Présentation de Google Cloud

Cette présentation a été pensée pour vous aider à comprendre l'environnement global de Google Cloud. Elle vous présente brièvement certaines des fonctionnalités les plus utilisées et vous indique quels documents peuvent vous aider à aller plus loin. Le fait de connaître les ressources disponibles et leurs interactions les unes avec les autres peut vous aider à prendre des décisions quant à la manière de procéder. Vous serez également redirigé vers certains tutoriels qui vous permettront d'essayer Google Cloud dans différents cas de figure.

Ressources Google Cloud

Google Cloud est constitué d'un ensemble de ressources physiques, telles que des ordinateurs et des disques durs, et de ressources virtuelles, telles que des machines virtuelles (VM), qui sont contenues dans les centres de données de Google dans le monde entier. L'emplacement de chaque centre de données se trouve dans une région. Les régions sont disponibles en Asie, en Australie, en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Chaque région est constituée d'un ensemble de zones isolées les unes des autres. Chaque zone est identifiée par un nom qui combine un identifiant de lettre avec le nom de la région. Par exemple, la zone a en Asie de l'Est s'appelle asia-east1-a.

Cette répartition des ressources offre plusieurs avantages, y compris la redondance en cas d'échec et la réduction de la latence grâce à la localisation des ressources plus près des clients. Cette répartition introduit également des règles sur la manière dont les ressources peuvent être utilisées ensemble.

Accéder aux ressources via des services

Dans le cloud computing, ce que vous considérez peut-être comme des logiciels et du matériel deviennent des services. Ces services permettent d'accéder aux ressources sous-jacentes. La liste des services Google Cloud disponibles est longue et ne cesse de croître. Lorsque vous développez votre site Web ou votre application sur Google Cloud, vous combinez ces services pour obtenir l'infrastructure dont vous avez besoin, puis vous ajoutez votre code pour activer les scénarios que vous souhaitez créer.

Ressources globales, régionales et zonales

Vous pouvez accéder à certaines ressources depuis n'importe quelle autre ressource des régions et des zones. Ces ressources globales incluent des images disque, des instantanés de disque et des réseaux préconfigurés. Certaines ressources ne sont accessibles que depuis des ressources situées dans la même région. Ces ressources régionales incluent des adresses IP externes statiques. Les autres ressources ne sont accessibles que par les ressources situées dans la même zone. Ces ressources zonales incluent les instances de VM, leurs types et les disques.

Le diagramme suivant montre la relation entre les champs d'application global, régional et zonal, et certaines de leurs ressources :

Diagramme du champ d'application global dans Google Cloud, illustrant l'utilisation des régions et des zones pour partitionner des ressources

Le champ d'application d'une opération varie en fonction du type de ressources que vous utilisez. Par exemple, créer un réseau est une opération globale, car il s'agit d'une ressource globale, tandis que réserver une adresse IP est une opération régionale, car cette ressource est régionale.

Lorsque vous commencez à optimiser vos applications Google Cloud, il est important de comprendre l'interaction entre régions et zones. Par exemple, même si vous le pouviez, vous ne voudriez pas associer un disque d'une région à un ordinateur d'une autre région, car la latence entraînerait des performances très médiocres. Heureusement, Google Cloud ne vous permet pas d'effectuer cette opération. Les disques ne peuvent être associés qu'aux ordinateurs de la même zone.

En fonction du niveau d'autogestion requis pour votre service de calcul et d'hébergement, vous devrez ou non envisager de déterminer comment et où les ressources sont allouées.

Pour en savoir plus sur la répartition géographique de Google Cloud, consultez la page Zones géographiques et régions.

Projets

Toutes les ressources Google Cloud que vous allouez et utilisez doivent appartenir à un projet. Un projet correspond en quelque sorte à une entité qui organise ce que vous développez. Il se compose de paramètres, d'autorisations et d'autres métadonnées qui décrivent vos applications. Les ressources d'un même projet peuvent facilement fonctionner ensemble (par exemple, en communiquant via un réseau interne conformément aux règles applicables aux régions et aux zones). Un projet ne peut accéder aux ressources d'un autre projet que si vous utilisez un VPC partagé ou un appairage de réseaux VPC.

Chaque projet Google Cloud comporte les éléments suivants :

  • Un nom de projet, que vous fournissez.
  • Un ID de projet, que vous pouvez fournir ou que Google Cloud peut vous fournir.
  • Un numéro de projet, fourni par Google Cloud.

Lorsque vous travaillez avec des ressources Google Cloud, vous êtes amené à utiliser ces identifiants dans certaines lignes de commande et certains appels d'API. La capture d'écran suivante montre le nom, l'ID et le numéro d'un projet :

Capture d'écran de Cloud Console affichant l'ID et le nom du projet

Dans cet exemple :

  • Example Project est le nom du projet ;
  • example-id est l'ID du projet ;
  • 123456789012 est le numéro du projet.

