L'ID du sous-réseau VPC de votre projet hôte
    • Deux plages d'adresses IP secondaires dans le sous-réseau VPC de votre projet hôte :

      • Plage d'adresses IP secondaire pour les pods
      • Plage d'adresses IP secondaire pour les services

    Lors de la création d'un environnement VPC partagé d'adresses IP publiques, vous devez toujours spécifier le réseau VPC, le sous-réseau et les plages d'adresses IP secondaires de votre projet hôte pour les pods et les services.

  • Pour créer un environnement VPC SC, vous devez créer un périmètre de service, puis créer des environnements d'adresse IP privée à l'intérieur de ce périmètre. Suivez les instructions décrites dans la section Configurer VPC Service Controls.

  • Les options de mise en réseau supplémentaires pour les environnements sont les suivantes :

    • Adresses IP publiques utilisées en mode privé. Si vous souhaitez utiliser davantage d'adresses IP, votre environnement peut utiliser en mode privé certaines plages d'adresses IP publiques en tant que plages d'adresses IP de sous-réseau internes pour les pods et les services.
    • Réseaux autorisés. Si vous souhaitez accéder au plan de contrôle de votre environnement d'adresse IP privée via HTTPS, vous pouvez utiliser des réseaux autorisés pour spécifier des plages CIDR.

    • Agent de masquage d'adresses IP. En utilisant des environnements avec l'agent de masquage d'adresses IP, vous pouvez traduire plusieurs adresses IP en une seule dans les configurations de mise en réseau de votre environnement. Pour en savoir plus sur la création d'environnements avec l'agent de masquage d'adresses IP, consultez la section Activer l'agent de masquage d'adresses IP.

Console

Pour créer un environnement d'adresse IP privée, procédez comme suit :

  1. Assurez-vous que votre mise en réseau est configurée pour le type d'environnement que vous souhaitez créer.

  2. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  3. Dans la section Configuration du réseau, cochez la case Activer le VPC natif (utilisation d'une adresse IP d'alias).

  4. Dans la liste déroulante Réseau, sélectionnez l'ID de votre réseau VPC.

  5. Dans la liste déroulante Sous-réseau, sélectionnez l'ID de votre sous-réseau VPC.

  6. Dans la section Attribution d'adresses IP de pods, spécifiez la plage d'adresses IP secondaire des pods. Vous pouvez utiliser une plage secondaire existante dans votre réseau VPC ou en spécifier une au format CIDR.

  7. Dans la section Attribution d'adresses IP de services, spécifiez la plage d'adresses IP secondaire des services. Vous pouvez utiliser une plage secondaire existante dans votre réseau VPC ou en spécifier une au format CIDR.

  8. Dans la section Adresse IP privée, cochez la case Activer l'adresse IP privée.

  9. Dans la section Adresse IP privée du cluster GKE, spécifiez une plage d'adresses IP pour le plan de contrôle GKE :

    • Pour utiliser la plage d'adresses IP par défaut de la région où se trouve votre environnement, sélectionnez Plage d'adresses IP par défaut.

    • Pour spécifier une plage d'adresses IP personnalisée, sélectionnez Plage d'adresses IP personnalisée et saisissez une plage au format CIDR dans le champ Adresse IP privée du cluster GKE.

  10. Sélectionnez le niveau d'accès au plan de contrôle GKE. Le plan de contrôle comporte deux points de terminaison. Un point de terminaison, privé, est utilisé par les nœuds de cluster et les VM. L'autre point de terminaison est public. Vous pouvez spécifier le niveau d'accès du point de terminaison public :

    • Pour activer l'accès au point de terminaison public à partir de réseaux autorisés, cochez la case Accéder au point de terminaison du maître en utilisant son adresse IP externe.

      Utiliser cette option définit le niveau d'accès du plan de contrôle sur "Accès public aux points de terminaison activé, réseaux autorisés activés". Cela fournit un accès limité au plan de contrôle à partir de réseaux autorisés. Par défaut, aucune adresse IP source n'est spécifiée. Vous pouvez ajouter des réseaux autorisés au cluster.

