Options de stockage

Compute Engine propose plusieurs types d'options de stockage pour vos instances. Chacune des options de stockage suivantes présente des caractéristiques de prix et de performances uniques :

Si vous ne savez pas quelle option choisir, la solution la plus courante consiste à ajouter un disque persistant à votre instance.

Présentation

Par défaut, chaque instance Compute Engine possède un seul disque persistant de démarrage contenant le système d'exploitation. Si vos applications nécessitent davantage d'espace de stockage, vous pouvez ajouter à votre instance une ou plusieurs options de stockage supplémentaires. Pour obtenir des comparaisons de coût, consultez les tarifs des disques.

Disque persistant
standard
zonal
Disque persistant
standard
régional
Disque persistant
avec équilibrage
zonal
Disque persistant
avec équilibrage
régional
Disque persistant SSD
zonal
Disque persistant SSD
régional
Disque persistant extrême
zonal
Disques SSD locaux Buckets Cloud Storage
Type de stockage Stockage de blocs efficace et fiable Stockage de blocs efficace et fiable avec réplication synchrone sur deux zones d'une région Stockage de blocs économique et fiable Stockage de blocs économique et fiable avec réplication synchrone sur deux zones d'une région Stockage de blocs rapide et fiable Stockage de blocs rapide et fiable avec réplication synchrone sur deux zones d'une région Option de stockage de blocs persistants offrant les meilleures performances Stockage de blocs local hautes performances Stockage d'objets économique
Capacité minimale par disque 10 Go 200 Go 10 Go 10 Go 10 Go 10 Go 500 Go 375 Go n/a
Capacité maximale par disque 64 To 64 To 64 To 64 To 64 To 64 To 64 To 375 Go n/a
Incrément de capacité 1 Go 1 Go 1 Go 1 Go 1 Go 1 Go 1 Go 375 Go n/a
Capacité maximale par instance 257 To* 257 To* 257 To* 257 To* 257 To* 257 To* 257 To* 9 To Presque illimité
Champ d'application de l'accès Zone Zone Zone Zone Zone Zone Zone Instance Monde
Redondance des données Zonale Multizonale Zonale Multizonale Zonale Multizonale Zonal Aucun Régionale, birégionale ou multirégionale
Chiffrement au repos Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Clés de chiffrement personnalisées Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Non Oui
Procédures Ajouter un disque persistant standard Ajouter un disque persistant standard régional Ajouter un disque persistant avec équilibrage Ajouter un disque persistant avec équilibrage régional Ajouter un disque persistant SSD Ajouter un disque persistant SSD régional Ajouter un disque persistant extrême Ajouter un disque SSD local Connecter un bucket

* Si vous envisagez de créer un volume logique d'une taille supérieure à 64 To, consultez la section Performances d'un volume logique de plus grande taille.

En plus des options de stockage proposées par Google Cloud, vous pouvez déployer des solutions de stockage alternatives sur vos instances.

Les ressources de stockage de blocs ont des caractéristiques de performances différentes. Tenez compte de vos exigences en matière de taille d'espace de stockage et de performances pour vous aider à déterminer le type de stockage de blocs approprié pour vos instances.

Disque persistant
standard
zonal
Disque persistant
standard
régional
Disque persistant
avec équilibrage
zonal
Disque persistant
avec équilibrage
régional
Disque persistant SSD
zonal
Disque persistant SSD
régional
Disque persistant extrême
zonal
SSD local (SCSI) SSD local (NVMe)
Nombre maximal d'IOPS soutenues
IOPS par Go en lecture 0,75 0,75 6 6 30 30
IOPS par Go en écriture 1,5 1,5 6 6 30 30
IOPS par instance en lecture 7 500* 7 500* 15 000–80 000* 15 000–60 000* 15 000–100 000* 15 000–60 000* 15 000–120 000* 900 000 2 400 000
IOPS par instance en écriture 15 000* 15 000* 15 000–80 000* 15 000–30 000* 15 000–100 000* 15 000–30 000* 15 000–120 000* 800 000 1 200 000
Débit soutenu maximal (Mo/s)
Débit par Go en lecture 0,12 0,12 0,28 0,28 0,48 0,48
Débit par Go en écriture 0,12 0,12 0,28 0,28 0,48 0,48
Débit par instance en lecture 240–1 200* 240–1 200* 240–1 200* 240–1 200* 240–1 200* 240–1 200* 240–2 200** 9 360 9 360
Débit par instance en écriture 76–400** 38–200** 240–1 200* 120–600* 240–1 200* 120–600* 240–2 200** 4 680 4 680
* Les performances d'IOPS et de débit des disques persistants dépendent de facteurs tels que la taille des disques, le nombre de processeurs virtuels de l'instance et la taille des blocs d'E/S.
** Les disques persistants peuvent atteindre des performances de débit supérieures sur les instances comportant davantage de processeurs virtuels. Consultez la section Plafonds de sortie réseau sur le débit d'écriture.
Associer un disque à plusieurs instances de machine virtuelle en mode lecture seule n'a aucune incidence sur les performances globales ou le coût. En effet, chaque machine se voit attribuer une partie des limites de performance par disque.