Chaque ID de projet est unique sur Google Cloud. Une fois que vous avez créé un projet, vous pouvez le supprimer, mais son ID ne pourra plus jamais être utilisé.

Lorsque la facturation est activée, chaque projet est associé à un compte de facturation. L'utilisation des ressources de plusieurs projets peut être facturée sur le même compte.

Un projet sert d'espace de noms. Cela signifie que toutes les ressources de chaque projet doivent avoir un nom unique. Cependant, vous pouvez généralement réutiliser les noms des ressources si elles se trouvent dans des projets distincts. Certains noms de ressources doivent être uniques. Pour en savoir plus, consultez la documentation spécifique à la ressource.

Manières d'interagir avec les services

Google Cloud vous offre trois méthodes simples pour interagir avec les services et les ressources.

Google Cloud Console

Capture d'écran de Cloud Console illustrant une UI Web

Google Cloud Console fournit une interface utilisateur graphique Web qui vous permet de gérer vos projets et vos ressources Google Cloud. Lorsque vous utilisez Cloud Console, vous créez un projet ou vous sélectionnez un projet existant, puis vous utilisez les ressources que vous créez dans le cadre de ce projet. Vous pouvez créer plusieurs projets. Vous pouvez ainsi les utiliser pour répartir votre travail de la manière qui vous convient le mieux. Par exemple, vous pouvez démarrer un nouveau projet si vous voulez vous assurer que seuls certains membres de l'équipe accèdent aux ressources de ce projet, et que tous les membres continuent à accéder aux ressources d'un autre projet.

Interface de ligne de commande

Si vous préférez travailler en ligne de commande, vous pouvez accomplir la plupart des tâches Google Cloud à l'aide de l'outil de ligne de commande gcloud. L'outil gcloud vous permet de gérer le workflow de développement et les ressources Google Cloud dans une fenêtre de terminal.

Par exemple, vous pouvez créer une machine virtuelle Compute Engine nommée example-instance à l'aide d'une commande semblable à l'exemple suivant :

gcloud compute instances create example-instance \
    --image-family=rhel-8 \
    --image-project=rhel-cloud\
    --zone=us-central1-a

Vous pouvez exécuter les commandes gcloud de différentes manières :

  • Vous pouvez installer le SDK Cloud. Le SDK inclut l'outil gcloud. Vous pouvez donc ouvrir une fenêtre de terminal sur votre propre ordinateur et exécuter des commandes visant à gérer vos ressources Google Cloud.

  • Vous pouvez utiliser Cloud Shell, qui est une interface système basée sur un navigateur. Comme il s'exécute dans une fenêtre de navigateur, vous n'avez rien à installer sur votre propre ordinateur. Vous pouvez ouvrir Cloud Shell depuis Google Cloud Console.

    Capture d'écran de l'interface Cloud Shell

Cloud Shell fournit les services suivants :

  • Instance temporaire de machine virtuelle Compute Engine
  • Éditeur de code intégré
  • Espace de stockage de 5 Go sur disque persistant
  • SDK Cloud et autres outils préinstallés
  • Compatibilité avec les langages Java, Go, Python, Node.js, PHP, Ruby et .NET
  • Fonctionnalité d'aperçu sur le Web
  • Autorisation intégrée pour l'accès aux projets et aux ressources Cloud Console

Pour obtenir la liste des commandes gcloud, consultez la documentation de référence sur gcloud.

Pour en savoir plus sur Cloud Shell, consultez la page Fonctionnement de Cloud Shell.

Bibliothèques clientes

Le SDK Cloud contient des bibliothèques clientes qui vous permettent de créer et de gérer facilement des ressources. Les bibliothèques clientes Google Cloud proposent des API pour deux usages principaux :

  • Les API d'applications permettent d'accéder aux services. Elles sont optimisées pour les langages de programmation compatibles, tels que Node.js et Python. Les bibliothèques sont conçues selon des métaphores de service. Vous pouvez ainsi interagir avec les services plus facilement, sans avoir à vous soucier du code récurrent. Les bibliothèques fournissent également des outils d'aide pour l'authentification et les autorisations.

  • Les API d'administration offrent des fonctionnalités pour gérer des ressources. Par exemple, vous pouvez utiliser les API d'administration si vous souhaitez créer vos propres outils automatisés.

Vous pouvez également utiliser les bibliothèques clientes des API Google pour accéder aux API de produits tels que Maps, Drive et YouTube.

Tarifs

Pour accéder aux détails des tarifs de chaque service, consultez la page Tarifs.

Pour estimer le coût total de l'exécution d'une charge de travail spécifique sur Google Cloud, consultez le simulateur de coût.

Étape suivante : En savoir plus sur les services

Faites l'essai

Si vous débutez sur Google Cloud, créez un compte pour évaluer les performances de nos produits en conditions réelles. Les nouveaux clients bénéficient également de 300 $ de crédits gratuits pour exécuter, tester et déployer des charges de travail.

Profiter d'un essai gratuit