    • Pour désactiver l'accès au point de terminaison public à partir de réseaux autorisés, décochez la case Accéder au point de terminaison du maître en utilisant son adresse IP externe.

      L'utilisation de cette option définit le niveau d'accès du plan de contrôle sur "Accès public aux points de terminaison désactivé". Cela empêche tout accès Internet au plan de contrôle.

  11. Dans la section Adresse IP privée du serveur Web, spécifiez une plage d'adresses IP pour l'instance de serveur Web Airflow.

  12. Dans la section Adresse IP privée Cloud SQL, spécifiez une plage d'adresses IP pour l'instance Cloud SQL.

gcloud

Assurez-vous que votre mise en réseau est configurée pour le type d'environnement que vous souhaitez créer.

Lorsque vous créez un environnement, les arguments suivants contrôlent les paramètres de mise en réseau. Si vous omettez un paramètre, la valeur par défaut est utilisée.

  • --enable-ip-alias active le VPC natif à l'aide d'adresses IP d'alias.

    Ce paramètre est obligatoire lors de l'utilisation de --enable-private-environment ou lors de la configuration de plages secondaires pour les pods et les services :

  • --enable-private-environment active un environnement d'adresse IP privée.

  • --network spécifie l'ID de votre réseau VPC.

  • --subnetwork spécifie l'ID de votre sous-réseau VPC.

  • --cluster-secondary-range-name ou --cluster-ipv4-cidr configure la plage secondaire des pods.

  • --services-secondary-range-name ou --services-ipv4-cidr permet de configurer la plage secondaire des services.

  • --master-ipv4-cidr spécifie une plage pour le plan de contrôle GKE.

  • --web-server-ipv4-cidr spécifie une plage pour l'instance de serveur Web Airflow.
  • --cloud-sql-ipv4-cidr spécifie une plage pour l'instance Cloud SQL.

  • --enable-private-endpoint contrôle le niveau d'accès au plan de contrôle GKE. Le plan de contrôle comporte deux points de terminaison. Un point de terminaison, privé, est utilisé par les nœuds de cluster et les VM. L'autre point de terminaison est public. Vous pouvez spécifier le niveau d'accès du point de terminaison public :

    • Pour activer l'accès au point de terminaison public à partir de réseaux autorisés, omettez l'argument --enable-private-endpoint.

      Utiliser cette option définit le niveau d'accès du plan de contrôle sur "Accès public aux points de terminaison activé, réseaux autorisés activés". Cela fournit un accès limité au plan de contrôle à partir de réseaux autorisés. Par défaut, aucune adresse IP source n'est spécifiée. Vous pouvez ajouter des réseaux autorisés au cluster.

    • Pour désactiver l'accès au point de terminaison public à partir de réseaux autorisés, spécifiez l'argument --enable-private-endpoint.

      L'utilisation de cette option définit le niveau d'accès du plan de contrôle sur "Accès public aux points de terminaison désactivé". Cela empêche tout accès Internet au plan de contrôle.

  • --enable-ip-masq-agent active l'agent de masquage d'adresses IP.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --enable-ip-alias \
    --enable-private-environment \
    --network NETWORK_ID \
    --subnetwork SUBNETWORK_ID \
    --cluster-ipv4-cidr PODS_RANGE \
    --services-ipv4-cidr SERVICES_RANGE \
    --master-ipv4-cidr CONTROL_PLANE_RANGE \
    --web-server-ipv4-cidr WEB_SERVER_RANGE \
    --cloud-sql-ipv4-cidr SQL_RANGE

Remplacez :

  • NETWORK_ID par votre ID de réseau VPC ;
  • SUBNETWORK_ID par votre ID de sous-réseau VPC ;
  • PODS_RANGE par la plage secondaire destinée aux pods ;
  • SERVICES_RANGE par la plage secondaire destinée aux services ;
  • CONTROL_PLANE_RANGE par la plage secondaire du plan de contrôle GKE ;

  • WEB_SERVER_RANGE par la plage secondaire de l'instance de serveur Web Airflow ;

  • SQL_RANGE par la plage associée à l'instance Cloud SQL.