Les disques persistants créés en mode écriture simultanée imposent des limites d'IOPS et de débit spécifiques. Pour en savoir plus, consultez la section Performances des disques persistants en mode écriture simultanée.

Disques persistants

Les disques persistants sont des périphériques de stockage réseau durables auxquels vos instances peuvent accéder, au même titre que des disques physiques sur un ordinateur ou un serveur. Les données de chaque disque persistant sont réparties sur plusieurs disques physiques. Compute Engine gère les disques physiques et la distribution des données pour assurer la redondance et des performances optimales à votre place.

Les disques persistants sont hébergés indépendamment de vos instances de machine virtuelle. Vous pouvez ainsi dissocier ou déplacer des disques persistants pour conserver vos données même après avoir supprimé vos instances. Les performances des disques persistants évoluent automatiquement en fonction de la taille. Vous pouvez donc redimensionner vos disques persistants existants ou ajouter des disques persistants à une instance pour répondre à vos besoins en termes de performances et d'espace de stockage.

Ajoutez un disque persistant à votre instance lorsque vous avez besoin d'une solution de stockage fiable et économique avec des caractéristiques de performances cohérentes.

Ajouter un disque persistant à votre instance

Types de disques

Lorsque vous configurez un disque persistant, vous pouvez sélectionner l'un des types de disque suivants.

  • Les disques persistants standards (pd-standard) sont secondés par des disques durs standards (HDD).
  • Les disques persistants avec équilibrage (pd-balanced) sont secondés par des disques durs SSD. Ils constituent une alternative aux disques persistants SSD permettant d'équilibrer les performances et les coûts.
  • Les disques persistants SSD (pd-ssd) sont secondés par des disques durs SSD.
  • Les disques persistants extrêmes (pd-extreme) sont secondés par des disques durs SSD. Alliant performances et constance à la fois pour les opérations aléatoires et pour celles à débit soutenu, les disques persistants extrêmes sont conçus pour les charges de travail de base de données haut de gamme. Contrairement aux autres types de disques, vous pouvez provisionner les IOPS de votre choix. Pour en savoir plus, consultez la page Disques persistants extrêmes.

Si vous créez un disque dans Cloud Console, le type de disque par défaut est pd-balanced. Si vous créez un disque à l'aide de l'outil gcloud ou de l'API Compute Engine, le type de disque par défaut est pd-standard.

Le tableau suivant indique la compatibilité des types de disques et des types de machines pour les disques persistants zonaux.

Type de disque Types de machines compatibles
pd-standard Tous les types de machines
pd-balanced Tous les types de machines
pd-ssd Tous les types de machines
pd-extreme n2-standard avec 64 processeurs virtuels ou plus, m1-megamem-96, m2-ultramem-208, m2-ultramem-416

Le tableau suivant indique la compatibilité des types de disques et des types de machines pour les disques persistants régionaux :

Type de disque Types de machines compatibles
pd-standard N1, N2, N2D, E2
pd-balanced N1, N2, N2D, E2
pd-ssd N1, N2, N2D, E2

Durabilité

La durabilité du disque représente, de par sa conception, la probabilité de perte de données pour un disque type au cours d'une année type. Elle repose sur un ensemble d'hypothèses sur les défaillances matérielles, la probabilité de sinistres, les pratiques d'isolation et les processus d'ingénierie dans les centres de données Google, ainsi que les encodages internes utilisés par chaque type de disque. Les événements de perte de données sur les disques persistants sont extrêmement rares et résultent généralement de défaillances matérielles coordonnées, de bugs logiciels ou d'une combinaison des deux. Google prend également de nombreuses mesures pour limiter le risque de corruption des données silencieuses dans l'ensemble du secteur. Une erreur humaine commise par un client Google Cloud, par exemple lorsqu'un client supprime un disque par inadvertance, n'entre pas dans le cadre de la durabilité des disques persistants.