Étape 5 : (Facultatif) Configurer l'accès réseau au serveur Web

Les paramètres d'accès au serveur Web Airflow ne dépendent pas du type de votre environnement. Vous pouvez configurer l'accès au serveur Web séparément. Par exemple, un environnement d'adresse IP privée peut toujours laisser l'interface utilisateur d'Airflow accessible depuis Internet.

Actuellement, vous ne pouvez pas configurer les plages d'adresses IP autorisées à l'aide d'adresses IP privées.

Console

Dans la section Configuration du serveur Web de la page Créer un environnement, procédez comme suit :

  • Pour autoriser l'accès au serveur Web Airflow à partir de toutes les adresses IP, sélectionnez Autoriser l'accès à partir de toutes les adresses IP.

  • Pour limiter l'accès à des plages d'adresses IP spécifiques, sélectionnez Autoriser l'accès uniquement depuis des adresses IP spécifiques. Dans le champ Plage d'adresses IP, spécifiez une plage d'adresses IP au format CIDR. Dans le champ Description, spécifiez une description facultative pour cette plage. Si vous souhaitez spécifier plusieurs plages, cliquez sur Ajouter une plage d'adresses IP.

  • Pour interdire l'accès pour toutes les adresses IP, sélectionnez Autoriser l'accès uniquement depuis des adresses IP spécifiques, puis cliquez sur Supprimer l'élément à côté de l'entrée de plage vide.

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, les arguments suivants contrôlent le niveau d'accès du serveur Web :

  • --web-server-allow-all fournit un accès à Airflow à partir de toutes les adresses IP. Il s'agit de l'option par défaut.

  • --web-server-allow-ip limite l'accès à des plages d'adresses IP sources spécifiques. Pour spécifier plusieurs plages d'adresses IP, utilisez cet argument plusieurs fois.

  • --web-server-deny-all interdit l'accès pour toutes les adresses IP.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --web-server-allow-ip ip_range=WS_IP_RANGE,description=WS_RANGE_DESCRIPTION

Remplacez :

  • WS_IP_RANGE par la plage d'adresses IP, au format CIDR, pouvant accéder à l'interface utilisateur d'Airflow.
  • WS_RANGE_DESCRIPTION par la description de la plage d'adresses IP.

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --web-server-allow-ip ip_range=192.0.2.0/24,description="office net 1" \
    --web-server-allow-ip ip_range=192.0.4.0/24,description="office net 3"

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environment > EnvironmentConfig, spécifiez les paramètres d'accès du serveur Web.

  • Pour autoriser l'accès au serveur Web Airflow à partir de toutes les adresses IP, omettez webServerNetworkAccessControl.

  • Pour limiter l'accès à des plages d'adresses IP spécifiques, spécifiez une ou plusieurs plages dans allowedIpRanges.

  • Pour interdire l'accès pour toutes les adresses IP, ajoutez allowedIpRanges et faites-en une liste vide. Ne spécifiez pas de plages d'adresses IP.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "webServerNetworkAccessControl": {
      "allowedIpRanges": [
        {
          "value": "WS_IP_RANGE",
          "description": "WS_RANGE_DESCRIPTION"
        }
      ]
    }
  }
}

Remplacez :

  • WS_IP_RANGE par la plage d'adresses IP, au format CIDR, pouvant accéder à l'interface utilisateur d'Airflow.
  • WS_RANGE_DESCRIPTION par la description de la plage d'adresses IP.

Exemple :


// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "webServerNetworkAccessControl": {
      "allowedIpRanges": [
        {
          "value": "192.0.2.0/24",
          "description": "office net 1"
        },
        {
          "value": "192.0.4.0/24",
          "description": "office net 3"
        }
      ]
    }
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, le bloc allowed_ip_range du bloc web_server_network_access_control contient des plages d'adresses IP pouvant accéder au serveur Web.

resource "google_composer_environment" "example" {
  provider = google-beta
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {

    web_server_network_access_control {

      allowed_ip_range {
        value = "WS_IP_RANGE"
        description = "WS_RANGE_DESCRIPTION"
      }

    }

  }
}

Remplacez :

  • WS_IP_RANGE par la plage d'adresses IP, au format CIDR, pouvant accéder à l'interface utilisateur d'Airflow.
  • WS_RANGE_DESCRIPTION par la description de la plage d'adresses IP.

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  provider = google-beta
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {

    web_server_network_access_control {
      allowed_ip_range {
        value = "192.0.2.0/24"
        description = "office net 1"
      },
      allowed_ip_range {
        value = "192.0.4.0/24"
        description = "office net 3"
      }

    }
}

Étape 6 : Spécifier les remplacements de configuration Airflow et les variables d'environnement

Vous pouvez configurer des remplacements de configuration Airflow et des variables d'environnement lorsque vous créez un environnement. Vous pouvez également effectuer cette opération ultérieurement, après la création de votre environnement.

Remarque : Certaines options de configuration Airflow sont bloquées et vous ne pouvez pas les ignorer.

Pour obtenir la liste des options de configuration Airflow disponibles, consultez les pages Documentation de référence sur la configuration d'Airflow 2 et Airflow 1.10.*

Pour spécifier les remplacements de configuration Airflow et les variables d'environnement, procédez comme suit :

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  2. Dans la section Variables d'environnement, cliquez sur Ajouter une variable.

  3. Renseignez les champs Nom et Valeur de la variable d'environnement.

  4. Dans la section Remplacements de configuration Airflow, cliquez sur Ajouter un remplacement de configuration Airflow.

  5. Renseignez les champs Section, Clé et Valeur du remplacement de l'option de configuration.

    Exemple :

    Section Clé Valeur
    webserver dag_orientation TB

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, les arguments suivants contrôlent les variables d'environnement et les remplacements de configuration Airflow :

  • --env-variables spécifie une liste de variables d'environnement séparées par des virgules.

    Les noms des variables peuvent contenir des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des traits de soulignement, mais ils ne peuvent pas commencer par un chiffre.

  • --airflow-configs spécifie une liste de clés et de valeurs séparées par une virgule pour les remplacements de configuration Airflow.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --env-variables ENV_VARS \
    --airflow-configs CONFIG_OVERRIDES

Remplacez :

  • ENV_VARS par une liste de paires NAME=VALUE séparées par des virgules pour les variables d'environnement ;
  • CONFIG_OVERRIDES par une liste de paires SECTION-KEY=VALUE séparées par des virgules pour les remplacements de configuration. Séparez le nom de la section de configuration par un symbole -, suivi du nom de la clé. Exemple : core-dags_are_paused_at_creation.

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --env-variables SENDGRID_MAIL_FROM=user@example.com,SENDGRID_API_KEY=example-key \
    --airflow-configs core-dags_are_paused_at_creation=True,webserver-dag_orientation=TB

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environnement > EnvironmentConfig, spécifiez les variables d'environnement et les remplacements de configuration Airflow.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "softwareConfig": {
      "airflowConfigOverrides": {
        "SECTION-KEY": "OVERRIDE_VALUE"
      },
      "envVariables": {
        "VAR_NAME": "VAR_VALUE",
      }
    }
  }
}

Remplacez :

  • SECTION par la section du fichier de configuration où se trouve l'option de configuration Airflow ;
  • KEY par le nom de l'option de configuration Airflow ;
  • OVERRIDE_VALUE par la valeur de l'option de configuration Airflow ;
  • VAR_NAME par le nom de la variable d'environnement.
  • VAR_VALUE par la valeur de la variable d'environnement ;

Exemple :

// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "softwareConfig": {
      "airflowConfigOverrides": {
        "core-dags_are_paused_at_creation": "True",
        "webserver-dag_orientation": "TB"
      },
      "envVariables": {
        "SENDGRID_MAIL_FROM": "user@example.com",
        "SENDGRID_API_KEY": "example-key"
      }
    }
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, les blocs suivants contrôlent les variables d'environnement et les remplacements de configuration Airflow :

  • Le bloc env_variables du bloc software_config spécifie des variables d'environnement.