Le risque très faible d'une perte de données sur un disque persistant régional est dû à ses encodages et à sa réplication de données internes. Les disques persistants régionaux fournissent deux fois plus d'instances dupliquées que les disques persistants zonaux, car leurs instances dupliquées sont réparties entre deux zones de la même région, offrant ainsi une haute disponibilité. Ils peuvent être utilisés pour la reprise après sinistre en cas de perte et d'impossibilité de récupération d'un centre de données tout entier (bien que cela n'ait jamais eu lieu). Les instances dupliquées supplémentaires d'une deuxième zone sont accessibles immédiatement si une zone principale devient indisponible pendant une longue interruption.

Notez que la durabilité est agrégée pour chaque type de disque et ne représente pas un accord de niveau de service soutenu financièrement.

Le tableau ci-dessous indique la durabilité pour la conception de chaque type de disque. Une durabilité de 99,999 % signifie qu'avec 1 000 disques, vous atteindrez probablement une centaine d'années sans perdre un seul disque.

Disque persistant standard zonal Disque persistant avec équilibrage zonal Disque persistant SSD zonal Disque persistant extrême zonal Disque persistant standard régional Disque persistant régional avec équilibrage Disque persistant SSD régional
Mieux que 99,99 % Mieux que 99,999 % Mieux que 99,999 % Mieux que 99,9999 % Mieux que 99,999 % Mieux que 99,9999 % Mieux que 99,9999 %

Disques persistants zonaux

Simplicité d'utilisation

Compute Engine assure la plupart des tâches de gestion des disques à votre place pour vous éviter de devoir gérer le partitionnement, les baies de disques redondantes ou les sous-volumes. Généralement, vous n'avez pas besoin de créer de volumes logiques plus importants, mais vous pouvez étendre la capacité de disque persistant secondaire à 257 To par instance et appliquer ces pratiques à vos disques persistants si vous le souhaitez. Toutefois, il est possible de gagner du temps et d'obtenir des performances optimales en formatant vos disques persistants avec un seul système de fichiers et aucune table de partition.

Si vous devez séparer vos données en plusieurs volumes uniques, créez des disques supplémentaires plutôt que de diviser vos disques existants en plusieurs partitions.

Si vous avez besoin d'espace supplémentaire sur vos disques persistants, il vous suffit de redimensionner vos disques et de redimensionner votre système de fichiers unique au lieu de procéder à un repartitionnement et à un formatage.

Performances

Les performances des disques persistants sont prévisibles et évoluent de manière linéaire avec la capacité provisionnée jusqu'à ce que les limites d'une instance en matière de processeurs virtuels provisionnés soient atteintes. Pour en savoir plus sur les limites et l'optimisation du scaling des performances, consultez la page Performances des options de stockage de blocs.

Les disques persistants standards sont efficaces et économiques pour la gestion des opérations de lecture/écriture séquentielles, mais ne sont pas optimisés pour gérer des taux élevés d'opérations d'entrée/sortie par seconde (IOPS) aléatoires. Si vos applications nécessitent des taux élevés d'IOPS aléatoires, utilisez des disques persistants SSD ou extrêmes. Les disques persistants SSD sont conçus pour des latences de l'ordre de la milliseconde. La latence observée est spécifique à chaque application.

Compute Engine optimise automatiquement les performances et le scaling sur les disques persistants. La répartition sur plusieurs disques ou le préchauffage des disques n'est pas nécessaire pour obtenir des performances optimales. Lorsque vous avez besoin d'espace disque supplémentaire ou de meilleures performances, redimensionnez vos disques et ajoutez éventuellement des processeurs virtuels pour augmenter l'espace de stockage, le débit et les IOPS. Les performances du disque persistant sont basées sur la capacité totale du disque persistant attaché à une instance, et sur le nombre de processeurs virtuels disponibles sur l'instance.