    Les noms des variables peuvent contenir des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des traits de soulignement, mais ils ne peuvent pas commencer par un chiffre.

  • Le bloc airflow_config_overrides du bloc software_config spécifie les remplacements de configuration Airflow.

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {

    software_config {

      airflow_config_overrides = {
        SECTION-KEY = "OVERRIDE_VALUE"
      }

      env_variables = {
        VAR_NAME = "VAR_VALUE"
      }
    }
  }
}

Remplacez :

  • SECTION par la section du fichier de configuration où se trouve l'option de configuration Airflow ;
  • KEY par le nom de l'option de configuration Airflow ;
  • OVERRIDE_VALUE par la valeur de l'option de configuration Airflow ;
  • VAR_NAME par le nom de la variable d'environnement.
  • VAR_VALUE par la valeur de la variable d'environnement ;

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {

    software_config {

      airflow_config_overrides = {
        core-dags_are_paused_at_creation = "True"
        webserver-dag_orientation = "TB"
      }

      env_variables = {
        SENDGRID_MAIL_FROM = "user@example.com"
        SENDGRID_API_KEY = "example-key"
      }
    }
  }
}

Étape 7 : (Facultatif) Spécifier des intervalles de maintenance

Par défaut, les intervalles de maintenance sont compris entre 00:00:00 et 04:00:00 (GMT) les dimanches, les vendredis et les samedis.

Pour définir des intervalles de maintenance pour votre environnement:

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  2. Dans la section Intervalles de maintenance, cochez la case Définir une heure personnalisée pour les intervalles de maintenance.

  3. Dans la liste déroulante Fuseau horaire, choisissez un fuseau horaire pour les intervalles de maintenance.

  4. Définissez l'heure de début, les jours et la durée de manière à obtenir une planification équivalant au minimum à 12 heures sur une période glissante de sept jours. Par exemple, une périodicité de 4 heures tous les lundis, mercredis et vendredis fournit bien la durée requise.

gcloud

Les arguments suivants définissent les paramètres d'intervalles de maintenance :

  • --maintenance-window-start définit l'heure de début d'un intervalle de maintenance.
  • --maintenance-window-end définit l'heure de fin d'un intervalle de maintenance.
  • --maintenance-window-recurrence définit la récurrence de l'intervalle de maintenance.
gcloud beta composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --maintenance-window-start 'DATETIME_START' \
    --maintenance-window-end 'DATETIME_END' \
    --maintenance-window-recurrence 'MAINTENANCE_RECURRENCE'

Remplacez :

  • ENVIRONMENT_NAME par le nom de l'environnement.
  • DATETIME_START par la date et l'heure de début au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée.
  • DATETIME_END par la date et l'heure de fin au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée. La date et l'heure spécifiées doivent être postérieures à la date de début.
  • MAINTENANCE_RECURRENCE par une expression RRULE RFC 5545 pour la récurrence des intervalles de maintenance. Cloud Composer est compatible avec deux formats :

  • Le format FREQ=DAILY indique une récurrence quotidienne.

  • Le format FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,MO,TU,WE,TH,FR,SA indique une récurrence les jours sélectionnés de la semaine.

L'exemple suivant spécifie un intervalle de maintenance de six heures entre 01:00 et 07:00 (UTC) les dimanches, mercredis et samedis. La date du 1er janvier 2021 est ignorée.

gcloud beta composer environments create example-environment \
  --location us-central1 \
  --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
  --maintenance-window-start '2021-01-01T01:00:00Z' \
  --maintenance-window-end '2021-01-01T07:00:00Z' \
  --maintenance-window-recurrence 'FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,WE,SA'

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environment > EnvironmentConfig, spécifiez les paramètres des intervalles de maintenance :

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "maintenanceWindow": {
        "startTime": "DATETIME_START",
        "endTime": "DATETIME_END",
        "recurrence": "MAINTENANCE_RECURRENCE"
    }
  }
}

Remplacez :

  • DATETIME_START par la date et l'heure de début au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée.
  • DATETIME_END par la date et l'heure de fin au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée. La date et l'heure spécifiées doivent être postérieures à la date de début.
  • MAINTENANCE_RECURRENCE par une expression RRULE RFC 5545 pour la récurrence des intervalles de maintenance. Cloud Composer est compatible avec deux formats :

  • Le format FREQ=DAILY indique une récurrence quotidienne.

  • Le format FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,MO,TU,WE,TH,FR,SA indique une récurrence les jours sélectionnés de la semaine.

L'exemple suivant spécifie un intervalle de maintenance de six heures entre 01:00 et 07:00 (UTC) les dimanches, mercredis et samedis. La date du 1er janvier 2021 est ignorée.

Exemple :

// POST https://composer.googleapis.com/v1beta1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "maintenanceWindow": {
        "startTime": "2021-01-01T01:00:00Z",
        "endTime": "2021-01-01T07:00:00Z",
        "recurrence": "FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,WE,SA"
    }
  }
}

Terraform

Le bloc maintenance_window spécifie les intervalles de maintenance pour votre environnement:

resource "google_composer_environment" "example" {
  provider = google-beta
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {
    maintenance_window {
      start_time = "DATETIME_START"
      end_time = "DATETIME_END"
      recurrence = "MAINTENANCE_RECURRENCE"
    }
  }
}

Remplacez :

  • DATETIME_START par la date et l'heure de début au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée.
  • DATETIME_END par la date et l'heure de fin au format "date/heure". Seule l'heure spécifiée est utilisée, la date est ignorée. La date et l'heure spécifiées doivent être postérieures à la date de début.
  • MAINTENANCE_RECURRENCE par une expression RRULE RFC 5545 pour la récurrence des intervalles de maintenance. Cloud Composer est compatible avec deux formats :

    • Le format FREQ=DAILY indique une récurrence quotidienne.
    • Le format FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,MO,TU,WE,TH,FR,SA indique une récurrence les jours sélectionnés de la semaine.

L'exemple suivant spécifie un intervalle de maintenance de six heures entre 01:00 et 07:00 (UTC) les dimanches, mercredis et samedis. La date du 1er janvier 2021 est ignorée.

resource "google_composer_environment" "example" {
  provider = google-beta
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {
    maintenance_window {
      start_time = "2021-01-01T01:00:00Z"
      end_time = "2021-01-01T07:00:00Z"
      recurrence = "FREQ=WEEKLY;BYDAY=SU,WE,SA"
    }
  }
}

Étape 8 : (Facultatif) Configurer le chiffrement des données (CMEK)

Par défaut, les données de votre environnement sont chiffrées à l'aide d'une clé fournie par Google.

Pour utiliser des clés de chiffrement gérées par le client (CMEK) afin de chiffrer les données dans votre environnement, suivez les instructions de la page Utiliser des clés de chiffrement gérées par le client.

Étape 9 : (Facultatif) Spécifier des libellés d'environnement

Vous pouvez attribuer des libellés à vos environnements pour ventiler les coûts de facturation en fonction de ces libellés.

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  2. Dans la section Libellés, cliquez sur Ajouter un libellé.

  3. Dans les champs Clé et Valeur, spécifiez des paires clé/valeur pour les libellés d'environnement.

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, l'argument --labels spécifie une liste de clés et de valeurs séparées par une virgule avec les libellés d'environnement.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --labels LABELS

Remplacez :

  • LABELS par une liste de paires KEY=VALUE séparées par des virgules pour les variables d'environnement.