Pour les périphériques de démarrage, vous pouvez réduire les coûts à l'aide d'un disque persistant standard. De petits disques persistants de 10 Go peuvent fonctionner dans les cas d'utilisation de base pour la gestion des packages et des périphériques de démarrage. Toutefois, pour garantir des performances constantes pour une utilisation plus générale du périphérique de démarrage, utilisez un disque persistant avec équilibrage comme disque de démarrage.

Chaque opération d'écriture sur disque persistant s'ajoute au trafic réseau sortant de votre instance. Cela signifie que les opérations d'écriture sur le disque persistant sont limitées par le plafond de sortie réseau de votre instance.

Fiabilité

Les disques persistants sont dotés d'une fonction de redondance intégrée qui protège les données contre les pannes de matériel et qui assure la disponibilité de ces données lors des événements de maintenance du centre de données. Le calcul d'une somme de contrôle pour toutes les opérations du disque persistant permet de s'assurer que les données lues sont bien identiques à celles qui ont été écrites.

Vous pouvez également créer des instantanés de disques persistants pour vous protéger contre les pertes de données dues aux erreurs des utilisateurs. Les instantanés sont incrémentiels et sont créés en quelques minutes seulement, même sur des disques associés à des instances en cours d'exécution.

Mode écriture simultanée

Vous pouvez installer un disque persistant SSD en mode écriture simultanée dans deux VM N2 simultanément, afin que les deux VM puissent lire et écrire sur le disque. Les disques persistants en mode écriture simultanée offrent une fonctionnalité de stockage de blocs partagé et présentent une base d'infrastructure pour la création d'un système de fichiers réseau distribué (NFS, Distributed Network File) et de services à disponibilité élevée similaires. Cependant, les disques persistants en mode écriture simultanée nécessitent des systèmes de fichiers spécialisés tels que GlusterFS ou GFS2. De nombreux systèmes de fichiers, tels que EXT4, XFS et NTFS, ne sont pas conçus pour être utilisés avec le stockage de blocs partagé. Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques lors du partage de disques persistants entre des VM, consultez la section Bonnes pratiques. Si vous avez besoin d'un stockage de fichiers entièrement géré, vous pouvez installer un partage de fichiers Filestore sur vos VM Compute Engine.

Pour activer le mode écriture simultanée pour les nouveaux disques persistants, créez un disque persistant et spécifiez l'option --multi-writer dans l'outil gcloud ou la propriété multiWriter dans l'API Compute Engine. Pour en savoir plus, consultez la page Partager des disques persistants entre plusieurs VM.

Chiffrement de disque persistant

Compute Engine chiffre automatiquement vos données avant leur transfert de votre instance vers l'espace de stockage du disque persistant. Chaque disque persistant reste chiffré avec des clés définies par le système ou avec des clés fournies par le client. Google distribue les données du disque persistant sur plusieurs disques physiques, d'une manière que les utilisateurs ne contrôlent pas.

Lorsque vous supprimez un disque persistant, Google supprime les clés de chiffrement, ce qui rend les données irrécupérables. Ce processus est irréversible.

Si vous souhaitez contrôler les clés de chiffrement utilisées pour chiffrer vos données, créez vos disques avec vos propres clés de chiffrement.

Restrictions

  • Vous ne pouvez pas associer un disque persistant à une instance d'un autre projet.

  • Vous pouvez associer un disque persistant avec équilibrage à un maximum de 10 instances de VM en mode lecture seule.

  • Pour les types de machines personnalisés ou les types de machines prédéfinis dotés d'au moins un processeur virtuel, vous pouvez associer jusqu'à 128 disques persistants.

  • Chaque disque persistant peut proposer jusqu'à 64 To d'espace de stockage. Nul besoin de gérer des baies de disques pour créer de larges volumes logiques. Chaque instance ne peut être associée qu'à une quantité limitée d'espace disque persistant total et à un nombre limité de disques persistants individuels. Les types de machines prédéfinis et les types de machines personnalisés sont soumis aux mêmes limites de disque persistant.

  • La plupart des instances peuvent contenir jusqu'à 128 disques persistants et être associées à un maximum de 257 To d'espace disque persistant total. L'espace disque persistant total défini pour une instance inclut la taille du disque persistant de démarrage.

  • Les types de machines à cœur partagé sont limités à un maximum de 16 disques persistants et à 3 To d'espace disque total persistant.

  • La création de volumes logiques d'une taille supérieure à 64 To peut nécessiter une attention particulière. Pour plus d'informations, consultez la section Performances d'un volume logique de plus grande taille.

Disques persistants régionaux

Les disques persistants régionaux présentent des qualités de stockage équivalentes à celles des disques persistants zonaux. Cependant, les disques persistants régionaux fournissent un stockage et une réplication durables des données entre deux zones de la même région.

Si vous concevez des systèmes robustes ou des services à haute disponibilité sur Compute Engine, utilisez des disques persistants régionaux en parallèle d'autres bonnes pratiques, telles que la sauvegarde des données à l'aide d'instantanés. Les disques persistants régionaux sont également conçus pour fonctionner avec des groupes d'instances gérés régionaux.

Dans le cas peu probable d'une défaillance de zone, vous pouvez généralement faire basculer la charge de travail en cours d'exécution sur les disques persistants régionaux vers une autre zone à l'aide de l'option --force-attach. L'option --force-attach vous permet d'associer le disque persistant régional à une instance de VM de secours, même si le disque ne peut pas être dissocié de la VM d'origine en raison de son indisponibilité. Pour en savoir plus, consultez la page Basculement du disque persistant régional. Vous ne pouvez pas forcer l'association d'un disque persistant zonal à une instance.

Performances

Les disques persistants régionaux sont conçus pour des charges de travail nécessitant un objectif de point de récupération (RPO, Recovery Point Objective) et un objectif de temps de récupération (RTO, Recovery Time Objective) inférieurs à ceux des instantanés de disques persistants.

Les disques persistants régionaux peuvent être utilisés lorsque les performances des opérations d'écriture sont moins essentielles que la redondance des données sur plusieurs zones.

Comme les disques persistants zonaux, les disques persistants régionaux peuvent améliorer les performances d'IOPS et de débit sur les instances comportant un plus grand nombre de processeurs virtuels. Pour en savoir plus à ce sujet et sur les autres limites, consultez la section Limites de performances des disques persistants SSD.

Lorsque vous avez besoin d'espace disque supplémentaire ou de meilleures performances, vous pouvez redimensionner vos disques régionaux pour augmenter l'espace de stockage, le débit et les IOPS.

Fiabilité

Compute Engine réplique les données de votre disque persistant régional dans les zones que vous avez sélectionnées lors de la création de vos disques. Les données de chaque instance dupliquée sont réparties sur plusieurs machines physiques dans la zone pour assurer la redondance.

Comme pour les disques persistants zonaux, vous pouvez créer des instantanés de disques persistants pour vous protéger contre la perte de données due aux erreurs des utilisateurs. Les instantanés sont incrémentiels et sont créés en quelques minutes seulement, même sur des disques associés à des instances en cours d'exécution.

Restrictions

  • Vous ne pouvez pas utiliser de disque persistant régional avec une VM à mémoire optimisée, optimisée pour le calcul ou optimisée pour l'accélérateur.
  • Vous ne pouvez pas utiliser de disques persistants régionaux en tant que disques de démarrage.
  • Vous pouvez créer un disque persistant régional à partir d'un instantané, mais pas d'une image.
  • La taille minimale d'un disque persistant standard est de 200 Go.
  • Lorsque vous redimensionnez ce type de disque, vous pouvez augmenter sa taille.
  • Les disques persistants régionaux fonctionnent différemment des disques persistants zonaux. Pour en savoir plus, consultez la page Performances des options de stockage de blocs.

Disques SSD locaux

Les disques SSD locaux sont rattachés physiquement au serveur qui héberge votre instance de VM. Ils ont un débit supérieur et une latence moindre par rapport aux disques persistants standards ou aux disques persistants SSD. Les données que vous stockez sur un disque SSD local ne sont conservées que jusqu'à ce que l'instance soit arrêtée ou supprimée. Chaque disque dur SSD local a une taille de 375 Go, mais vous pouvez associer jusqu'à 24 partitions SSD locales pour un total de 9 To par instance.

Créez une instance avec des disques SSD locaux lorsque vous avez besoin d'un espace de travail ou d'un cache rapide, et que vous ne souhaitez pas utiliser la mémoire de l'instance.

Créer une instance avec des disques SSD locaux

Performances

Les disques SSD locaux sont conçus pour offrir un nombre élevé d'IOPS et une faible latence. Contrairement aux disques persistants, vous devez gérer vous-même la répartition sur les disques SSD locaux. Combinez plusieurs partitions de disques SSD locaux en un seul volume logique pour obtenir les meilleures performances de disques SSD locaux par instance, ou formatez les partitions SSD locales individuellement.