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --labels owner=engineering-team,env=production

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environnement, spécifiez des libellés pour votre environnement.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "labels": {
    "LABEL_KEY": "LABEL_VALUE"
  }
}

Remplacez :

  • LABEL_KEY par une clé de libellé d'environnement.
  • LABEL_VALUE par une valeur du libellé d'environnement

Exemple :


// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "labels": {
    "owner": "engineering-team",
    "env": "production"
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, spécifiez des libellés dans le bloc labels (en dehors du bloc config).

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  labels = {
    LABEL_KEY = "LABEL_VALUE"
  }

}

Remplacez :

  • LABEL_KEY par une clé de libellé d'environnement.
  • LABEL_VALUE par une valeur du libellé d'environnement

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  labels = {
    owner = "engineering-team"
    env = "production"
  }

}

Étape 10 : (Facultatif) Configurer d'autres paramètres

Les autres paramètres incluent :

  • Une zone pour les nœuds de votre environnement

    Zone Compute Engine dans laquelle déployer les nœuds du cluster. Dans ce paramètre, vous pouvez sélectionner une zone spécifique dans l'emplacement de votre environnement.

    Par défaut, une zone aléatoire est sélectionnée automatiquement.

  • Champs d'application OAuth

    Les champs d'application OAuth sont un ensemble de champs d'application d'API Google à mettre à disposition sur toutes les VM de nœud. Si cet élément est vide, la valeur par défaut est https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform.

    Si vous spécifiez des champs d'application OAuth personnalisés, incluez https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform dans la liste des champs d'application spécifiés.

  • Tags de VM de nœuds

    Liste des tags appliqués à toutes les VM de nœud. Les tags servent à identifier les sources et les cibles valides pour les pare-feu de réseau. Chaque tag de la liste doit être conforme au format RFC 1035.

  • Version Python

    Si votre environnement utilise Airflow 1.10.* ou des versions antérieures, vous pouvez faire en sorte que votre environnement utilise Python 2. La version par défaut de Python est Python 3. Pour plus d'informations sur la compatibilité de Python 2 avec Cloud Composer, consultez la page Versions Python compatibles.

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Dans la section Configuration des nœuds :

    • Dans la liste déroulante Zone, sélectionnez une zone pour les nœuds de votre environnement.

      Une fois la zone sélectionnée, vous ne pourrez plus la modifier.

    • Dans le champ Champs d'application OAuth, spécifiez des champs d'application OAuth pour les VM de nœud.

      Vous ne pourrez pas modifier les champs d'application OAuth par la suite.

      Pour spécifier plusieurs champs d'application OAuth, fournissez une liste de valeurs séparées par une virgule. Incluez https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform dans la liste des champs d'application spécifiés.

    • Dans le champ Tags, spécifiez des tags d'instance pour les VM de nœud.

      Vous ne pourrez pas modifier les tags par la suite.

    • Dans le champ Version Python, choisissez la version de Python.

      Vous ne pourrez pas modifier la version Python par la suite.

gcloud

Lorsque vous créez un environnement, les arguments suivants contrôlent divers paramètres de votre environnement :

  • --zone spécifie une zone Compute Engine pour vos VM d'environnement.

  • --oauth-scopes spécifie la liste des champs d'application OAuth séparés par une virgule. Incluez https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform dans la liste des champs d'application spécifiés.

  • --tags spécifie la liste des tags d'instances appliqués à toutes les VM de nœud, séparés par une virgule.

  • --python-version spécifie la version de Python.

gcloud composer environments create ENVIRONMENT_NAME \
    --location LOCATION \
    --zone ZONE \
    --oauth-scopes OAUTH_SCOPES \
    --tags TAGS \
    --python-version PYTHON_VERSION

Remplacez :

  • ZONE par le nom de la zone Compute Engine
  • OAUTH_SCOPES par une liste de champs d'application OAuth séparés par une virgule
  • TAGS par la liste des tags d'instance séparés par des virgules
  • PYTHON_VERSION par la version de Python (3 ou 2).