Les performances des disques SSD locaux dépendent de l'interface que vous sélectionnez. Les disques SSD locaux sont disponibles via les interfaces SCSI et NVMe.

Le tableau suivant présente la capacité des disques SSD locaux et les performances estimées à l'aide de NVMe. Pour atteindre les limites de performances maximales avec un type de machine N1, utilisez 32 processeurs virtuels ou plus. Pour atteindre les limites de performances maximales sur un type de machine N2 et N2D, utilisez 24 processeurs virtuels ou plus.

Espace de stockage Partitions IOPS Débit
(Mo/s)
Lecture Écriture Lecture Écriture
3 To 8 680 000 360 000 2 650 1 400
6 To 16 1 600 000 800 000 6 240 3 120
9 To 24 2 400 000 1 200 000 9 360 4 680

Pour en savoir plus, consultez les pages Performances des disques SSD locaux et Optimiser les performances des disques SSD locaux.

Chiffrement des disques SSD locaux

Compute Engine chiffre automatiquement vos données lorsqu'elles sont écrites dans l'espace de stockage d'un disque SSD local. Vous ne pouvez pas utiliser les clés de chiffrement fournies par le client avec des disques SSD locaux.

Persistance des données sur les disques SSD locaux

Veuillez lire la section Persistance des données sur les disques SSD locaux pour savoir quels événements conservent vos données de disques SSD locaux et quels événements peuvent les rendre irrécupérables.

Limites générales

  • Vous pouvez créer une instance avec 16 ou 24 partitions SSD locales pour 6 ou 9 To d'espace SSD local, respectivement. Cette option est disponible sur les instances avec les types de machines personnalisés N1, N2, N2D. Pour atteindre les limites maximales d'IOPS, utilisez une instance de VM comportant 32 processeurs virtuels ou plus.

  • Les instances avec des types de machines à cœur partagé ne peuvent pas associer de partition SSD locale.

  • Vous ne pouvez pas associer de disques SSD locaux aux types de machines E2, N2A, T2D et M2.

Disques SSD locaux et types de machines

Vous pouvez associer des disques SSD locaux à la plupart des types de machines disponibles sur Compute Engine, sauf indication contraire. Toutefois, il existe certaines contraintes sur le nombre de disques SSD locaux que vous pouvez associer suivant le type de machine :

Types de machines N1 Nombre de partitions SSD locales autorisées par instance de VM
Tous les types de machines N1 1 à 8, 16 ou 24
Types de machines N2
Types de machines comportant de 2 à 10 processeurs virtuels (inclus) 1, 2, 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant de 12 à 20 processeurs virtuels (inclus) 2, 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant de 22 à 40 processeurs virtuels (inclus) 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant de 42 à 80 processeurs virtuels (inclus) 8, 16, ou 24
Types de machines N2D
Types de machines comportant de 2 à 16 processeurs virtuels (inclus) 1, 2, 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant 32 ou 48 processeurs virtuels 2, 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant 64 ou 80 processeurs virtuels 4, 8, 16, ou 24
Types de machines comportant de 96 à 224 processeurs virtuels (inclus) 8, 16, ou 24
Types de machines C2
Types de machines comportant 4 ou 8 processeurs virtuels 1, 2, 4 ou 8
Types de machines comportant 16 processeurs virtuels 2, 4 ou 8
Types de machines comportant 30 processeurs virtuels 4 ou 8
Types de machines comportant 60 processeurs virtuels 8
Types de machines A2
a2-highgpu-1g 1, 2, 4 ou 8
a2-highgpu-2g 2, 4 ou 8
a2-highgpu-4g 4 ou 8
a2-highgpu-8g ou a2-megagpu-16g 8
Types de machines M1
m1-ultramem-40 Non disponible
m1-ultramem-80 Non disponible
m1-megamem-96 1 à 8
m1-ultramem-160 Non disponible
Types de machines E2, N2A, T2D et M2 Ces types de machines ne sont pas compatibles avec les disques SSD locaux.