Exemple :

gcloud composer environments create example-environment \
    --location us-central1 \
    --image-version composer-1.19.1-airflow-1.10.15 \
    --zone us-central1-a \
    --oauth-scopes https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform,https://www.googleapis.com/auth/bigquery  \
    --tags group1,production \
    --python-version 3

API

Lorsque vous créez un environnement, dans la ressource Environment > EnvironmentConfig, spécifiez divers paramètres de votre environnement.

{
  "name": "projects/PROJECT_ID/locations/LOCATION/environments/ENVIRONMENT_NAME",
  "config": {
    "nodeConfig": {
      "location": "projects/PROJECT_ID/zones/ZONE",
      "oauthScopes": [
        "OAUTH_SCOPE"
      ],
      "tags": [
        "TAG"
      ]
    },
    "softwareConfig": {
        "pythonVersion": "PYTHON_VERSION"
    }
  }
}

Remplacez :

  • ZONE par le nom de la zone Compute Engine
  • OAUTH_SCOPE par un champ d'application OAuth. Pour spécifier des champs d'application supplémentaires, ajoutez le champ d'application https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform suivi des champs d'application supplémentaires.
  • TAG par un tag d'instance
  • PYTHON_VERSION par la version de Python (3 ou 2).

Exemple :

// POST https://composer.googleapis.com/v1/{parent=projects/*/locations/*}/environments

{
  "name": "projects/example-project/locations/us-central1/environments/example-environment",
  "config": {
    "nodeConfig": {
      "location": "projects/example-project/zones/us-central1-a",
      "oauthScopes": [
        "https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform",
        "https://www.googleapis.com/auth/bigquery"
      ],
      "tags": [
        "group1",
        "production"
      ]
    },
    "softwareConfig": {
        "pythonVersion": "3"
    }
  }
}

Terraform

Lorsque vous créez un environnement, les champs suivants contrôlent divers paramètres de votre environnement :

  • Le champ zone du bloc node_config spécifie une zone Compute Engine pour les VM de l'environnement.

  • Le champ oauth_scopes du bloc node_config spécifie une liste de champs d'application OAuth séparés par une virgule.

  • Le champ tags du bloc node_config spécifie une liste de tags d'instances appliqués à toutes les VM de nœud, séparés par une virgule.

  • Le champ python_version du bloc software_config spécifie la version de Python.

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "ENVIRONMENT_NAME"
  region = "LOCATION"

  config {

    node_config {
      zone = "ZONE"
      oauth_scopes = "[OAUTH_SCOPES]"
      tags = "TAGS"
    }

    software_config {
      python_version = "PYTHON_VERSION"
    }
  }
}

Remplacez :

  • ZONE par le nom de la zone Compute Engine
  • OAUTH_SCOPES par une liste de champs d'application OAuth séparés par une virgule
  • TAGS par la liste des tags d'instance séparés par des virgules
  • PYTHON_VERSION par la version de Python (3 ou 2).

Exemple :

resource "google_composer_environment" "example" {
  name = "example-environment"
  region = "us-central1"

  config {
    node_config {
      zone = "us-central1-a"
      oauth_scopes = "[https://www.googleapis.com/auth/cloud-platform,https://www.googleapis.com/auth/bigquery]"
      tags = "[group1,production]"
    }
    software_config {
      python_version = "3"
    }
  }
}

Étape 11 : (Facultatif) Appliquer l'utilisation de l'API bêta

Vous pouvez explicitement faire en sorte que votre environnement utilise l'API Cloud Composer version bêta, même s'il ne dispose pas de fonctionnalités d'aperçu. Dans ce cas, votre environnement est créé à l'aide du point de terminaison du service v1beta1.

Console

Sur la page Créer un environnement :

  1. Développez l'élément Mise en réseau, remplacements de configuration Airflow et fonctionnalités supplémentaires.

  2. Dans la section API bêta, cochez la case Appliquer l'utilisation de l'API bêta.

gcloud

Créez l'environnement à l'aide de la commande gcloud beta composer.

API

Créez votre environnement à l'aide du point de terminaison du service v1beta1.

Terraform

Le fournisseur Terraform pour Cloud Composer utilise l'API bêta par défaut.

Étapes suivantes