Disques SSD locaux et instances de VM préemptives

Vous pouvez démarrer une instance de VM préemptive avec un SSD local, auquel cas Compute Engine appliquera les tarifs Spot avec remise pour l'utilisation de ce SSD. Les disques SSD locaux associés à des instances préemptives fonctionnent comme des disques SSD locaux normaux, conservent les mêmes caractéristiques de persistance des données et restent associés pendant toute la durée de vie de l'instance.

L'utilisation des disques SSD locaux sur Compute Engine ne vous est pas facturée si leurs instances sont préemptées dans la minute qui suit leur exécution.

Pour en savoir plus sur les disques SSD locaux, consultez la page Ajouter des disques SSD locaux.

Réserver des disques SSD locaux avec des remises sur engagement d'utilisation

Pour réserver des ressources SSD locales dans une zone spécifique, consultez la section Réserver des ressources zonales. Les réservations sont obligatoires pour obtenir des tarifs sur engagement d'utilisation pour les disques SSD locaux.

Buckets Cloud Storage

Les buckets Cloud Storage sont une option de stockage flexible, évolutive et durable pour vos instances de VM. Si vos applications ne nécessitent pas la latence réduite qu'offrent les disques persistants et les disques SSD locaux, vous pouvez stocker vos données dans un bucket Cloud Storage.

Connectez votre instance à un bucket Cloud Storage lorsque la latence et le débit ne sont pas des critères essentiels et lorsque vous devez partager facilement des données entre plusieurs instances ou zones.

Connecter votre instance à un bucket Cloud Storage

Performances

Les performances des buckets Cloud Storage dépendent de la classe de stockage que vous sélectionnez et de la zone où se situe le bucket par rapport à votre instance.

La classe de stockage standard utilisée au même emplacement que votre instance offre des performances comparables à celles des disques persistants, mais avec une latence plus élevée et des caractéristiques de débit moins cohérentes. La classe de stockage standard utilisée dans un emplacement multirégional permet de stocker vos données de manière redondante dans au moins deux régions au sein d'une zone multirégionale plus vaste.

Les classes de stockage Nearline et Coldline sont principalement destinées à l'archivage des données à long terme. Contrairement à la classe de stockage standard, ces classes d'archivage ont des durées de stockage minimales, et des frais s'appliquent pour la lecture de données. Par conséquent, elles conviennent mieux au stockage à long terme de données rarement utilisées.

Fiabilité

Tous les buckets Cloud Storage sont dotés d'une fonction de redondance intégrée qui protège vos données contre les pannes de matériel et qui assure la disponibilité de celles-ci lors des événements de maintenance du centre de données. Le calcul d'une somme de contrôle pour toutes les opérations Cloud Storage permet de s'assurer que les données lues sont bien identiques à celles qui ont été écrites.

Flexibilité

Contrairement aux disques persistants, les buckets Cloud Storage ne sont pas limités à la zone dans laquelle se situe votre instance. Vous pouvez également lire et écrire des données dans un bucket à partir de plusieurs instances simultanément. Par exemple, vous pouvez configurer des instances dans plusieurs zones pour lire et écrire des données dans le même bucket au lieu de répliquer les données sur des disques persistants dans plusieurs zones.

De plus, vous pouvez installer un bucket Cloud Storage sur votre instance en tant que système de fichiers. Les buckets installés fonctionnent comme un disque persistant lorsque vous lisez ou écrivez des fichiers. Toutefois, les buckets Cloud Storage sont des magasins d'objets qui n'imposent pas les mêmes contraintes d'écriture qu'un système de fichiers POSIX et qui ne peuvent pas être utilisés comme des disques de démarrage. Votre instance peut écrire des données dans un fichier et écraser les données critiques provenant d'autres instances qui écrivent simultanément des données sur l'objet de stockage.

Chiffrement dans Cloud Storage

Compute Engine chiffre automatiquement vos données avant leur transfert depuis votre instance vers les buckets Cloud Storage. Vous n'avez pas besoin de chiffrer les fichiers sur vos instances avant de les écrire dans un bucket.

Comme pour les disques persistants, vous pouvez chiffrer les buckets avec vos propres clés de chiffrement.

Étapes suivantes

Faites l'essai

Si vous débutez sur Google Cloud, créez un compte pour évaluer les performances de Compute Engine en conditions réelles. Les nouveaux clients bénéficient également de 300 $ de crédits offerts pour exécuter, tester et déployer des charges de travail.

Profiter d'un essai gratuit de Compute Engine